Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise Buy Rebaud
  • Le blog de Françoise Buy Rebaud
  • : Contre le suicide assisté de notre culture et de notre civilisation.
  • Contact

Recherche

6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 18:37
Les rapaces qui planent ont des dresseurs habiles et secrets,  CETTE SEMAINE TOUT SERA  LI SIBLE                                                                                                        SIBLE                                                                                                                    IBLE                         BLE  SIBLES      émasqueront
Les rapaces qui planent ont des dresseurs habiles et secrets,  CETTE SEMAINE TOUT SERA  LI SIBLE                                                                                                        SIBLE                                                                                                                    IBLE                         BLE  SIBLES      émasqueront
Les rapaces qui planent ont des dresseurs habiles et secrets,  CETTE SEMAINE TOUT SERA  LI SIBLE                                                                                                        SIBLE                                                                                                                    IBLE                         BLE  SIBLES      émasqueront

Les rapaces qui planent ont des dresseurs habiles et secrets, CETTE SEMAINE TOUT SERA LI SIBLE SIBLE IBLE BLE SIBLES émasqueront

Avoir quinze ou vingt ans , la  tête folle , le verbe échauffé jusqu' à l"asphyxie, perdre le sens et la portée de ses discours , cela s'est vu  souvent ...séquelle des fièvres de mai 1968

Mais toucher à la quarantaine , posséder un bagage qui laisse supposer une maturité intellectuelle , une maitrise mentale et physique affirmées , et  insulter son pays publiquement , dans les bras d' anciens ennemis de surcroit , quand , un an auparavant , tout jeune ministre , on a vanté à Orléans  les mérites de notre Jeanne d'"Arc et témoigné par ailleurs de la nostalgie d'un roi de France, cela ne s'était jamais vu .

L'ivresse de la popularité , l'encens des fanatiques sont peut être des causes , mais pas une excuse .

Emmanuel Macron a , soit succombé aux délices de l'ambition : c'est un homme  irresponsable.

Soit cyniquement préparé   un scandale estimé propice à son élection : c'est un dangereux calculateur

   

Il était , dans l'un et l'autre cas , à écarter

Mais cette journée des dupes , réussite parfaite de la cabale élyséenne , car le second tour ne fait aucun doute , va en peaufiner les contours

Je savais que les Français ont la mémoire courte....

Qu'ils fussent si bas  de plafond , je ne le pensais pas !

Je le sais désormais.....notre culture vient de recevoir le dernier coup

fbr 23 AVRIL 2017

r

 

 

 

L"autoroute Paris Alger est ouverte

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Polémiques Histoire
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 23:26

Au hasard de changements de bureau , dans un ministére ou pour un autre ,des objets d'art , lampes , chaises ou fauteuils ne réapparaissent plus , ou se retrouvent sur le site d'enchères en ligne eBay,

Les sanctions seraient impossibles , assure t on au Ministère de la culture , qui a  créé pourtant son site propre pour d'éventuelles récupérations : Sherlock .

Ayons tout de même le courage de rappeler que la "compagne"  du bientôt ex président a un jour, de notoriété publique , exercé sa colère sur le mobilier de ce qui était , sans juste titre, sa résidence , et , si les casseurs étaient encore les payeurs , cela lui aurait coûté une fortune

L'actuel palais de l"Elysée , construit entre 1722 -24 pour le comte d'Evreux, puis propriété de Madame de Pompadour, qui le légua à sa mort à Louis XV,eut ensuite de nombreux occupants ,qui procédèrent à des transformations selon leur goût ou leurs intentions , sans respecter la destination initiale des salons  et des appartements ,ni  leur style , ni même l'harmonie d'ensemble de cette ""folie"", qui réunit , outre l'architecture du  18 eme siecle   , des meubles et objets d'art exceptionnels, ce qui donna à la République le désir de s'installer dans ce bien   de la Royauté .

Quand il fut devenu résidence des Présidents, certains n'hésitèrent pas à faire procéder à des aménagements  , les plus curieux opérés par Claude Pompidou , le couple Giscard , Danielle Mitterand et les Sarkozy . Ou Bernadette Chirac,au fort de Brégançon ,autre résidence présidentielle .

Notons que le général de Gaulle  fit réaménager à ses frais  la chapelle , rétrécie par Vincent  Auriol pour installer des bureaux . Il n'y résidait pourtant pas  le samedi et le dimanche , préférant sa  maison de la Boisserie

 

N.Sarkozy fit supprimer cette chapelle , oubliant qu'il était chanoine de Latran , pour la transformer en salle d'attente  de ses visiteurs

salon Pompadour
 

La Cour des comptes a constaté en 2007 d’importantes disparitions de meubles et d’objets d’art dans les résidences présidentielles , mais juge impossible toute poursuite pénale, contrairement aux autres lieux occupés par  la République. Ce qui ést en soi consternant, vu les trésors que l’Elysée s’octroie pour faire briller la France aux yeux de ses hôtes mais qui en prive de fait ses vrais propriétaires, citoyens et visiteurs de musées. Noter que le palais ne peut être visité que lors des journées du Patrimoine en septembre

En 2009 un rapport commandé par Christine Albanel , alors ministre de la Culture, a constatè la disparition , dans les différents lieux occupés par la République,

d'un nombre considérable d'objets et meubles d'art provenant d'autres ministères, de musées nationaux, de la Manufacture de Sévres ou du Fnac .Un inventaire sur support informatique aurait été en cours...d'autres lieux devenus quasiment privés, comme le Pavillon de la lanterne à Versailles,récemment fréquenté par un des fils Hollande,ou le fort de Brégançon pres de Bormes les Mimosas , n'aurait rien produit .C'est au ministere de l' l'Education nationale que reviendrait  le plus grand nombre de disparitions .

Manque de vigilance ou .... ? On attendrait plus de soin de ses membres

 

 

 

 

 

 

 

 

JPG - 14.2 koLES SI9GES

 

 

 

Les fautei!s sont les plus fragiles , et aussi les plus maniables , et plus escamotables

 

 

 

 

 

. o

 

 

BiENTÖT DE NOUVEAUX OCCUPANTS    ?     PRENEZ GARDE ,UNE ERREUR  NE SECORRIGE PAS,VOUS EN PRENEZ POUR CINQ ANS     fbr                                                             bIr ne se corrige pas FBR    28 mars 2017     28 mars 2017BiENTÖT DE NOUVEAUX OCCUPANTS    ?     PRENEZ GARDE ,UNE ERREUR  NE SECORRIGE PAS,VOUS EN PRENEZ POUR CINQ ANS     fbr                                                             bIr ne se corrige pas FBR    28 mars 2017     28 mars 2017
BiENTÖT DE NOUVEAUX OCCUPANTS    ?     PRENEZ GARDE ,UNE ERREUR  NE SECORRIGE PAS,VOUS EN PRENEZ POUR CINQ ANS     fbr                                                             bIr ne se corrige pas FBR    28 mars 2017     28 mars 2017BiENTÖT DE NOUVEAUX OCCUPANTS    ?     PRENEZ GARDE ,UNE ERREUR  NE SECORRIGE PAS,VOUS EN PRENEZ POUR CINQ ANS     fbr                                                             bIr ne se corrige pas FBR    28 mars 2017     28 mars 2017

BiENTÖT DE NOUVEAUX OCCUPANTS ? PRENEZ GARDE ,UNE ERREUR NE SECORRIGE PAS,VOUS EN PRENEZ POUR CINQ ANS fbr bIr ne se corrige pas FBR 28 mars 2017 28 mars 2017

Poincaré et Pompidou ESPECE DISPARUE
Poincaré et Pompidou ESPECE DISPARUE
Poincaré et Pompidou ESPECE DISPARUE

Poincaré et Pompidou ESPECE DISPARUE

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Polémiques
commenter cet article
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 03:39

 

N'oublions pas cette phrase de lui :

" Pour moi , la France , c'est un village autour de son clocher "

La franchise de son discours lui a valu mainte condamnation

Les juges .....impartiaux ? pas sûr

Nous le soutenons toujours

fbr 10 mars 2017

 

 

 

 

Les orages s"amassent sur notre pays
Les orages s"amassent sur notre pays

Les orages s"amassent sur notre pays

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Polémiques france zemmour
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 03:11

Eglise de St Pierre de Bredons-Cantal

Je signe l'appel de Denis Tillinac pour sauver nos églises

Résistance.

Parce que nos églises, même désaffectées, ne sont pas destinées à devenir des mosquées, Denis Tillinac et “Valeurs actuelles” lancent un appel pour préserver ces sentinelles de l’âme française. Certaines déclarations récentes appelant à ce que des églises soient transformées en mosquées ont provoqué chez les Français une émotion susceptible de favoriser les pires amalgames en ces temps où le terrorisme islamiste ensanglante la planète et commet des crimes en plein Paris. Elles offensent gravement les catholiques, ainsi que de nombreux imams attachés à la singularité de leur foi et de leur pratique cultuelle. Une église n’est pas une mosquée, et prétendre que “les rites sont les mêmes” relève d’un déni de réalité scandaleux. Croyants, agnostiques ou athées, les Français savent de la science la plus sûre, celle du coeur, ce qu’incarnent les dizaines de milliers de clochers semés sur notre sol par la piété de nos ancêtres : la haute mémoire de notre pays. Ses noces compliquées avec la catholicité romaine. Ses riches heures et ses sombres aussi, quand le peuple se récapitulait sous les voûtes à l’appel du tocsin. Son âme pour tout dire.

De Michelet à Marc Bloch, aucun de nos historiens n’a méjugé cette évidence. Les maires de nos communes rurales, fussent-ils allergiques au goupillon, entretiennent tous leur église avec une sollicitude filiale. Elle ennoblit leur village ; à tout le moins, elle le patine et ils en conçoivent une fierté légitime. L’angélus que sonnent nos clochers scande le temps des hommes depuis belle lurette. Sur celui du tableau de Millet, il a beau n’être qu’un point infime à l’horizon, il atteste une pérennité culturelle par-delà les aléas historiques. Feu le président Mitterrand connaissait les ressorts intimes de l’imaginaire national : un vieux clocher d’église se profilait sur ses affiches électorales, et sa symbolique n’avait pas de connotation cléricale. Elle racontait l’histoire de France dans une langue accessible à tous nos compatriotes. Ils tiennent à la laïcité de l’État et à la liberté de conscience et de culte qu’il lui incombe de protéger. Pour autant, ils ne peuvent tolérer la perspective d’une pratique religieuse autre que catholique dans leurs églises. Même celles de nos campagnes, souvent vidées de leurs paroissiens par l’exode rural. Elles continuent de témoigner ; leur silhouette au-dessus des toits contribue à un enracinement mental dont nous avons tous besoin pour étayer notre citoyenneté.

Du reste, rien ne prouve qu’elles resteront vides ad vitam aeternam. La France n’est pas un espace aléatoire, et elle n’est pas née de la dernière pluie médiatique : quinze siècles d’histoire et de géographie ont déterminé sa personnalité. Cet héritage nous oblige, de quelque souche que nous provenions et de quelque famille politique que nous nous réclamions. Inscrits au plus profond de notre paysage intérieur, les églises, les cathédrales, les calvaires et autres lieux de pèlerinage donnent sens et forme à notre patriotisme. Exigeons de nos autorités civiles qu’il soit respecté ! Le confusionnisme trahit une méconnaissance de notre sensibilité et ferait peser une menace sur la concorde civile s’il n’était clai rement récusé au sommet de l’État.

 

Denis Tillinac

Cliquez sur le lien ci-après pour signer la pétition sur le site de Valeurs Actuelles

Deux églises de mon Forez,une autre du Maconnais , et notre Mont Saint Michel dans la brume
Deux églises de mon Forez,une autre du Maconnais , et notre Mont Saint Michel dans la brume
Deux églises de mon Forez,une autre du Maconnais , et notre Mont Saint Michel dans la brume
Deux églises de mon Forez,une autre du Maconnais , et notre Mont Saint Michel dans la brume
Deux églises de mon Forez,une autre du Maconnais , et notre Mont Saint Michel dans la brume

Deux églises de mon Forez,une autre du Maconnais , et notre Mont Saint Michel dans la brume

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans églises Polémiques Patrimoine
commenter cet article
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 19:37

 A CEUX QUI JUGENT DU COÜT DES CHATEAUX

 

Des lecteurs curieux nous ont envoyé des photos de bâtiments si beaux , que bien sûr il ne conviendrait pas de les mettre à disposition de ""démunis  peu soigneux""

Les vacances du "système" , syndical ou d'entreprise , c'est préférable .

Et puis le droit de propriété ne peut être remis en cause .....

Syndicats et Comités d'entreprise ?  mécènes de châteaux historiques ?

Mais oui !

Nous n'allons pas nous plaindre , nous qui défendons notre patrimoine .

Nous vous présentons une sélection de ces lieux  .

Mais , associations , collectivités , personnes morales  :  Ces propriétaires sont ils soumis à l'impôt sur la fortune  ??

Les Monuments historiques leur apportent ils une aide ?

.....

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voici le Chateau de Fontenay lès Briis ,  2 rue de la Tourelle .Petite commune  ( voir fr.topic-topos.com ) dont l'église fut construite vers 1200 , elle compte deux chateaux ,dont celui qui nous occupe.

Construit sur un site médiéval pour la famille de Signac en 1640, restauré en 1854 par G.Thayer , devint en 1870 propriété de la famille Chardin , jusqu'en 1937 année de son acquisition par le syndicat CGT des agents de la RATP.

 

Ce domaine  aux portes de Paris , dans un parc de 74 hectares, dont près de 40 hectares de forêt,  met à disposition des agents  deux cours de tennis, deux restaurants, un mini-golf, un étang à truites, et trente chambres On peut lire une charte des usagers et des programmes d'activités sur : www.ce.ratp.fr

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chateau de la Brévière , dans la fôret de Compiègne

 DSC04336

Appartient à Force Ouvrière. Il fut construit en 1885 pour madame de Royer , épouse du ministre de Napoléon III et Président de la Cour des Comptes de 1864 à 1869 .

C'est plutôt ce qu'on désigne comme belle maison de maîtres , confortable , élégamment meublée .Acquis en 1925 par Olaf Aschberg , il servit de refuge pour des enfants victimes des guerres , qui fréquentaient ainsi l'école de la commune de Saint Jean , et ne fut jamais occupé ni détérioré .

Il sert maintenant de centre de séminaires et de formation pour le syndicat F.O.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 Chateau Lafaurie Peyraguey

Le premier propriétaire recensé en 1618 à Bommes  , le sieur Raymond Peyraguey ,  est désigné par l'historien Coudray de Lille comme un des premiers aventuriers du vin ,  magistrats , financiers , nobles , qui écrivirent cette glorieuse page de notre savoir -faire français . Il devient en 1742 propriété de Pierre de Prichard , baron des Saucats , conseiller au Parlement de Bordeaux , qui est guillotiné en 1794 . Le domaine de 30 ha devient bien national , c'est à dire qu'il est confisqué , puis vendu en 1796 au sieur Lafaurie à prix modique  .En 1865 la veuve Lafaurie le vend , apres son classement en 1855 au rang des premiers crus (le Chateau Yquem est hors classe ) des sauternais ,  au comte Duchâtel , ancien ministre de l'Interieur de Louis Philippe , qui assume la première rénovation des lieux .  Il passe par héritage dans la famille de la Tremoille en 1879 , qui le vend au négociant lorrain Cordier et enfin , apres restauration complète des lieux et installations , au groupe Suez en 1984 .

D'autres aménagement  et rénovations ont lieu de  1998 à 2004 .Il est maintenant aux mains du comité d'entreprise de Suez GDF. 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chateau de Ragny,

 

au coeur de la Bourgogne , à Savigny en Terre Plaine dans l'Yonne 

Véritable et vaste  ensemble du Moyen Age   , ce fut le fief principal des seigneurs de Ragny dont Claude de Ragny , proche du roi Louis XII .Passé par alliances dans la famille Girard de la Magdelaine , fidèle à Henri IV , qui érigea la terre en marquisat , puis la famille Bonne de Créquy, et enfin chez les Chartraire de Saint Agnan jusqu'en 1812 .Il fut ensuite morcelé et détérioré par des propriétaires successifs , qui abattirent orangeraie et tours .

Acquis en 1960 par la Banque d'Algérie , émanation de la banque de France , il en devint propriété en 1974 ; il est géré en tant que centre famlial par le Comité d'entreprise

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

      Chateau- de Plagny-Vernay

 à Challuy dans la Nièvre. Propriété du comté d'entreprise  de la SNCF 

 On ne manque ni de place ,ni d'aménagements....

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Château de Bierville à Boissy-la-Rivière,

non loin d’Etampes, à Boissy la Rivière  Il appartient à la CFDT

Le journaliste et homme politique  Marc Sangnier 1873 1950 (fondateur du Sillon ) y établit la premiere auberge de jeunesse

Selon le "Parisien "aout 2011 , les syndicalistes sont heureux de travailler à l'ombre d'un colombier du XIV siècle , avec le titre "La vie de chateau "

 

Hernani ne s'afflige pas  que ces bâtiments , par un  entretien régulier , soient ainsi préservés des atteintes du temps .

Mais alors qu'on ne critique pas ceux qui acquièrent des manoirs plutôt qu'une villa genre émir du Quatar, ni ceux qui en possèdent de leur famille , et vaillamment les gardent et les soignent

Cela , c'est le patrimoine, il appartient à la FRANCE , pas  aux envahisseurs ni  aux vandales .

 

 

Fevrier 2017

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Polémiques
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 02:32

Il est de nouveau question de l'Hôtel de la Marine
 
Nos lecteurs se souviennent de l'émotion soulevée lorsqu'il fut question de vendre le prestigieux Hôtel de la Marine à un promoteur immobilier .
Ce conflit  serait il près s'éteindre , et ce témoin de notre Histoire connaitra t il un destin digne son passé ?
Nous attendrons encore avant de nous prononcer sur les décisions annoncées , mais un rappel s'impose .
Retrouvez l'Hôtel de la Marine dans nos précédents articles .
 
FBR Octobre 2014
 

 

Il m'est souvent arrivé d'imaginer que la France, un jour, pourrait ressembler à l'Egypte actuelle : un territoire vidé de ses bâtisseurs,  simple réserve d'électeurs formatés pour le consumérisme, où subsisteraient quelques ruines grandioses, restes d'un passé  effacé, presque mythique.

 

Tragique destin d'un pays, qui par invasion perd sa langue, renie ses origines, oublie son histoire et laisse effriter les demeures et les temples élevés par des siècles de  persévérance et de foi.

 

Cassandre, direz-vous ?

 

Tous les poisons secrétés par la décadence nous ont été versés depuis plus de quarante ans, et nous les avons bus docilement : amenuisement, voire  suppression des " humanités". Puis dédain de notre langue et de notre littérature. Refus des sources grecques, latines et chrétiennes de notre civilisation. Puis effacement programmé de notre histoire, tout récent. Du passé table rase !

 

Restait le passé tangible et visible : notre patrimoine. Négligé très souvent, abandonné parfois, on lui consentait, par un reste d'honneur et de mémoire, un modique budget : celui que les enfants parvenus mais ingrats sont obligés de verser à leurs parents pauvres. Assez pour que le "tourisme", mot détestable, apporte à l'Etat de quoi poursuivre ses gaspillages. Mauvais propriétaire, par l'imposition il ôtait à d'autres les moyens de maintenir l'héritage.

 

Or, l'Etat d'aujourd'hui est perdu de dettes. Ce que font le mauvais père de famille, ou le mauvais entrepreneur, avant de se pendre, il  s'y livre : il vend les meubles, puis les terres, puis les murs.

 

Cassandre,  le direz-vous encore ?

 

Hôtel Lambert, hôtel de la Marine, renseignez vous. Exemples parisiens, parmi tant d'autres,  en province plus facilement passés sous silence, ils nous révèlent quel sort attend nos monuments historiques, ceux qu'on veut "confier" à des  villes elles aussi endettées, ou  à des maires si méritants pourtant, de campagnes en désertification. A défaut aux antiquaires, ici, et ailleurs.

 

Quant à ceux qui ne remplissent pas les critères de rentabilité chers aux commissaires de Bruxelles, ceux ci aviseront.

 

Mais, direz-vous, c'est déjà grande pitié : manoirs démantelés, expatriés en pièces détachées, lavoirs asséchés, chapelles mangées de ronces, cheminées effondrées...... 

 

....  A la sortie du Fouquet’s,  à votre bon cœur, mesdames, messieurs ! Quelques sous pour ces braves gens qui, envers et contre tout, à mains nues, par la pluie, par le vent, par la canicule, s'acharneront à sauver ces témoins de pierre que  nos  ancêtres surent si bien nous léguer.

 

Françoise Buy Rebaud, 26 janvier 2010

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Polémiques
commenter cet article
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 15:07

Chateau_Gevrey_Chambertin.jpgLa vente à un investisseur chinois , en août dernier , d'un des plus célèbres vignobles* de notre pays a fait couler beaucoup d'encre amère .

En 2008 déjà le bordelais vivait le même avertissement .

C'était depuis longtemps à prévoir , si grande était la candeur des artistes de nos chais , invités à donner la mesure de leur savoir outre océans , certes le plus souvent par amour de leur métier , et pour la gloire de notre science du vin .

 

L'espionnage industriel , c'était la cinquième colonne dès le XIX ° siècle . Maintenant , pour le patrimoine, c'est au plus offrant .

 

Quoiqu'il en soit , la route des vins est encore le pélerinage cher aux bons Gaulois que nous sommes , accompagnés de fervents d'autres nationalités qui ne sont pas acheteurs , mais connaisseurs .

 

Un de nos lecteurs nous a envoyé ce carnet de voyage , que nous livrons à votre gustative appréciation .

FBR ,4 février 2013

 


 

L’étrange chemin de Saint Jacques s’apparente pour celui qui l’emprunte à une quête spirituelle dont le point de départ est souvent la rencontre avec un directeur de conscience et celui d’arrivée la redécouverte et le partage d’un héritage ancestral. C’est une descente, une catabase, qui débouche sur une connaissance ésotérique. Le futur initié est invité à se dépouiller, il doit perdre pour pouvoir ensuite espérer gagner. Et après ?

Sybille_de_Cumes_Enee_Enfers.PNG

 

Ce Week-end de la Toussaint, il était prévu de longue date une virée entre amis en Côte-d’Or pour refaire encore une fois cette route des vins aux attraits jamais entièrement épuisés. Si cela n’avait tenu qu’à moi, cette année, je serais descendu beaucoup plus bas ou ma curiosité aurait trouvé à se satisfaire du rassemblement des Identitaires à Orange, des nouveaux venus en politique qui défendaient avec un aplomb étonnant l’identité de leur territoire et pour certain de leur religion et de leur race… Lorsque la question de l’héritage se transforme chez ces orphelins du nom du Père en test ADN de paternité.

 

nicolas-rollin.GIFNous établissons notre campement à Beaune en face de cet Hôtel Dieu que Nicolas Rolin, soucieux de son salut, fonda un 04 aout déjà, un hôpital pour les pauvres malades. C’était l’époque ou l’on échangeait encore des biens temporels contre l’espoir de biens célestes… Cette pratique n’a plus cours aujourd’hui aux hospices ou la firme Christie’s organise les enchères. Les anglais ont toujours  raffolé des grands vins de Bourgogne…

 

Ce Week-end de la Toussaint, il était prévu de longue date une virée entre amis en Côte-d’Or pour refaire encore une fois cette route des vins aux attraits jamais entièrement épuisés. Si cela n’avait tenu qu’à moi, cette année, je serais descendu beaucoup plus bas ou ma curiosité aurait trouvé à se satisfaire du rassemblement des Identitaires à Orange, des nouveaux venus en politique qui défendaient avec un aplomb étonnant l’identité de leur territoire et pour certain de leur religion et de leur race… Lorsque la question de l’héritage se transforme chez ces orphelins du nom du Père en test ADN de paternité.

 

Nous établissons notre campement à Beaune en face de cet Hôtel Dieu que Nicolas Rolin, soucieux de son salut, fonda un 04 aout déjà, un hôpital pour les pauvres malades. C’était l’époque ou l’on échangeait encore des biens temporels contre l’espoir de biens célestes… Cette pratique n’a plus cours aujourd’hui aux hospices ou la firme Christie’s organise les enchères. Les anglais ont toujours raffolé des grands vins de Bourgogne…

 

Ce dernier a survécu à toutes les dominations, y trouvant finalement toujours une occasion de son essor. Si le protectionnisme impérial a vu à l’origine d’un mauvais œil la culture de la vigne hors d’Italie, Constantin aura reçu les doléances de ce territoire à Autun. Dans le sillage du christianisme, la vigne prospéra avec son rattachement aux abbayes. Cîteaux avait des plantations en Côte-d’Or, les cisterciens au XIV siècle subdivisèrent en trois climats le Clos-de-Vougeot pour satisfaire au faste du Pontife d’Avignon Clément VI et sélectionner la cuvée des Papes. Le vin rouge, c’était une nouveauté, avait ses faveurs.

 

Chateau-Clos-de-Vougeot

 

Ensuite la dynastie Valois des ducs de Bourgogne fit beaucoup pour la renommée des grands vins de Bourgogne, « les meilleurs de la chrétienté ». Mais c’est un Bourbon, Prince de Conti qui acquit le domaine de « la Romanée ». La révolution le lui confisqua pour le vendre finalement à des bourgeois bourguignons. Ainsi naquit le domaine de « la Romanée-Conti ». L’Empereur préférait le Chambertin, il n’aurait lui probablement pas laissé l’Empire du Milieu acquérir le château de Gevrey durant l’été 2012…

 

salvertivins aromes floraux-019-gevrey

 

 

Samedi matin, en arpentant les premiers crus de Volnay, ou en 1719 était apparu la première société de secours mutuels, dite de Saint-Vincent, nous ne pouvions pas ne pas avoir conscience de visiter la région en héritiers !

Un grain de lumière… Le vin blanc qui roule dans mon verre à dégustation ce matin au Château de Meursault est couleur or, c’est un premier cru des Gouttes d’or. Les vins blancs de Bourgogne, jaune- vert, sont les meilleurs au monde, sans conteste possible. Montrachet, Corton Charlemagne, les grands crus sont aux sommets de la renommée mondiale depuis toujours comme des escarpements de la Côte d’Or.

 

Côte d'Or - FRANCE 

 

La robe est fascinante surtout avec le temps qui passe. Le jaunissement de l’œuvre dans l’alchimie du vin blanc, il n’y a pas que les cathédrales qui révèlent les mystères chez Fulcanelli lui-même. La macération pelliculaire permet d’augmenter le potentiel aromatique en prolongeant le contact entre la pellicule et le moût sans que le vin ne vire au rouge. Entre l’œuvre au noir et le rouge final, le temps qui passe, l’espace d’une vie, couleur sépia. Le vin blanc de Meursault m’apparaît ce samedi comme ces photons, symphonie d’une lumière corpusculaire de masse peut-être nulle, mais qui pèsent du poids de nos vies, échappée de la soupe originelle et filant vers les ténèbres qu'ils éclairent d'une lumière infrarouge.

 

Côte-d'Or

 

Il est midi et ce midi à Beaune les crustacés, homards, gambas, s’arrosent d’un excellent Chassagne-Montrachet aux notes agrumes. A nos cotés, un couple, d’outre-Atlantique mais vivant en Belgique. L’un est de la libérale côte Est, l’autre de ce sud qui révéla les conservateurs des Tea Parties. Ils aiment Obama, le cosmopolitisme des belges du nom de cette philosophie grecque qui inspira peut-être ceux qui implantèrent la vigne sur ce territoire de Gaule conquis ensuite par un peuple germanique venu de Bornholm en mer Baltique, les Burgondes. Il fut question entre nous des merveilles de France, son art culinaire, ses vins d’exception, ses châteaux, l’esprit des lumières… L’Occident a son berceau dans la vieille Europe, la France en est le carrefour! Elle attire la lumière et dans les grandes époques, rayonne.

 

La jeunesse identitaire d’Orange entre en ébullition lorsque le jaune de la vie approche du rouge de la fin. Colère noire d’ayants droits qui voient l’héritage partir en fumée. Rouge le sang qui coule dans leurs veines, mais blancs les globules qui sont autant d’anticorps s’activant à l’encontre d’éléments étrangers. Après l’apéritif saucisson vin rouge , l’occupation d’une mosquée en construction à Poitiers fait braquer les projecteurs des média sur ces terres brulées du Vaucluse arrosées par le Rhône. En rouge et noir la passion identitaire comme celle de la jeunesse qui défile contre le mariage unisexe ou celle encore qui dénonce l’ordre injuste de la finance internationale. Cette génération nouvelle qui vient après celle des héritiers réclame un guide. Au cœur du triangle d’or de ses attentes dont les sommets sont l’économie, le sociétal et le spirituel, devra se tenir le futur gourou de générations désorientées, déstructurées mais avides de sens.

Un peu plus bas, en Avignon, un pape il y a des siècles recevait par la voie fluviale Saône Rhône ses vins de Beaune.

 

Avignon.jpg

 

Il était le chef d’une église qui avait été bâtie sur une Pierre par un Dieu fait Homme qui annonçait d’après Jean dans l’apocalypse « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier, le Principe et la fin ». Il célébrait l’eucharistie dont le point culminant, la communion, actualisait le sacrifice du Christ annoncé lors de la Cène, le saint calice marquant la transsubstantiation du vin. Le sacrificateur qui rompt le pain offre en sacrifié son sang en vue de la rédemption de l’Humanité qui entre dans la nouvelle alliance.

 

La vigne s’est implantée il y a fort longtemps à Vézelay en atteste la découverte d’un temple dédié à Bacchus sous l’ancienne église Saint-Etienne à l’entrée du bourg. Cette appellation produit des vins blancs qui parfois réussissent à mêler harmonieusement l’acidité des Chablis et la rondeur des grands Bourgogne de la Côtes d’Or. Depuis 1976, les scouts d’Europe partent à la Toussaint en Pèlerinage vers Vézelay. Cette tradition s’inspire du pèlerinage de 1942 ou 10 000 jeunes, scouts et mouvements d’action catholique sont venus de toute la France au Puy en Velay, prier la vierge noire pour les prisonniers, les morts pour la Patrie, la libération et la paix.

Robert Baden-Powell, le fondateur du scoutisme, avait coutume de dire : « À la fin de ma carrière militaire, je me mis à l'œuvre pour transformer ce qui était un art d'apprendre aux hommes à faire la guerre, en un art d'apprendre aux jeunes à faire la paix ; le scoutisme n'a rien de commun avec les principes militaires. ». Le Pèlerin est un exilé, il est partout un étranger inconnu des hommes. Pour entrer en contact avec le sacré, il n’a d’autre choix que de perdre son identité et l’ensemble de ses repères. L’être véritable, qui se cache, ne se laisse saisir que de se dessaisissement.

 

Il faut monter tout en haut de la colline inspirée, pour atteindre la basilique de Vézelay qui fait face aux Monts du Morvan et « toucher » aux reliques de sainte Marie Madeleine. La relique ressort de cet « être avec » qui soude un groupe et lui assure la sécurité (La relique come palladium). C’est un objet extérieur au groupe, sacré, qui lui permet de se définir une identité. La relique démontre pour le croyant la permanence de l’être auquel est attaché l’objet.

 

crypte-basilique_vezelay.jpg

 

Marie Madeleine fut parmi les disciples témoin de la passion et de la résurrection. Et c’est la compréhension du mystère de la Passion qui seul lui permit de découvrir la réalité de la Résurrection de Jésus. Le Sabbat étant passé, le premier jour de la semaine, de très bonne heure, elle vit que la pierre de la sépulture avait été roulée et que le tombeau était vide. La résurrection se dévoile dans l’absence… Tout à fait l’inverse quand on y pense des reliques qui fondent une communauté et une identité sur un objet extérieur au groupe. Le corps du Christ est maintenant dans la nouvelle fraternité inaugurée à Pâques. Mais pour Marie Madeleine, retrouver Jésus vivant, c’est partir du lieu de son ensevelissement, c’est rechercher le corps !

 

A Vézelay fut prêchée la deuxième croisade, cette époque est révolue. Le temps est aux vacances qui font voyager, grandes ou petites, un long dimanche qui s’étire à l’infini comme les bouchons qui nous ramènent ce soir vers la région parisienne. La discussion est animée dans la voiture, les grands débats de société passés en revue. Enfouis le temps de notre gloire passée, de nos héros, de nos rêves les plus grandioses.

 

 

Aurons-nous demain la force de les rêver à nouveau ?

 

Nicolas Stoquer, janvier 2013

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Nicolas STOQUER - dans Polémiques
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 03:37

Louis XIV et Napoléon hors programme

 

Par PIERRE LUNEL Professeur des universités   

 

loui_napo.jpg L’année dernière, on nous avait déjà fait le coup avec la «grande» réforme du lycée prévoyant de rendre optionnels les cours d’histoire-géo en terminale S. Comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, qu’apprend-on cette année ? Qu’on boute hors des programmes deux bonnes vieilles idoles de la France, Louis XIV et Napoléon. Pas moins. Michelet et Victor Hugo doivent s’en retourner dans leur tombe ! Exit, les deux héros les plus connus de l’histoire de France. Expédiés aux oubliettes, et, dans un jargon qui donne froid dans le dos, relayés à des «éléments de compréhension contextuels» (sic !).

 

Laurent Wirth, inventeur de cette inestimable «réforme», mû sans doute par le désir, légitime, de «mondialiser» l’enseignement de l’histoire, signale avec candeur que «Louis XIV est… cité à cinq reprises dans les nouveaux programmes de cinquième» et que les civilisations africaines ne représentent «que 10% du programme». Cinq fois cité, quel honneur ! Les mânes de ce bon Louis XIV seraient mal venus de rouspéter. Quant aux fameux «10%» de Monomotapa et Songhaï, en classe de cinquième, cela fera tout de même 20 pages contre 8 attribuées au règne le plus long et le plus prestigieux de l’histoire de France ! Pour couronner le tout, ce qu’il reste du bon Louis ira se caser en queue du programme de cinquième, morceau qui n’est jamais abordé par les profs noyés dans les sempiternelles réunions de fin d’année. En quatrième, l’empereur, lui, n’est guère mieux loti qui se voit accordé à peine 4% du temps total de l’année. On ose à peine imaginer la portion congrue accordée à nos autres monarques… Déjà, dans la foulée du débat sur la réforme du lycée, décision avait été prise de remplacer la rubrique «la Méditerranée au XIIe siècle» par «la Civilisation rurale dans l’Occident chrétien médiéval, du IXe au XIIIe siècle». La rubrique initiale permettait d’aborder la question de l’islam dans un pays où il n’est rien moins que la deuxième religion la plus pratiquée.

 

L’interprétation qui vint immédiatement à la bouche des esprits polémiques fut la suivante : «L’école fait une croix sur l’islam !» Tout se passe sur ce sujet, mais aussi sur tant d’autres comme si les experts ne savaient brusquement réagir que sur le mode névrotique : on a conscience d’un problème, mais au lieu de l’aborder avec bon sens, on prend une décision précipitée. Résultat : où devraient régner le partage et le consensus, c’est la polémique, la levée de boucliers, l’emportement des tribus gauloises et finalement l’échec, le statu quo. Dans l’affaire qui nous occupe, parions qu’on aurait pu faire l’économie d’une nouvelle guerre civile et sortir de l’impasse en ouvrant certes les programmes sur d’autres civilisations que la nôtre, qu’elles soient chinoise ou africaine, en se dispensant d’estropier au passage deux des moments les plus significatifs de notre histoire nationale.

 

Dernier ouvrage : «la Manufacture des ânes», 2010, éditions de l’Archipel.

 

Nous publions ici, à simple titre d'information, cet article du député Christian Vanneste à propos de la réforme des programmes d'histoire

 

Ce passé qui nous anime.

 

La connaissance de l'Histoire est indispensable .C'est pourquoi il faut dénoncer avec force les errements actuels de son enseignement :

- repentance anachronique , oubli des périodes les plus déterminantes dans la définition de notre identité .

 

 C'est ainsi que Louis XIV est prié de se faire oublier .


Or , cette quasi censure, c'est celle du Grand Siècle , de cette époque où la France , pour le meilleur et pour le pire , devient ce qu'elle est et rayonne davantage sur le monde .Le XVII ° siècle , c'est celui où se mêlent la rigueur et l'aventure, celle de Descartes qui part à l'assaut de la science , et celles du Maréchal de Villars , achevant le règne du Roi Soleil par l'éclatante victoire de Denain . C'est  le siècle qui voit la France réveler ses meilleures qualités et  ses plus grands défauts .Parmi  ces derniers , la centralisation abusive , la vanité de certains comportements soulignée par Taine , le souci de la forme qui rend Racine moins accessible que Shakespeare , et le français moins pratique que le sabir atlantique .


Mais parmi les qualités , cette exigence de clarté et d'harmonie qui anime le classicisme ." Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément" selon l'idéal défini par Boileau .Dire beaucoup en peu de mots , avec une imparable logique .Séduire , émouvoir, plonger  dans l'admiration non par la profusion , mais par la pureté des lignes et par la beauté de l'ordre .

 

Comment passer sous silence ce temps qui nous a faits  ce que nous sommes , qui a suscité l'imitation , et aujourd'hui encore fait venir les Japonais en foule à Versailles ? Comment oublier  " Tous les matins du monde ", ce dialogue entre le dépouillement janséniste et la pompe royale ? Comment ignorer Molière et le mariage réussi du comique et de l'élégance , de la lucidité profonde et du rire ravageur ?


L'âge classique , c'est le siècle de Louis le Grand célébré par Charles Perrault . C'est l'époque où la ligne droite ,la mesure ,  la raison des Bourbon s'opposent à la courbe , à l'excès , au bizarre des Habsbourg , et définissent  l'esprit français .C'est le règne de l'art  officiel , de l'Académie royale de peinture et de sculpture de Le Brun , du surintendant de la musique Lully , des Te Deum mêlant Dieu et l'Art  dans un pays qui encore aujourd'hui n'a pas renoncé au Ministère de la Culture .

 

Mais le Siècle de marbre blanc n'est pas glacé ,  il vibre au contraire d'une énergie qui est à l'unisson d'une France conquérante , celle qui anime la querelle des Anciens et des Modernes , des admirateurs de l'Antiquité et des inventeurs des richesses de notre terroir .Les Fables


de La Fontaine contre les Contes de Perrault : quel trésor de belles-lettres , de bon sens et de bonne morale pour les têtes blondes et brunes d' aujourd-hui .La Princesse de Clèves qu'on voudrait exclure de l'enseignement et des concours , inaugure pourtant la riche veine du roman psychologique . L'esprit de finesse croise le fer avec celui de la géométrie chez Pascal , à la fois fulgurant écrivain et génial savant .


La liste des chefs d'oeuvre et des grands auteurs est longue , comme ce règne de soixante douze ans qui a duré plus que la III° République .De Dom Pérignom aux Gobelins  , il nous a légué cette french touch de raffinement aristocratique que nous  prenons tant de peine à dissimuler hypocritement, mais qui est universellement enviée.

 

Prendre conscience de ce qui  constitue notre différence et explique parfois nos difficultés dans le monde  d'aujourd'hui n'est rien d'autre que l'essentiel !

 

Un autre article sur le sujet la Depêche.fr 

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Polémiques
commenter cet article
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 15:35

 

Des lecteurs s'étonnent que nous ne réagissions pas à certains  prétendus spectacles  proposés au festival  d'Avignon .

 En effet , le silence vaut mieux à ce degré de grotesque ou de scatologie .
  
hm 000Par contre , nous nous réjouissons que l'Hôtel de la Marine soit sauvé des entreprises de promoteurs et d'affairistes .
Ceux ci , qui avaient la faveur  des  anciens ministres Hervé Morin et  Renaud Donnedieu de Vabres ,  voulaient transformer ce monument historique en hôtel de grand luxe , avec tous les dégâts afférents ;  d'autres proposaient des affectations peu conformes à sa vocation régalienne  initiale . Projets qu'une levée de boucliers a fait voler en éclats , tant contre l'offense faite à ce chef d'oeuvre  de notre XVIII° siècle que contre  les  manoeuvres qu'ils dissimulaient .
  
Des quotidiens et des hebdomadaires  feront largement état du rapport que la commission G.d'Estaing remettra en septembre à l'Elysée , et du nouveau destin de ce magnifique témoin de notre Histoire.

Mais en cet été de loisirs plus fréquents , que nos lecteurs prennent le temps de relire les articles consacrés par Hernani au combat des amis de l'Hôtel de la Marine , soutenus par une éclatante  pétition , et aux videos qui les accompagnent .
 
Et que tous les fervents du  patrimoine de la France  trouvent ici une nouvelle force pour leur combat .

FBR , 31 juillet 2011
Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Polémiques
commenter cet article
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 14:29
Sont ils vides de tout , et d'abord d'eux mêmes ?
 
oeuf FabergéLa culture est souvent portée par les traditions , matériaux de l'identité parmi d'autres , que les fêtes religieuses ravivent , même si ceux qui les perpétuent en oublient l'origine chrétienne .
 
La période d'austérité voulue et d'abstinence consentie après  le Mardi Gras,  au mercredi des Cendres , temps de Carême , trouve son point culminant pendant la Semaine Sainte , qui s'ouvre le dimanche des Rameaux , ainsi nommé en rappel de l'arrivée de Jésus à Jerusalem , salué par les habitants avec des palmes et des branches d'olivier.Des branches de buis sont toujours bénies à la fin des messes des Rameaux, et des prières dites  le Jeudi , jour du repas pris par Jésus et ses disciples , les futurs apôtres ( la Cène ) . Le Vendredi Saint les chemins de Croix commémorent celui que le Christ gravit , portant sa croix , jusqu'au Golgotha où il y  fut cloué .Plus impressionnantes encore , les processions de Pénitents , surtout en Espagne et en Corse . Il y a peu encore tous les travaux des champs s'arrêtaient , et les marins mettaient le pavillon de leur navire en berne .
Ce jour de deuil enveloppe les statues des églises de voiles sombres , et les cloches se taisent jusqu'au dimanche de la Ressurection : Pâques .
 
C'est dire si cette période est pour les chrétiens grave de symbôles ......
 
oeufs_paques.jpgOr , c'est elle qu'ont choisie un "artiste" new-yorkais et un parvenu des affaires pour étaler en Avignon , ancienne cité papale devenue temple de la provocation , une "oeuvre " dénommée "Piss-Christ " ; outre ce titre nullement euphonique, on ne voit pas quel trait de génie peut pousser un individu sain de corps et d'esprit à tremper une effigie dans un bocal d'urine  , ne serait ce que le portrait d'un proche ? Alors , quand elle est sacrée .....
Si c'est une manoeuvre destinée à  faire monter la côte de "l'artiste "pour accélérer  les spéculations financières sur l'art dit "contemporain", il s'agit bien de "l'esthétique du sordide "dénoncée par Jean Clair ( l'Hiver de la Culture) , ou pire , "un acte de subversion masquée" (Y.Marie Adeline : L'appel des sirènes ).
 
En vérité , se cache sous cette façade "novatrice " un anti christianisme que nul ne peut plus nier , tant les profanations , sacrilèges et blasphèmes se sont multipliés en France ces  derniers temps , dans le silence des media et la complicité des élus , car enfin le maire qui laisse exposer dans sa ville ces choses là n'a plus l'idée de ce qu'est le trouble à l'ordre public .
 
Il y avait eu des précédents , qu'on croyait proscrits : ainsi  des guevarristes venus "soutenir " les ouvriers de Lip en grève avaient ils installé dans les toilettes un Christ , déja , de façon à ce que les bras semblent sortir  de la cuvette .Mais on savait à qui on avait affaire . En Avignon , le masque tombe t-il  du visage des idiots utiles ? A moins que , comme l'écrit l'Anglais Collingwood , l'art d'aujourd'hui n'obéisse  plus à une loi  de progression , comme le voulait Eugène  Delacroix ,  mais de régression  .
 
Je préfère m'en référer , avant de revenir aux traditions de Pâques , à la formule  d'Henri de Montherlant : "Allons, vous êtes vides de tout, et d'abord de vous mêmes ."
 
Et vous laisser admirer  ces oeufs , symbôle de fertilité, cachés dans les jardins pour le bonheur des enfants , etOeuf Fabergé ceux  que chocolatiers ou patissiers décorent avec verve , et qui égayent nos tables de ce dimanche sacré .
Et surtout les merveilles que Pâques a inspirées à ce  descendant de Français établis en Russie , Carl Fabergé, (1846-1920) qui créa à Saint Petersbourg  une joaillerie détruite par les bolcheviks , dont les exemplaires rares sont recherchés par les plus grands musées, étourdissante et précieuse beauté qui fusille de sa splendeur les produits de le décadence et la nouvelle ère du Veau d'Or .
 
Joyeuses Pâques à nos lecteurs !
 
Françoise Buy Rebaud , 20 avril 2011
Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Polémiques
commenter cet article