Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise Buy Rebaud
  • Le blog de Françoise Buy Rebaud
  • : Contre le suicide assisté de notre culture et de notre civilisation.
  • Contact

Recherche

1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 04:58

Au bout de la semaine peineuse , ainsi nommait on dans les campagnes la semaine Sainte, se lève le jour de la Resurrection .

 

le-christ-au-jardin-des-oliviers---eugene-delacroix.jpg

 

Au Christ souffrant succède le Christ en gloire


CIMABUE_CHRIST_EN_GLOIRE-2.jpg

 

Notre civilisation reçoit elle l'eau que réclament ses racines ?


dead-tree-jura

 

le mois de mai de l'année décide la destinée (Dicton ancien ) arbre mort et par contraste fleurs


bruyere-2.jpg

 

Comme le jardinier préparez le Printemps !

 

Le Cercle Hernani vous souhaite d'heureuses fêtes de Pâques

FBR, 1 avril 2013

 


Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Communiqués - Annonces
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 10:30

 

Une civilisation et une religion sont indissociables ,  cela rend parfois  les rapports entre cultures difficiles .

Et nous sommes attachés à la nôtre .

Serait ce une raison de n'en pas parler ?

Evidemment non .

 

Un pape si frêle , et si fort   .....    

 Fichier:Benoît XVI.jpg

...... qui nous quitte ??

 

Ni la stature , ni la taille  ne prouvent la puissance intellectuelle , spirituelle et morale d'un homme  , encore que Jean Paul II ait possédé  ces qualités réunies . Benoit XVI les affirme par son seul regard lumineux ,où s'allume parfois une étincelle de  malice.

 

Sa décisison   soulève des réactions , de profond regret , de gratitude , de crainte , et  des critiques , le plus souvent mal venues ou dissimulées.

Des questions aussi , puisque d'aucuns  se risquent à émettre l'idée d'un ensemble de pressions  qui auraient contraint cet intellectuel brillant , plus enclin au message  qu' à l'action , à cette démission . Il est vrai que la mort suspecte d'un précédent pape et les attentats contre ses successeurs  laissent des doutes .

 

Certes les ennemis de l'Eglise sont nombreux et  puissants , mais tout ce qu'a dit et écrit Joseph Ratzinger était marqué du sceau de l'audace , à commencer par sa dénonciation du relativisme , de l'oubli volontaire des racines de la culture européenne , de la paganisation  (barbarisation ?)de la société . Se rapprocher des traditionalistes et des orthodoxes , n'en était ce pas  ? Réhabiliter la messe en latin et la liturgie traditionnelle , contre  les regards de commisération des "modernes ", et pour la joie des "fidèles ' , n'en était ce pas ? Visiter des pays où le communisme est encore vivant , et l'Islam vigoureux , n'en était ce pas ?  Le discours de Ratisbonne , n'en était ce pas ?  Ranimer le sacré en ce temps de matérialisme , n'en était ce pas ?

Et la première de ses audaces , n'était ce pas de surmonter sa réserve naturelle et sa fragilité physique pour accepter un magistère d'une extraordinaire dimension ?

 

Départ dans la crainte ou la contrainte ? Pour cet homme  frêle mais  persévérant ,  au regard si pénétrant ?  Non .

La foi et le vrai courage ne cèdent jamais .

Complots ? Nous le saurons bientôt , à l'élection .

Nous ne perdons pas un pape , il reste  auprès de nous : sa simple présence  , la force de sa prière et ses messages  seront autant de balises contre la dessication d'une pensée occidentale pervertie par les modes , le mauvais esprit , le lucre et la vulgarité  .

 

Relisons les discours des Bernardins ......     

     

ici video Te Deum dit par Benoit XVI à sa visiste à Paris en 2009

 

Vale , Benedicte !

 

fbr , mardi 19 février

 

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Communiqués - Annonces
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 10:00

13-janvier-2013-2--2-.jpg

 

Pinocchio , le silence est d'or ! 
  
Les aventures de ce gentil pantin nous ont appris depuis longtemps que les mensonges ont les jambes courtes ou le nez long .
 
Pour avoir participé à la manifestation de dimanche 13 janvier , nous avons constaté  de visu que le Champ de Mars , déja plein en début d'apres midi , recevait sans cesse de nouveaux cortèges , que les groupes amassés aux trois lieux de rassemblement piétinaient encore dans l'attente du départ déjà donné , mais ralenti par l'épaisseur des rangs  , que certains n'ont pu se mettre en route que deux ou trois heures après leur arrivée sur place , que beaucoup  n'ont touché au but qu'à la nuit tombée , débordant sur les pelouses et dans les avenues parallèles , et que bouches de metro fermées et rues barrées compliquaient la situation .
 
Bon point au  téléphone portable , qui  a relié et situé Provinciaux et Parisiens   dans cette foule immense où les amis ne pouvaient plus se rejoindre , foule qui montrait  un
beau visage : la France retrouvée .
 
Le nombre ? Il paraitrait que nous n'avions pas atteint celui du public d'un chanteur à la mode.... mais les visages souriants des forces de sécurité , et parfois leurs réponses  , en disaient long , et tout autant l'affairement  et les questions  des journalistes étrangers . Bons points  à Internet, qui a libéré et exporté toutes les images , toutes les voix , et imposé la vérité .
                                   
Honte à ceux qui la  redoutent  : se sentent ils si faibles  quant à ce sujet de civilisation ?
Honneur à ceux qui , en ce dimanche de bruine , venus de tout le pays , ont assuré le succès de ce témoignage  national .
Qui ment une fois ment cent fois , dit le proverbe . Il est vrai qu'Hannah Arendt   déplore que ce procédé est une des formes de la politique .
Mais il y a longtemps qu'en France ce mot n'a plus le sens que lui donnait Pericles .
 
pinokio
Fichier:Pericles Pio-Clementino Inv269 n2.jpg
Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Communiqués - Annonces
commenter cet article
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 01:43
Compassion                           ou arrière pensées ?
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/84/My_retort.jpghttp://www.sedlex.fr/wp-content/uploads/2011/12/code_civil.jpg
Le souci d'Hernani est notre culture. Mais ce mot entraine dans son sillage un autre mot :  civilisation.
C'est d'elle qu'il est question ici .
  
Le droit romain, repris en France par le code  civil de Napoléon, institue le mariage, qui établit la famille,
socle de nos civilisations occidentales.
Ce contrat,  tout a été entrepris, depuis quatre  décennies, pour le critiquer, le ridiculiser, l'évincer.
Rien pour lui rendre la place d'honneur qu'il n'aurait jamais dû quitter .
  
Aujourd'hui on remet ce mariage jugé obsolète au goût du jour, non pour Roméo et Juliette , non pour Philémon et Baucis, mais au nom du  " progrès ".......
Félicien Marceau , qui fut doyen de l'Académie française , a écrit :" ll y a dans le langage actuel une lâcheté qui consiste à avoir peur du mot juste "
Alors ne mâchons pas les nôtres : l'union d'un homme et d'une femme est selon l'anthropologie le seul moyen de perpétuer l'espèce humaine.
 Et même par manipulation scientifique  c'est aux deux qu'il faut avoir recours  .
Pour tous ?
Pas entre  Byron et Augusta   , pas entre Oedipe et Jocaste   .
 
Il y a pire .......
 Depuis Aldous Huxley nous savons quel   "Meilleur des mondes "  l'éprouvette nous prépare  , et que les dieux sont parmi nous quand la science bricole dans les cornues .
Aurons nous Leda et son cygne , Centauros et les jolies juments de Thessalie ?
Clôner des humains apres les brebis tourne bien des  têtes .....
 
 Ceci n'est pas persiflage , mais indignation 
 Car il est évident que pour  parvenir à un bouleversement des sociétés ,  ou  pour des aventures scientifiques à but terrifiant , selon le mot d'Elizabeth Guigou , hostile en son temps à ces projets , on utilise le mal être  d'un petit nombre , (Piotr Tchaikosky en fut le génial et souffrant exemple ) , qui  recherche , mot à la mode , la normalité .
 
Ce n'est pas les  respecter . Ni nous respecter nous mêmes .
Les membres d'Hernani seront au Champ de Mars  dimanche 13 janvier
 
www.cercle hernani.over-blog.fr
Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Communiqués - Annonces
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 09:39

L'association "Paris Fierté " , organisatrice chaque année de la procession de la Sainte Geneviève , nous transmet  ce cri d'alarme  ; encore un appel , direz vous !.....

Il est vrai que de nombreuses informations et  pétitions circulent , parce que les tout puissants "media" ne nous soumettent que ce qui leur convient :stalinisme bon chic  bon genre oblige, ou malformation intellectuelle ......

Et nous assurons la diffusion de celles qui relèvent de l'esprit de ce blog , comme ci dessous :


>>cliquer içi : PARIS FIERTE<<

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Communiqués - Annonces
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 07:45

A Avignon, Cité des Papes, une exposition appelée « Je crois aux miracles » est organisée autour de la photo d’un Christ plongé dans l’urine. Des affiches de cette photo blasphématoire, appelée « Piss Christ », sont exposées publiquement dans les rues de la ville.

 

Prince d'OrléansLe Ministère de la culture, une mairie UMP et un conseil régional PS financent actuellement cette exposition. Le groupe LVMH cofinance ce « Piss Christ » et met son logo sur l'affiche, alors que ce même groupe se définit sur son site internet, comme « l’ambassadeur de l’art de vivre occidental dans ce qu’il a de plus raffiné ». Quelques sponsors secondaires participent au blasphème comme la SNCF ou la Fondation CARTIER.

 

Plus d'informations, ou pour signer la pétition (déjà plus de 90 000 signataires !!!), rendez-vous sur :

 

http://www.defendonslecrucifix.org

 

Charles-Philippe d'Orléans

 

crucifix.jpg

 


M A N I F E S T E


 

A  Avignon, une exposition appelée “je croix aux miracles” est organisée autour de la photo d’un Christ plongé dans l’urine. Des affiches de cette photo blasphématoire, appelée « Piss Christ », sont exposées publiquement dans les rues de la ville.

 

Le Ministère de la culture du gouvernement Sarkozy, une mairie UMP et un conseil régional PS financent actuellement cette exposition. Le groupe LVMH (Dior, Guerlain, Moët, Hennessy etc ) , dirigé par Bernard Arnauld, cofinance ce "Piss Christ" et met son logo sur l'affiche, alors que ce même groupe LVMH se définit sur son site internet, comme « l’ambassadeur de l’art de vivre occidental dans ce qu’il a de plus raffiné » !!! (NB: On comprend pourquoi la société Hermès s'est récemment battue pour ne surtout pas être engloutie dans ce groupe.) Enfin quelques sponsors secondaires (non présents sur les affiches) participent au blasphème comme la SNCF ou la Fondation CARTIER.


Aux Etats Unis, puis en Australie, cette photo blasphématoire réalisée en 1987 a été bannie.


Le gouvernement Sarkozy, la mairie UMP, le conseil général PS et LVMH, eux, en font tranquillement la promotion dans l’ancienne cité des papes. L’œuvre y est installée dans un des plus beaux hôtels particuliers de la ville, devenu une sorte de temple du blasphème.


Devant ces faits inacceptables, nous exigeons des autorités et dirigeants impliqués les mesures immédiates suivantes :


1-      Faire retirer la photo blasphématoire de cette exposition et interdire toute présentation publique en France, en raison de son caractère provoquant et discriminatoire envers les chrétiens.

2-      Faire enlever et détruire tous les supports de communication utilisant cette photo (affiches, panneaux municipaux, brochures etc.)

3-      Faire stopper tout financement public et privé de cette exposition (près d'un million d’euros par an prévus pour une nouvelle période de 10 ans !!! dont une grande partie par le contribuable).


SIGNEZ LA PETITION


 

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Communiqués - Annonces
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 06:06
Les amis d'Hernani prennent la parole
  
  
Grande ProvenceNous sommes heureux de vous annoncer la naissance d'une revue trimestrielle  passionnante, "Grande Provence ", qui ne s'adresse pas aux seuls habitants , mais à tous ceux qui aiment les arts , l'histoire , et que la vie de cette belle province interesse .

A noter ,  sa devise : les voies du futur sont celles de la mémoire .

Entre autres articles de qualité ,dans le n° 1  " Le roi René , personnage de légende" , mais aussi un dossier sur le Conservatoire du littoral  , et dans le n° 2 " Le costume arlésien ou le miracle de la permanence"  ,"Les bugadières(lavandières ) du Tholonet ", histoire de l'acheminement de l'eau vers Aix , et  aussi des réflexions de Jean Giono sur l'architecture moderne , dont nous publions un extrait avec l'autorisation de :


Feuilletez le dernier numéro (cliquez ici)
  
"Où le génie ( d'autrefois ) prenait appui sur le bon sens et consentait à suivre des règles d'or, le médiocre d'aujourd'hui se veut libre de toute contrainte et ne demande qu'à inventer .On voudrait bien qu'il invente , on n'est pas contre l'invention , on serait plutôt pour , si précisément elle n'était pas médiocre .

 Ce sont les sens qui rendent heureux , et non l'esprit spéculatif . Voilà  les fondements de la culture .
Il est nécessaire d'avoir un toit sur la tête , mais pas n'importe quel toit .Ou alors qu'on ne nous parle plus de bonheur : qu'on comprenne une fois pour toutes que nos temps ont des fins inhumaines , que nous avons lâché laproie pour l'ombre .Les grottes de Lascaux n'étaient pas n'importe quelles grottes  " Les terrasses de l'ile d'Elbe , Gallimard , page 23" .

gd_provence01.jpg

 

04-edito.jpg

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Communiqués - Annonces
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 09:32

On ne présente pas Jean Dutourd , on le regrette .


On peut rappeler pourtant que , prisonnier de guerre , il s'évada , pour renouveler l'exploit quand il fut arrêté comme résistant .


Ecrivain fécond, il ne cherchait pas à plaire , mais donnait sa pensée avec une saine et roborative rudesse . Il était politiquement incorrect , ce qui ajoute à ses vertus , et en fit la cible des cuistres moralisateurs .


Défenseur de la langue française et de ceux qui la maîtrisent encore ,il appréciait le duc de Saint Simon , Stendhal , Giono ,et Vialatte , tous deux ayant le même tour d'esprit . Il déplora qu' on n'eût pas , pour des raisons politiques , donné place à Jean Raspail à l'Académie , où lui même fut élu en 1978 .


Interlocuteur érudit et plein d'humour des "Grosses têtes " de Ph.Bouvard , il tenait une rubrique à Radio Courtoisie , et fut jusqu'en 2009 le solide président de l'Association de défense de la Langue française , où lui succède A.Rinaldi . La discrétion après son décès des "élites" , si mal nommées , et des élus , si prudents ou ...pour certains , ignorants , montre à quel point la bien pensance reste prégnante dans notre pays .



A Dieu , Jean Dutourd ! Françoise Buy Rebaud


      Rappel : 

1946 Prix Stendhal , pour " Le complexe de César " . 1950 Prix Courteline , pour " Une tête de chien" . 1952 Prix Interallié pour "Au bon beurre" 1961 Prix du Prince Pierre de Monaco pour l'ensemble de son oeuvre 2001 Prix Saint Simon pour "Jeannot, mémoires d'un enfant " 2005 Grand prix catholique pour " Journal intime d'un mort ".


Commandeur des Arts et des Lettres , il avait aussi reçu des décorations que nous ne citerons plus , car elles sont décernées à certains depuis quelques lustres pour des motifs qui les dévalorisent .Mais nous n'oublierons pas qu'il appartenait , comme A.Castelot , G.Saint Bris et G.Bordonove au mouvement "Unité capetienne"


***

 

A bientôt, père Dutourd !

 

http://www.causeur.fr/wp-content/uploads/2011/01/jean-dutourd.jpg

Puisse sa France être immortelle

 

 

« Nous nous tenons près des gisants comme des rois déshérités… »

Ce vers d’Aragon chante en moi comme un psaume depuis mardi matin où mon père m’a téléphoné, et appris la mort de Jean Dutourd. Mon père. Signe étrange. Mon père, le vrai, l’unique, qui m’appelle pour me dire : «ton ami Dutourd… Tu as vu ? » Jean Dutourd n’était pas mon père, car j’ai un père (et Jean Dutourd a un fils, que je salue ici). Pourtant cet homme, mon maître, un jour m’écrivait : « Vous êtes bien un peu mon fils littéraire… Vous ne croyez pas ? »

Nous nous tenons près des gisants comme des rois déshérités… Il ne sera donc plus jamais là, dans ce grand appartement un peu sombre, rue Guénégaud, où j’allais quelquefois, timide, pour le voir. On causait de tout et de rien. Et avec l’air de rien, cet homme me disait tout. « La politique ? Foutez-vous de ça, Taillandier ! Votre politique, vous la faites dans vos livres. Il n’y a que ça qui doit compter. Relisez-vous, et barrez tous les mots inutiles ! » Lui, le réac provocateur, de droite comme c’est pas permis ! Il me disait : « Votre bouquin sera fini quand il aura atteint le bout de sa trajectoire, qui existe et que vous ne connaissez pas. » Il me disait : « Bah, pour écrire, faut être un peu myope… » En me raccompagnant, il me racontait la dernière blague que lui avait fait passer son copain Paucard.

Nous nous tenons près des gisants comme des rois déshérités. Je n’ai pas vraiment le cœur à analyser. Jean Dutourd m’a fait découvrir, quand j’avais vingt-cinq ans, une grande chose : qu’il ne fallait jamais croire ce que la société dit d’elle-même. Que seuls nos écrivains, nos peintres, ceux qui se sont brûlés juste pour donner au monde leur petite mélodie unique, sont les seuls à dire la vérité. Comment, me dira-t-on ? Cet écrivain bourgeois, cet académicien ? Oui. Il savait et il me l’a dit. Il m’a ouvert ça devant moi. Le père Jean.
Il savait tout de notre langue, de notre histoire, de nos poèmes. Il n’aimait que ça. Il aimait comme il faut aimer : par cœur ! Il croyait, comme son cher général de Gaulle, que la France ne cesserait jamais, à cause de Corneille, à cause de Balzac, à cause de Toulet. Il espérait qu’il y aurait toujours des écrivains français. Qu’ils soient auvergnats ou qu’ils soient nègres, qu’ils se croient lorrains comme Barrès ou qu’ils se croient parisiens comme Baudelaire.

Nous nous tenons près des gisants comme des rois déshérités… Un jour, Dutourd est venu dans la maison d’Aragon, là-bas, à Saint-Arnould, et il a parlé de lui. Il aimait Aragon. Il fut le seul homme à demander pour Aragon, publiquement, des funérailles nationales. Et un gouvernement de gauche tourna la tête pudiquement ! Salauds, va ! Moi, j’ai dédié à Dutourd un petit livre que j’ai écrit sur Aragon. Il m’a téléphoné, c’était en 1997, autant dire la préhistoire, et il m’a dit : « Avec Aragon en amont et vous en aval, je suis sauvé. » Moi, le téléphone raccroché, je me disais : il est vraiment sympa ce mec, trop, trop sympa de me dire ça. Qui n’est pas vrai. Et qui l’est peut-être. Qui sait.

Il n’est plus là, alors, le père Dutourd. Nous nous tenons près des gisants comme des rois déshérités… Et j’ai cinquante-cinq balais. La vie passe. Alors, j’ai peut-être quelque chose à faire ? Pour Matthieu ? Pour Enguerrand ? Pour Sébastien ? Pour Solange ou pour Véronique ? Pour d’autres ? Qui veulent casser le monde avec des livres ? On passe. Et puis on passe le relais… Nous nous tenons près des gisants comme des rois déshérités… Non, vraiment, j’ai trop de tristesse pour analyser… Trop de tristesse et puis le sentiment que chaque phrase à peu près balancée, que chaque mot qui me vient de Diderot ou de Racin, justifie ma vie, et qu’il n’y a que ça pour la justifier. Que je sers quelque chose de bien plus grand que moi. C’est ça que vous m’avez dit, mon bon maître, avec vos yeux qui rigolaient derrière vos lunettes. Nous nous tenons près des gisants comme des rois déshérités. À bientôt, père Dutourd. Je vous pleure, je ne vous perds pas.

François Taillandier

(Source : Le Causeur.fr)

 

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Communiqués - Annonces
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 03:59

hernani01.PNG

Nous avons par erreur annoncé la conférence pour Samedi 18 janvier 2011, veuillez noter qu'il s'agit en fait du MARDI 18 JANVIER 2011...


Encore toutes nos excuses pour cette erreur !

 

PROGRAMME DE LA CONFERENCE DES RENCONTRES DE L'INDEPENDANCE

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Communiqués - Annonces
commenter cet article