Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise Buy Rebaud
  • Le blog de Françoise Buy Rebaud
  • : Contre le suicide assisté de notre culture et de notre civilisation.
  • Contact

Recherche

4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 08:50

Des coutumes et des traditions .....

 

Une civilisation est souvent portée par la tradition, matériau de l'identité parmi d'autres... merci à Magdeleine Chauve de nous avoir envoyé ces quelques souvenirs......

FBR , 2 avril 2013

 



 

La semaine Sainte , "peineuse "comme le rappelle votre article , était autrefois marquée de coutumes charmantes , dont la bénédiction (en Forez et Beaujolais ) des enfants rassemblés en leur église le jeudi Saint , quelques branches fleuries dans leurs petites mains .Dans les étables et les granges , les rameaux bénis le dimanche , accrochés aux poutres , protégeaient les bêtes , l'âne et le boeuf n'ayant ils pas été les premiers compagnons de Jesus à peine né ?

 

fete-de-paques.jpg

 

Au manteau des cheminées ces brins de buis assuraient la vie de la flamme , celle des humains dans de modestes bénitiers de faïence fixés au mur pres du chevet , et on ne les remplacait qu'avec ceux de l'année suivante , qui devaient être brûlés , non jetés .

Coutume plus ancienne , celle des coquelets ou cacoteux de Bresse ou de Berry , jeunes garçons hardis qui allaient de ferme en ferme quémander le produit de la ponte du jour pour la confection de pâtisseries du dimanche , allusion à la charité qui doit inspirer tout fidèle .

Un point de notre Histoire : depuis les capitulaires de Charlemagne ,les rois de France usaient de leur droit de grâce ce même jeudi Saint ,rappel de la Cène , et les évêques du privilège de libérer les prisonniers vraiment repentants .

Traditions modestes , mais évocatrices , pourquoi les abandonner , si ce n'est parce que les mémoires deviennent un désert ?

 

La tradition du Chemin de Croix par contre s'affirme avec force , mais elle tient peut être plus au caractère impressionnant que leur donnent la Corse ou l'Espagne : celles des Pénitents . Souvent de nuit , à la lumière des torches , ces porteurs de croix suivent des itinéraires où s'agenouillent les fidèles , mais aussi des touristes frappés de respect , dans le plus grand silence , seulement marqué par le choc mat des pas .Silence qu'on aimerait retrouver dans nos cathédrales devenues corridors de tourisme pour visiteurs en tenue négligée .Puissent nos évêques imiter ceux des pays mediterranéens : à l'entrée des églises des gardiens distribuent des mantilles ou des vestes , et interdisent l'accès aux costumes de plage ; ne doit on pas se déchausser dans les mosquées ?

 

 chemin-de-croix-_aux-philippines.jpg

 

Au vendredi Saint , il n' y a pas si longtemps ,on commémorait la mort du Christ avec ferveur ; les travaux des champs cessaient à midi , les bureaux et ateliers fermaient , pour que les chrétiens puissent se recueillir devant les reposoirs fleuris dressés dans les chapelles latérales , ou prendre part aux douze stations du chemin de croix . Les statues sont toujours voilées de sombre et les cloches muettes , on dit aux enfants qu'elles sont à Rome et ne reviennent que le dimanche ; dans certains couvents on perpétue l'usage d'une sourde cloche de bois pour l'appel aux offices .

 

penitents-puy-en-velay.jpg

 

Evidemment ce vendredi était absolument maigre , même de poisson , et les boutiques "de bouche " tiraient scrupuleusement leur rideau .

 

Dans l'abandon des traditions de la Marine , observée aussi par les pêcheurs , voici le plus désolant : les navires mettaient les vergues en pantenne et le pavillon en berne , spectacle de désolation sous le cri des mouettes .Venu des corsaires en chasse de pillards barbaresques au cours des siècles , en quoi ce rite offenserait il , chez ceux appelés à la vaillance française ?

 

 oeufs_de-paques.jpg

 

Le Samedi tout proche du jour anniversaire de la Ressurection , les esprits se penétraient déjà de l'allégresse de ce jour, et on cachait dans les jardins des oeufs décorés , qui inspirèrent à un Russe d'origine française, Karl Fabergé , ces joyaux dont les Cours et désormais les antiquaires s'enorgueillissent .Pourquoi les parents ne reprendraient ils pas , en l'expliquant , cette habitude tout aussi réjouissante que celle des cadeaux de Noël ? Le merveilleux n' a t il pas droit de priorité sur le commercial ?

 

Comme en France tout finit par des agapes , réjouissons nous que cette semaine s'achève apres la messe en banquet de famille et entre bons amis , pour la plus grande gloire de notre civilisation , puisque notre gastronomie est inscrite au Patrimoine mondial.

 

banquet.jpg

 

Mais sans oublier que c'est une fête religieuse avant tout ........

M.Ch.

 

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Des Racines et des Ailes
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 05:15

racines-ailes01.PNG

 

 

Qu'ils prennent le temps de regarder , sur FR3 , la video "Les clefs de l'excellence " du 23 novembre .

Comment les artisans d'art redonnent vie aux élément menacés de notre patrimoine artistique , ou perpétuent le savoir-faire français .

 

Restaurer les dorures des palais nationaux , reproduire une statue quand l'original ne peut plus supporter les intempéries , créer pour Lalique une oeuve dans le style 'Art Déco , avec quelle passion ils exercent cet art de la tradition , et quelle fierté ils en éprouvent .

 

Et indignons nous , puisque cela semble réservé à certains et toujours sur de mêmes motifs à répétition , que ces représentants de notre culture ne reçoivent pas ces décorations largement distribuées de nos jours sans discernement et hors l'esprit dans lequel elles ont été créées .

 

N'oublions certes pas que cette émission concerne les plus choyés , parce que les plus visités , de nos monuments natoniaux , et que beaucoup de ces artisans d'art ne trouvent plus de successeurs , faute de clentèle , ou de vocations ....

 

 

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Des Racines et des Ailes
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 11:53

Des Racines et des Ailes (mercredi 20 janvier) : A Lyon ? A peine ...


Eprise de cette capitale, je sais qu'il faut des jours pour en connaître les mystères et les beautés, car elle sait garder toute réserve.

 


Une heure et demie de reportage aurait pu suffire à une première découverte. Or le temps donné au parcours du Rhône (Pourquoi pas une émission spéciale ? Et pourquoi pas la Saône ?) de sa source en Suisse à son delta de Camargue, avec arrêt sur ce qui attire le "grand public" (tarasques, joutes, monstrueuses péniches, difficultés de la navigation) était perdu pour Lyon.

 


Mais l'insuffisance était d'une autre nature.

 


Presque rien sur les origines avant et sous Rome et sur le christianisme, ni sur le rôle de la ville dans l'Histoire de France, quelques aperçus de la Croix-Rousse avec clichés sur les révoltes des canuts, voix d'Yves Montand en prime, un petit bout de Guignol, le survol du Château Lumière, la trop brève visite des ateliers de soyeux, mais une, superflue, d'un appartement d'un quartier neuf sans intérêt ...

 


De belles vues aériennes ou de quelques monuments illuminés, certes plaisantes, ne compensaient pas d'autres lacunes.


 
Pas de promenade sur les quais de la Saône, ni dans les rues de la Presqu'île, un rapide parcours dans une seule "traboule"


 
des maisons restaurées du Vieux Lyon (Renaissance et 17e), l’absence de la Primatiale Saint Jean (12e, 13e et 14e siècle) où Henri IV épousa en 1600 Marie de Médicis, la traversée au pas de charge de la Place Bellecour ; et alors que Lyon compte onze chefs étoilés, et une brasserie classée où se sont restaurées maintes célébrités, la caméra entrait chez Anne-Sophie Pic, célèbre et talentueuse assurément, mais à Valence ...
Et nos chers "bouchons" lyonnais, d'ambiance à nulle autre pareille, oubliés ! Oublié aussi, l'Opéra "réhabilité" par Jean Nouvel ; la Place des Jacobins ornée des statues de Ph. Delorme, H. Flandrin, G. Coustou et G. Audran, enfants de la ville...

 


La présentation hâtive au Musée des Beaux Arts (Palais Saint Pierre - 17e-18e), sans inventaire de ses richesses, nementionnait même pas les autres, non moins dotés : Musée des Tissus et des Arts décoratifs (Hotel de Villeroy - 1730), Musée de la civilisation gallo-romaine, Musée de l'Imprimerie.

 
Mais vous, nos lecteurs, vous savez bien ...

 
qu'Auguste choisit Lugdunum, ex Condate, pour capitale des Gaules ; qu'y sont martyrisés Saint Pothin et Sainte Blandine, puis sur ordre de Septime Sévère des milliers de chrétiens, dont  Saint Irénée ;  que la ville voue un culte à Marie, honorée chaque 8 décembre pour avoir par deux fois protégé la ville ; qu'après Charlemagne, elle passe sous autorité de ses évêques ; puis au 14e siècle directement sous pouvoir royal ; qu'au 15e siècle Lyon, centre de commerce florissant, compte aussi des centaines d'ateliers d'imprimerie célèbres ; qu'au 16e y brillent Maurice Scève, Clément Marot et Louise Labé, la "Belle Cordière".

 


Que Rabelais, médecin à l'Hôtel Dieu, y publie "Gargantua" et "Pantagruel" ; puis s'y illustrent au 18e les frères botanistes Jussieu, Jouffroy (pyroscaphe) et Bourgelat (première Ecole vétérinaire) ; que Montgolfier et Pilâtre du Rozier y font décoller les premiers aérostats ; qu'en 1793, en punition de la résistance "blanche" de la ville, la Terreur y sévit violemment, et que Couthon fait abattre toutes les maisons de Bellecour ; que l'industrie de la soie et du velours, développée par François 1er, produit des merveilles qui tout encore meublent salons et palais du monde entier (le bleu Guimet). Nous avons tout de même admiré, en de trop brefs plans tournés ... à la Malmaison (!), ce que ces artisans savent faire ...

 


Quelle déception après les moments de plaisir passés à Chantilly (cf. nos archives du Cercle Hernani) avec Louis Laforgue !

 


Ce n'est sans doute pas à lui qu'il faut reprocher cette émission creuse, dans le droit fil d'anesthésie du public, même lemeilleur. Mais à ceux qui ont un but : taire ou dissimuler l'essentiel.

 


Françoise BUY-REBAUD

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Des Racines et des Ailes
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 00:53
Notre émission favorite Des Racines et des Ailes nous emmène ce 28 octobre à Chantilly , pour notre plus grand plaisir . Celui de suivre les travaux que Le Nôtre menait de front à Versailles et à Chantilly , et de nous rappeler les marques d'amitié que Louis XIV et son maître jardinier se prodiguèrent mutuellement ; ( mais ont manqué la généalogie de l'artiste et les documents exposés dans une galerie près des communs ) .

De comparer les modes de jaillissement des fontaines et bassins de chaque parc ; d'admirer le travail de ces passionnés qui font revivre , sans le moindre dédommagement , les techniques hydrauliques initiales . De circuler dans ce chateau bijou , dont la bibliothèque et les collections sont des merveilles ( on ne nous a malheureusement pas montré les Riches Heures du Duc de Berry , que j'ai pu admirer par miracle une fois ,mais tout de même Les trois grâces de Boticelli ) . Mais aussi le déplaisir de constater à quel point le mobilier est resté à l'abandon ; par bonheur des spécialistes des métiers d'art et de restauration sont enfin à l'oeuvre . Leur choix de ce métier exigeant , leur réserve et leur sourire méritent estime et reconnaissance .

Plaisir à nouveau de voir revivre le jardin du vainqueur de Rocroi ,prince de Condé , cousin du Roi Soleil , et de son dernier héritier , le duc d'Aumale , injustement exilé , dont la vie et l'oeuvre admirable ont été des modèles de discrétion . Déplaisir ( et gratitude ! ) d'apprendre que sont à l'origine des travaux de restauration ,non pas nos "gouvernants " , mais Eric Orsenna , Alain Decaux ( mais comment donc nos Présidents de la République choisissent ils leurs Ministres de la Culture ?? ) et Karim Aga Khan .

La fortune permet tout , me direz vous ? Certes , mais certaines autres ,qui devraient rester françaises , trouvent ailleurs d'autres emplois ..... Le temps de penser que nous avons un Garde des Sceaux , mais pas de Garde du Patrimoine . Les Ecuries et l' école d'art équestre seront hébergés pendant les travaux à Saumur ; il faut bien nous souvenir que le carnage , en hommes et chevaux , des guerres napoléoniennes , a nécessité la création du prestigieux Cadre Noir en 1815 et avec ravissement nous avons vu que , décidément , l'homme est la plus belle conquête du cheval . Un reportage sur Zanzibar , qui redécouvre son patrimoine grâce à la Fondation du prince mécène a un peu écourté l'émission , mais enfin on lui devait bien ce merci .... Retrouverons nous cette qualité la prochaine fois ?
FBR
Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Des Racines et des Ailes
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 01:54
Rubrique culturelle de la lettre du Rif
Mercredi 30 septembre,se,posait la question : nos chères "des  Racines et des Ailes " étaient elles désormais un mutant?  Deviendraient elles une de ces banalités que nous refusons ?
Des Caraibes  ,ce n'étaient que clichés géotouristiques ,  ou des aperçus  de monuments livrés aux intempéries par la négligence créole ou le ressentiment politique, que quelques volontaires courageux tentaient d'arracher au délabrement,et curieusement occupés par des enfants ou des gens âgés pour la pratique de leurs activités .
 Préfiguration du destin de notre propre patrimoine.?....à frissonner .....
  
Mercredi 7 octobre ,nous retrouvons une émission de qualité sur la magnifique Venise , éternelle et périssable , que même la ,par bonheur brève ,  visite  des collections de F.Pinault ne gâche pas  (significatif,par ailleurs ce drapeau breton que le milliardaire fait hisser quand il est sur place ).Si art contemporain il y a , comment justifier ,ou expliquer que ces "artistes" aient la création lugubre ,macabre
ou grotesque ?  ( Par exemple la monstrueuse nana de Nicki de Saint Phalle qui encombre l'entrée de l'Ambassade de France à Lisbonne ) Pourquoi tant de bruit pour certains, Koons ,Soulages ,et si peu pour d'autres ,par exemple J.M.Folon disparu récemment ,ou E.Bilal  (voir son bel Animal'Z ) . L'art contemporain est un marché  , dites vous ? Un aquamanile du XIII ° siècle  haut de 27cm.a  été acquis ,en mai , 68150 € , et un "fauteuil  " de plastique violet de N de Saint Phalle 51250€   : choquante différence entre valeur et titrisation
 
Cercle Hernani
 
Thème de notre Manifeste l'an dernier , l'exposition qui  déshonorait "nôtre " Versailles,Une autre en est elle digne , celle de Xavier Veilhan ? On le dit , et après visite nous en reparlerons .
 
Autre thème du  même Manifeste ,les malheurs de la Maison de Molière.
  Hélas  , notre cri de révolte   (Hernani !) , n'est pas près de s'éteindre .
 
Dans un article indigné  du Figaro Magazine du 5 septembre , Jean Luc Jeener accuse :"on a ravagé la
Maison. Coupables : :les acteurs ,les administrateurs successifs ,les pouvoirs publics ,les critiques mais aussi et surtout nous ,les spectateurs, , qui avons laissé faire cela parceque l'on s'habitue à tout "(page 68 .)  Pierre Dux disait en 1984 dans le même Figaro Magazine :"Aujourdhui  la Comédie Française ne remplit plus sa mission ".
 
Nous l' avions constaté  en 1984  en effet ,lors d'une représentation de" Bérénice ," que la diction  et les déplacements à l'extrême ralenti  d'acteurs  bridés ou sermonnés rendaient incompréhensible et soporifique. Mais du moins les spectateurs consternés n'applaudissaient ils pas , ce qui donna le temps à l'un d'eux de se lever,au premier balcon ,et de prononcer hautement et intelligiblement :"Et Racine mourut pour la seconde fois ",dans un silence de sépulcre.  En 1991 ,autre incongruité (le mot est faible ):un" Malade imaginaire " dans des décors peints pour une classe de maternelle ,avec seau hygiènique  (eh oui !) près du fauteuil d'Argan ,dans une frénésie de courses et de bruits proches du mauvais cirque . Mais il se trouvait  une part du  public pour "en rajouter" ,et ce n'étaient pas des enfants ! que la réprobation d'une autre part rendit,à la longue  ,à la réserve.
 
Récemment les Lyonnais,ravis de la parfaite diction et de l'intelligence du texte de jeunes acteurs de la Maison en tournée ,ne regardaient ils pas stupéfaits  Alceste embrasser violemment Oronte sur la bouche, après s'être roulé sur le sol ? Le créateur etait cette fois
 
Cette dictature des metteurs en scène , qui sévissent aussi  à l'opera, dénoncée par les comm entaires du public sur Arte ,après la représentation de l'Idoménée de Mozart à Aix , (Olivier Py ) ,va t elle perdurer ?
La récidive n'existe pas que chez les délinquants  : bien que madame Mayette se dise sidérée par la "lecture " de Bérenice (encore) d'un certain Linyekula ,on remonte à grands frais l'inepte "Ubu  roi  "    Musset Marivaux ,Montherlant ou Anouilh resteront  au placard.
 
Se trouvera t il un public assez sot pour s'en réjouir ? Serait il comme ces pauvres animaux  nourris  en batteries , auxquels on ne donne jamais que le même insipide ou écoeurant brouet ,et qui  finissent par refuser toute autre nourriture ?
 
Hernani , Hernani !!
 
Un peu de lecture
 
Avez vous envie de rire ? Alors faites vous prêter,comme moi , le dernier succès d'un "regretté" Président,car il ne vaut pas une chipette d'€ .Fond et forme dérisoires,à deshonorer les Académiciens.
Ensuite relisez "Le taxi mauve " de Michel Déon :
Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Des Racines et des Ailes
commenter cet article