Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2020 6 01 /02 /février /2020 04:36

DES DEMOISELLES DE SAINT CYR à NOS GRANDS SOLDATS

      

                          

 

 

 Une  belle histoire réunit ces deux images : de   1686  ,  dit Grand Siècle, à nos jours d ' incertitude                                       

 

                                           Louis XIV  1638  1715

Françoise d'Aubigné,  1635-1719 future madame de Maintenon, avait eu une jeunesse  pauvre ,triste et difficile  :  ce souvenir douloureux  lui donna l'idée de fonder un pensionnat pour  l'accueil et l'éducation de jeunes filles  de la noblesse  orphelines d'un père tombé au combat, dont les familles, notamment en province ,  n'avaient pas de fortune. Devenue marquise de Maintenon ,  épouse morganatique de Louis XIV , elle fonda en 1686 la maison royale de Saint Louis , à Saint Cyr ,  village du nom d'un enfant chrétien de trois ans martyrisé avec sa mère au IV° siècle , auquel s'ajouta  en 1156  le monastère  de Notre Dame des Anges , grâce auquel  Saint Cyr put grandir et prospérer.

 

 

 

 

Françoise d'Aubigné , instruite et cultivée ,tres jeune épouse puis veuve  du  célèbre  poète Scarron , apprécié de la Cour,  avait été nommée gouvernante des enfants du roi et de madame de Montespan ; tout naturellement reçut elle la mission de l'organisation de la maison de Saint Louis  , construite par Hardouin Mansart  à la demande de Louis XIV

 

 

 

 

 

                                           Vue (presque ) aérienne du XIX° siècle

                                    

 

 

 

 

Une organisation rigoureuse  répartissait les élèves , plus de deux cents ,  par tranches d'âge , en divisions tenues par deux maitresses sélectionnées pour leurs capacités , avec horaires  et emploi du temps précis  ; le port d'une robe de tissu simple ,les cheveux serrés par un  ruban de couleur différente désignaient la section  à laquelle appartenaient les élèves  Apprendre était règle d'or , mais aussi  rigueur et discipline , outils de formation du caractère et d'une vie droite .

 

 

 

 

Lire et écrire parfaitement , puis  maitriser calcul , histoire , géographie et musique formaient le socle d'une instruction  solide qui  permit à ces jeunes filles de jouer des oeuvres de Corneille ,puis de  Racine  ,qui écrivit à  leur intention Esther et Athalie , dont elles fient le succès ,  et Lully composa  pour elles    Grand Dieu sauve le Roi , prière pour la guérison du monarque   , chant repris plus tard par l'Angleterre comme hymne national.....Cela  rappelle l'essor , au même moment , de l'Ospedale de la Pieta   de Venise  qui recueillait les fillettes abandonnées pour les protéger et les instruire ,  dont Vivaldi fit d'authentiques musiciennes , au point que les parents fortunés y inscrivaient  leurs héritières .

 

 

                 Racine fait  répéter  son " ESTHER "  devant le roi et madame de Maintenon

 

 

La bienfaitrice disposait dans les lieux d ' un appartement privé qu'elle occupait souvent ,

où elle se retira  et mourut après avoir quitté Versailles au décès de Louis XIV  en 1715

  

 

                                                                                                   

           

                                                                                                                       

      

             

                 

 

  Visite de Louis XIV  à la Maison de Saint Louis    , oeuvre de Mansart                                                                          

Il fallait bien qu'un jour  les   Révolutionnaires  passent par là, pour emporter mobilier , bibliothèques ,objets de culte et dégrader les bâtiments , laissés vides , puis de 1793 à 1798  utilisés comme hôpital militaire  ; l'abbaye  Notre Dame des Anges fut dévastée .

 

Mais Bonaparte , que son grade avait  fait voyager , et que l'Ancien Régime n'offusquait pas , bien au contraire,  décida d'imiter cette  Maison royale de Saint  Louis , dont sa soeur Elisa avait été l'élève , de deux façons : par la création de  pensionnats des demoiselles de la Légion d'honneur  pour  les filles de récipiendaires de cette décoration  , puis un autre pour leurs  orphelines  . Le décret fut signé le 15 décembre 1805 pour le pensionnats  , celui de la création de l'orphelinat le 15 juillet 1810 

Les pensionnats s'établirent au chateau d'Ecouen entre  1805  et 1814 , puis de 1850 à 1962  et dès  1807  dans  cloitre de l"Abbaye de Saint Denis , reconstruit dès 1700  par Robert de  Cotte ,puis  par les Gabriel père et fils 

Admises entre sept ans et dix ans  , les demoiselles devaient  quitter l'Ecole quand elles atteignaient  vingt et un ans .Les  orphelinats furent créés entre 1811 et  1813 à Paris , à Fontainebleau et à Saint Germain en Laye

 

 

 

 

Chateau d'Ecouen , construit  à partir de 1538  par Jean Bullant , sur l"emplacement d'une forteresse médiévale ,   pour Anne  de Montmorency .Entré par héritage dans la famille de Condé après la trahison  du connétable , confisqué à la Révolution , il est  devenu grâce à André Malraux musée de la Renaissance en 1962

 

 

 

 

 

Bâtiments  de Saint Denis , construits au XVIII ° siécle sur l'emplacement de l'abbaye médiévale  ,  utilisés comme hôpital militaire , donc préservés des ravages révolutionnaires , puis choisis par Napoléon pour accueillir les pensionnaires .

 

 

On ne peut que  déplorer le changement , hors ces lieux  et aux alentours  ,  de cette commune  haut lieu de notre Histoire ; rendons toutefois hommage aux édiles  d'avoir  accompagné le ministère de la Culture dans la restauration de la façade de la basilique, ( financée par mécénat et visites payantes ) ,et de la flèche du massif occidental prévu par l'abbé Suger ,  démontée après des orages dévastateurs , fin du 19° siecle.

 

Pierres et plans ayant été conservés , cette restauration se fait scrupuleusement selon les recommandations de la Charte de Venise de 1964 concernant  les travaux  de restauration sur monuments historiques , et selon  leur état premier , respectée   aussi pour la reconstruction  de la Frauenkirche de Dresde victime du  bombardement anglais, de Saint Malo meme cause , de la cathédrale de Moscou ,du théatre de la Fenice de Venise , entre autres .....

 

Et celle de Notre Dame ??    A bon entendeur salut !...

 

 

                                       La flèche de ia basilique avant 1847

 

Ces institutions furent  bienvenues car la Convention avait dispersé les congrégations religieuses d'enseignement pour les filles , dites "couvents " Il faut noter que l'instruction fut de nouveau confiée à des religieuses en de nouveaux ,établissements. Madame Campan, première femme de chambre de Marie Antoinette apres avoir été lectrice  des filles de Louis XV , non choisie pour accompagner la fuite de la famille royale ,  retrouva la reine aux Tuileries , mais la quitta sur ordre de Pétion  , et  sa maison  ffut  brûlée . Ayant reçu une solide instruction , elle tint un pensionnat jusqu' à ce que Napoléon la convoque pour diriger celui de Saint Denis .

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre grande Histoire prend parfois de petits chemins ; il est vrai que Hélène  Campan avait rencontré le père de Napoléon venu à Paris comme député de la Noblesse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et aussi et  surtout , discipline et rigueur lui tenant à coeur, l'empereur  conçut  l'idée d'une l'Ecole militaire pour donner des officiers à ses soldats ; car ,apres le collège et parfois  de maitres privés ,  l'art de la guerre s'apprenait pour les jeunes nobles  qui lui étaient destinés auprés de leurs pères ou parents, tel le célèbre exemple de Jean le Bon serré de près par son fils à la cruelle bataille de Poitiers 4Père gardez vos à droite ! , père , gardez vous à gauche !"

 

 

                   

                           

 

 

 

  Mais aussi dans des traités et manuels , et dans des  établissements prévus par nos rois

 

 

 

 

 

 

 

Car la guerre est un art , une discipline , une expérience vécue , une épreuve et une fierté .

 

Dans le volonté et l'abnégation , la fraternité et la soumission , dans  la force et dans la souffrance.

 

Ces vertus  , souvent innées , doivent être cultivées , préservées et transmises , en équipe , en un lieu , avec des maitres et des compagnons  ; elles engendrent  le dépassement de soi , parfois jusqu' au sacrifice , aboutissement du devoir jusqu'à son ultime fin .

 

                         https://youtu.bed57DyfjKaEY?list=RDN

                                                     

 

 

 . Relisons   Grandeur et servitude militaires   d'Alfred de Vigny

 

 

 

 

 

                                             Le mot d'ordre : servir son pays                          

          

Et pour les petits esprits qui ne veulent voir , dans la vocation  de nos militaires , que celle de bretteurs , rappelons  la devise

 

               Si vis pacem, para bellum

 

 

 

Mais avant Napoléon  le "bon roi Henri IV  , celui   qui voulait que dans chaque famille de la campagne on puisse "mettre la poule au pot "le dimanche , avait  conçu  la création d'établissements  "où  chacun  pourrait apprendre sciences et vertus nécessaires à une vie droite "

 

 

 

 

                                                Henri IV de Bourbon , roi de France, 1553 - 1610

Celui de La Fléche fut le premier

Antoine de Bourbon et son épouse Jeanne d'Albret séjournaient  souvent avec leur fils ,futur Henri IV , au  chateau de La Flèche, hérité de Charles de Bourbon , construit entre 1539 et 1541

Devenu roi , Henri décida en 1604 d'y installer l'établissement qu'il souhaitait  pour la formation des jeunes nobles  : une  école royale militaire ,et confia son organisation et sa gestion aux  frères Jésuites .

Du XVI° au XVIII° siecle ce collège acquit une grande renommée et accueillit les fils de famille doués , dont Hume et Descartes, qui se félicita  "d'avoir été l'élève de l'Ecole la plus célèbre d'Europe ".

Portée au rang d'Ecole de Cadets en 1694 par Choiseul ,fermée en 1793 par les révolutionnaires, elle fut rétablie en 1808 par Napoléon comme Prytanée militaire ,reconnu  titre officiel en  1982 .  Elle eut toujours une grande réputation ,  résista à l'attaque des Prussiens en 1870 , perdit un grand nombre de maitres et élèves  pendant la première guerre mondiale , tués ou blessés, et fut fermée pendant la seconde.

 

 

                                                      Le portail

 

Les bâtiments sont divisés en deux , une partie  dite quartier Henri IV  classée monument historique avec l'église Saint Louis , l'autre  quartier Gallieni, qui y fut élève, comme avant lui Claude  Chappe, bien  plus tard Jean Claude Brialy , Philippe Baudry , entre autres ....

 

 

 

 

                                         Plan de des bâtiments , agrandis et rénovés en 1695

 

 

 

 

                                                    

 

 

     Eglise Saint Louis

Grand protecteur de nos soldats,  saint Louis accompagne leurs aumôniers , Saint  Georges veille sur les cavaliers comme Saint Michel sur les parachutistes ,sainte Barbe sur les artilleurs , sainte Clotilde sur les aviateurs avec saint Joseph  et saint    Vincent de Paule  sur les marins .

                            cour d'Austerlitz

Puis vint l'Ecole de La Fère   ,  dans le fief  de la tres ancienne et puissante famille de Coucy, celle d'Enguerrand ,un des alliés de Philippe Auguste à Bouvines , " tombée en quenouille "", (sans héritiers mâles ) , dont héritèrent les Bourbon et les Condé.

Le  père de Henri IV  , Antoine de Bourbon , premier prince du sang, naquit en 1518 au chateau du lieu dit La Fère ,  en Picardie , envahie bientôt par les troupes de Charles Quint , ennemi de François 1er , mais reprise par Henri devenu roi en 1596 qui  réunit cette province  au domaine de la Couronne  de France  , et  installa dans le chateau une école de cadets

Puis  Louis  XIV aménagea des casernes pour le logement des troupes  qui devaient  surveiller les frontières  toujours  menacées , que Vauban fortifiait (cf  artcle Vauban sur ce blog )

 

 

                            Baillage de La Fere , dessin daté de 1565

En  1666 , sur les conseils de Mazarin et de Vauban  , le roi  consolida les fortifications  , y établit un arsenal pour expérimenter les effets  des explosifs ,créa une premiere Ecole d'artillerie en 1719 ; à son tour Louis XV une seconde en 17 55 ,  pour la formation des officiers  .

Les cours se donnaient au Vieux Quartier .dans un bâtiment  de l'Arsenal  de 1733 Le lieutenant Bonaparte y apprit son métier . Notons que les régiments d'artillerie  issus de l'Ecole , dont celui de Rochambeau , se distinguèrent lors de l'aide qu'ils apportèrent pour l'indépendance de l"Amérique du nord  sous Louis XVI .

Ceux des cadets de Henri IV à La Fère  ,(titre officiel en 1820 ), avaient lieu dans les  ailes  du vaste " Vieux  chateau  "de 1666 , où naquit  le père de Henri IV , remanié au  19° siecle ,  aménagé  avec  bibliothèque ,  salles de dessin , de physique , de chimie ,de mathématiques et de lithographie  .

Propriété de l'Armée , l'ensemble fut racheté par l'Etat en 1903 , classé Monument Historique en 1965  

 

 

 

 

La " Cinquantaine  ' 'surnom de promotions ,  y prospera ;  voici  celle  de l'année 1973 . Mais hélas .......

 

 

 

 

..........les décisions de suppression de régiments décidées par un gouvernement sous Mitterrand , en 1993  , a chassé  maîtres , éléves  , soldats , officiers  , vidé  les casernes et ruiné les commerçants, premier cas  de la désastreuse désertification du territoire qu'on  nous fait  subir

Un espoir de renaissance vient de surgir: une école privée  Clovis , qui déja accueille  les élèves de cette zone rurale délaissée  ( cf.C Guilluy )  peut acheter les lieux pour une somme symbolique , mais a besoin de soutiens ; une video circule à cet effet, enregistrée par les élèves  :

                     Esperance ruralités    Bienvenue   au Cours Clovis de la Fère

 

 

 

   La   place ne manque pas  dans ce  morceau     d'Histoire

          de France

c                            

 

 

 

 

Revenons au but que Napoléon recherchait  : fonder une Ecole militaire ,

 

 

 

 

qui égalerait celle créée à Paris par Louis XV en 1751 , sur les plans de Gabriel  au Champ de Mars  .renommée Ecole de guerre en 2011, un de nos joyaux , auquel ont accès  les officiers ayant déja subi l'épreuve du feu , y compris ceux d'une autre nationalité .

Un décret du Premier consul daté du 1er mai 1802 regroupe six cent cinquante élèves au chateau de Fontainebleau , qu'ils quitteront en 1808 pour la Maison de Saint Louis , orpheline de ses demoiselles , et rebaptisée Ecole Speciale Imperiale Militaire .

 

                                 
            

Les premiers Cyrards tombés au champ d'honneur furent ceux d'Austerlitz

 

La chute de Napoléon , la Restauration , le drapeau  choisi par Louis Philippe et adopté grâce à Lamartine ne modifierent pas le réglement  ,mais  Napoléon III  l' enrichit en 1855 d'un emblème , choisi lors d'une visite de la reine Victoria à Paris  : le célèbre casoar , (du nom d'un oiseau exotique) , soumis à des critères précis , taille , longueur du plumet obligatoirement de plumes de coq et toujours associé à l'épée

 

De 1815 à 1870 , onze mille élèves furent  formés à Saint Cyr, dont  mille cinq cents tombés au champ d'honneur ; les guerres de Napoléon 1er  et de  Napoléon III engloutirent des promotions , mais laissèrent  tableaux et légendes inoubliables, suivis par les poignants épisodes de la guerre de 1870  , dont voici l épisode douloureux de "Dernières cartouches , bataille de Bazeilles ," guerre France Prusse , et celui du départ des taxis de la Marne

 

Mais le recrutement, même amoindri , ni la flamme ne vacillent , même pas dans le difficile vingtième siècle

Servir  est la devise  , fiére et noble , de ceux dont la patries occupe vie et pensée

Nous le verrons dans les chapitres suivants

 

                    Tableau d'Adolphe de Neuville    d'apes  les récits  des soldats héroiques

 

                                                 Les taxis de la Marne au départ

 

l

 

 1802   Mais avant de poursuivre  , réponse  une question récemment posée :   comment entre t on à Saint Cyr ?

Que la tradition familiale le veuille , ou qu'on en ait le désir , ne suffit pas .....

l'admission a toujours été soumise à sélection , et  il faut préparer un concours , soit dans un des six lycées militaires de France : de Saint Cyr l'Ecole, d'Autun , d'Aix en Provence , l'Ecole des pupilles de l'Air ,le lycée naval de Brest ,le Prytanée national militaire de La Flçche, soit  dans les lycées disposant de classes préparatoires .

Evidemment la sélection intellectuelle est rigoureuse , mais il faut passer aussi de rudes  tests d'aptitude physique et d'endurance . La sortie présente par  classement les valeureux lauréats .

 

                                   

 

 

 

                                  

 

A suivre 

 

fbr  1er février  2020 .

 

 

 

 

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost0
15 août 2019 4 15 /08 /août /2019 16:37

 

Le ministère s'est mis en règle avec ses donateurs , nous assure  la fondation du Patrimoine , ci contre son président et Frank Riester .

 Des ombres planent toutefois sur les travaux ..L'élan qui a porté les Français pour une résurrection de notre Dame , la nôtre, celle de toujours , ne supportera pas ' une utilisation déviée  des dons vers une invention contemporaine en lieu et place de la flèche détruite par  l'incendie :

 

 

"Magnifique flèche en plomb repoussé, inspirée à Viollet le Duc par celles d"Amiens pour remplacer celle démontée par la Révolution .....Il imagina deux niveaux ajourés et conféra à l'ensemble une dynamique ascensionnelle par l'étagement des statues des apôtres à la base .....Ainsi il n' a pas trahi la cathédrale , il l'a magnifiée  par les symboles des quatre évangélistes et des douze apôtres"  écrit Marc Alibert , architecte honoraire des Bâtiments de France , en son émouvant article  de  V.A.  du  13  juin 

 

La flèche originelle , démontée en 1792 ,datait du XIII° siecle ; Viollet le Duc combla ce vide en 1856  ,trois reliques '(un fragment de la Sainte épine , Saint Denis et Sainte Genevieve)  étaient cachées depuis 1920  dans le coq ,  "paratonnerre spirituel  " de la capitale , qui a été  retrouvé dans les décombres  du choeur . La providence  veillait aussi sur les statues  emportées  peu avant l'incendie  pour entretien du cuivre rouge dont elles sont faites

 

             

                                                                                       

                 Document d'époque : comment Viollet le Duc a conçu l'étagement des statues de cuivre .

 

 

 

 

 

 

""Nous devons reconstruire cette flèche à l'identique avec ses fleurons qui grimpent jusqu'au coq ..... l'intrusion  dans cet ensemble ancien d'éléments contemporains  prendrait à contre courant la spiritualité des lieux '" souligne encore Marc Alibert .

https://youtu.be/

    Un emblème qu' on abandonnerait pour lui substituer une colonne de verre ?            

                             

                   CHANT DE COQ                     

 

                        Non     !!    ne touchez pas à notre Histoire !

En 1163  fut posée la première pierre, sous l'impulsion de Maurice de Sully , évêque de l'ancienne Lutèce  des Parisii ,christianisée des le III°siécle  , devenue capitale  en 506 avec Clovis , apres avoir subi l'invasion des Huns et plusieurs fois des Normands

" Ce chef d"oeuvre est l'élévation même de la pensée chrétienne.....Ainsi le chevet avec son éventail  d'arcs -boutants de 15 mètres de volée......est une des plus admirables productions du génie français .C'est sous l'allure d'un vaisseau majestueux qu'apparait l'abside de Notre Dame  :  fluctuat nec mergitur " (M.Alibert )

 

Au Grand siècle déja un dessinateur  le voyait comme une nef lente sur un fleuve paisible 

 

 

 

     Mais Charles Péguy  a entendu les prières des bateliers qui souvent devaient dompter le fleuve       

 

                                  Etoile de la mer , voici la lourde nef ,

                          Où nous ramons tout nuds sous vos commandements

               Voici notre détresse et notre désarroi 

Voici le quai du Louvre , et l'écluse et le bief

 

                      

       Et les siécles passent avec leurs méfaits  et les intempéries

               

   Notre Dame subit tous les saccages de la Révolution et reste ensuite négligée

 

Alors la passion de Victor Hugo pour notre patrimoine lui  inspire un flamboyant morceau d' Histoire  du temps de Louis XI :  autour de Quasimodo , innocent sonneur de cloches contrefait  , et Esmeralda la jolie  bohemienne  se noue une tragédie  dont le théatre est la vaste et complexe cathédrale  , et l'orchestre ses carillons

 

 Le succès du roman , entrelacs de drames successifs , paru en 1831 ,souléve   émotion

   

 

    et levée de fonds pour sa restauration

 

 

                      

 

Quasimodo sauve Esmeralda accusée de meurtre  en la portant dans les tours ,toute église pouvait offrir  le droit d'asile

A son  tour accusé ,  Quasimodo reçoit de la gitane le réconfort d'un broc d'eau et d"un geste de pitié

Le dénouement  ,  atrocement triste , porte le sceau du maître de la Légende des siècles

 

                                                                                                           

 

Mais accompagnons un instant les promeneurs  et  les artistes  qui venaient rêver aupres de Notre Dame

 

    

                    Belle et sereine , elle  apparaissait ,dans le frais matin

 

                    ou aux soirs cuivrés  d' automne, comme un navire  aux flancs chargé  de trésors qui   traversait  les siècles , pour nous les transmettre en toute éternité .

 

Berceau pour les orphelins de l'âme ,refuge pour les endeuillés , enchantement pour les passionnés  d'art, elle offrait un moment de grâce à tous , du petit  matin  à  la tombée du jour,au fil  glissant du soleil sur les vitraux et les colonnes dans la pénombre de la nef

 

 

          

 

     elle se montrait parfois vierge souveraine , dans sa simplicité absolue , la plus pure  avec sa soeur de Chartres

                    

    et si belle  dans l'éclat d'un printemps rayonnant

            Combien de peintres sont revenus sur les rives pour y découvrir ses secrets  ?

 

 

             

       Alfred  Renaudin 1866 1944  cherchait pres d'elle la même quiètude que les pécheurs placides

                             Blanchard , la pluie irisanteante aupres des bouquinistes

 

 

        Parfois mystérieusement sibérienne , pour Lebourg,1849 1928 elle frôlait  les                   nues , en vol vers  quelque  soeur  slave pour un dialogue secret

 

Ainsi trouvait chacun de ces artistes, aupres de Notre Dame , une 'affinité élective ', de la    la Renaissance  à  l '  Impressionnisme.

 

 

 

 

 

https://youtu.be/JIKbnFoslfO

Citons Victor Hugo pour revenir  à son héros

 

""On ne saurait se faire une idée de sa joie les jours de grande volée.........il montait la vis du clocher plus vite qu'un autre ne l'eut descendue .......ses aides se pendaient aux câbles , le cabestan criait, et l'énorme capsule de métal s'ébranlait lentement, le premier choc du battant et de la paroi d'airain faisait frissonner la charpente ""....                    ..Enfin la grande volée commençait et toute la tour tremblait ""

 Quasimodo, trouvé et recueilli par Frollo dans le 'tour ' que possédait alors toute église ,  connait et aime "sa" cathédrale en tous ses espaces et dédales ; il est devenu maitre sonneur

   

   https://youtu-be/YnXpsJMqevo                                  

                                   

Il est ici anachroniquement entouré de chimères : au début des travaux , n'avait  été  prévu qu'un nombre insuffisant  de gouttières et rigoles, la stagnation  des eaux de pluie dégradait la pierre.

  Viollet le Duc eut l'idée de les multiplier par ces "gargouilles " ,surprenantes gardiennes  du sanctuaire  face au monde exterieur triviaet agressif

 

   dans un bestiaire étrange et  foisonnant , celui  des chimères qui écartent le déluge et signalent le danger,

 celui des monstres bénéfiques qui  guettent toujours  l 'intrus  qui menacerait ce pluriséculaire , sublime et patient travail de milliers de mains, ce grand livre d'Histoire de France 

 

      l

                    La nuit d"Hiver venue , on les quittait pour retourner dans le nef.......

 

 

 

  Pouvoir alors   écouter s'exercer l'organiste , les yeux vers la rose qui surplombe                               l'instrument  ,  était un moment rare.

  

https://youtu-be/SkFyPMry9TQ

                           

 

 

  Le grand orgue  n'a pas brûlé , mais sa structure a pu souffrir de la poussière et des gravats .Classé monument historique , il a été déja restauré en 1992 et 2014  car sa présence   date de 1401 . En 1868 Cavaillé Coll le dote de  86 jeux et 5 claviers , de grands organistes comme Louis Vierne et Pierre Cochereau  au 20°  lui apportent des aménagements qui permettent la plénitude symphonique en respectant les strates sonores des 17° et 18° siécles


https://youtu.be/_Xe3hnhtl5k

 

 

https://Youtu-be/DObs9Xmg_Sc

 

 

 

A de rares  heures de calme  (ce qui fait détester le "tourisme de masse ), on méditait près de statues lourdes d'Histoire 

Sous la Terreur  les révolutionnaires utilisèrent la nef chère à Sully en caves et entrepôts,

 

Jusqu'au concordat de 1802  , qui fut honoré, *o surprise ? par un Te Deum écrit par Paisiello qui annonçait le sacre de l"Empereur

 

       

                   Laissons ces souvenirs déplaisants pour reprendre notre méditation      D"autres statues appellent l'attention , comme ce gisant patiné d'un évêque  du 14°  siécle de la chapelle Saint Georges ,  veillé par un lion , force tranquille qui aurait inspiré un visiteur ........

 

 

                  

 

Les  dalles  et les pavements , souvent remués ou recouverts, cachent bien des pierres funéraires , dont celle , disparue  de notre Joachim du Bellay qui regrettait tant la douceur angevine de son petit Liré , celle de Pierre Lescot architecte du palais du Louvre et devenu chanoine ordinaire de Notre Dame

 

Plusieurs prêtres ,  des frères jésuites , des magistrats furent assassinés lors des  insurrections parisiennes de 1871  avec Mgr Darboy et reposent à Notre Dame , mais la mort de monseigneur Affre reste la plus affligeante ; il était monté sur une barricade de 1848 pour persuader les insurgés de cesser les combats

Puisse mon sang être le dernier versé dit monseigneur Affre aux insurgés en leur tendant un rameau d'olivier accroché à un crucifix

Laissons ces souvenirs de barbarie pour atteindre le  coeur vivant  de la cathédrale , situé dans l'abside, réservé au clergé  et aux chantres

 Ce choeur  fut préparé par  Robert de Cotte pour recevoir l'ensemble statuaire voulu par Louis XIII et réalisé par Louis XIV : il apparait comme un magnifique exemple de l'amour qui attache  père et fils .

 

 

 

D'autres statues son particulièrement émouvantes, celle de Louis XIII   par Guillaume Coustou ,  qui consacra la France à Marie ,Notre Dame, pour la remercier de lui avoir donné un fils,1638  Il remet à Marie sa couronne et son sceptre , insignes de sa royauté  ; la beauté du visage de ce roi pieux et réservé ,et son expression ,  sont saisissantes .

Un Te Deum accompagna cette naissance , pièce de musique pour orchestre et choeurs, jouée en de grandes circonstances , victoires , évènements heureux, actions de grâces , ou messes solennelles de mariages  royaux : s'y illustrèrent André Campra , Charles  de Lalande , Marc Antoine Charpentier

 

 

Le fils , Louis XIV , sculpté par  Coysevox,  symbolise   la promesse paternelle: il rend grâces à à genoux ,son attitude  révèle l' humilité insoupçonnée  du roi  Soleil 

 

 

 

Ces émouvantes sculptures encadrent  la Pieta  de Notre Dame , et  sont des marques éclatantes du génie du Grand Siècle de France, dont trois sculpteurs sont ici réunis : les frères Coustou , Nicolas et Guillaume , et Coysevox , nés à Lyon , formés à Rome, et  établis à Paris

 

On ne peut pas facilement approcher du chef d'oeuvre de Nicolas Coustou    pour admirer le visage  de douleur de Marie , mère de Jésus dont le corps a été déposé sur ses genoux ,et sa résignation, mains tendues vers Dieu

Et lire la souffrance sur celui de son fils

e

 

 

 

 

 

Que cet ensemble  ait échappé à l'effondrement des voûtes est vraiment miraculeux

 

Des causes de cette tragédie nous ne savons encore rien , si nous devons un jour le savoir ......

 

 

 

 

La chaine humaine des responsables des lieux et des héroïques pompiers de Paris  a sauvé le tresor de Notre Dame , dont la tunique de Saint Louis  et la Sainte épine,mais le bilan reste à établir

 

 

 

Un vent mauvais  souffle sur Paris et la France depuis des années ,  a profané la tombe du soldat inconnu,  jeté des braises sur notre  précieuse Notre Dame

                             Spectacle déchirant

      rien  ou presque ne nous a été dit de l'enquête en cours , si toutefois on a l'intention de nous renseigner

CET ARTICLE AURA UNE SUITE  FIN AOUT

fbr , jeudi de l 'Assomption 2019

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 03:44

Te deum Charpentier Dans nos derniers articles est  souvent apparu le nom d'un  grand Français : Sébastien Le Prestre ,seigneur  de Vauban  ,  né le 1er mai 1633  à Saint Léger de Foucheret en Morvan  ,mort à Paris le 39 mars 1707  .

 

Partageant les jeux des enfants des paysans voisins ,  en une enfance saine et rude ,il  "fait ses humanités " au collège des Carmes à Semur ,   puis entre comme cadet dans l'armée du prince de Condé en 1651 .

 

Il voit mourir à ses côtés soldats et officiers et réfléchit tres vite à modifier la conception des forteresses et murailles de défense  pour épargner des vies .

 

Remarqué par Mazarin pour son courage,  et ses capacités , car il a reçu une formation d"architecte militaire  ,   il devient ingénieur du roi en   1655 ;  en 1662 il doit fortifier Dunkerque  : l''église dans la dune" passée dans le domaine de  Charles Quint au 15° siècle , est reprise par Louis XIV

En 1663 un édit de Louis XIV y impose l'usage du français pour tous les textes administratifs.

     

 

                                            

Aquarelle du 18° siecle; plan de la ville, en couronne ,avec fossés remplis d'eau , qui   devient  citadelle des Gravelines 

 

 

 

 

Le  fort maritime de Risban , bijou conçu pour remplacer ceelui datant des Romains et   éviter les bombardements navals , hélas rasé en application du Traité d'Utrecht en 1714        

 

 

Commence alors pour Vauban une période toute entière consacrée au service de Louis XIV (1638-1715) ,
 

Le roi  apprécie son intelligence, les avis qu'il lui donne avec franchise et son extraordinaire activité .

Vauban dirige et emporte le siège de Valenciennes  en 1677 , qui devient française  en 1678 au traité de Nimègue. Il doit alors la fortifier,tout en conservant le beffroi de la ville, d'où des soldats surveillent les environs , et donnent l'alarme en faisant sonner une cloche d"une note longue   et répétée pour avertir les habitants de l'imminence d'un danger           

 

                          

Dans les villages , ce sont les cloches des églises qui sonnent le tocsin

 

Apprécié aussi de Louvois , ministre de la Guerre 1641-1691,Vauban dirige et surveille tout,se déplaçant  à cheval ou dans une basterne portée par des chevaux   , véritable cabinet de travail ambulant , couvre  chaque année des milliers de lieues , et voit peu sa famille , logée au château de Bazoches  en Morvan

                            

         

 

 

                  

Il emporte  les sièges des villes   encore espagnoles ,dont Douai  , puis Lille en 1667    et  les fortifie

  Le siège de Lille , par F.van de Meulen

 

Plan de la citadelle de Lille ; les murailles "zig zag ", pointe tournée vers l'exterieur protégent les courtines , murs qui relient deux ouvrages ou deux tours

 

 

 

Remarquer la conformité des ouvrages avec le plan

La majestueuse Porte royale de la citadelle de Lille 

        

                                                                        

En 1673 pendant la guerre de Hollande  ( 72 à 78 ),il essaye à Maastricht '(où est tombé notre célèbre d'Artagnan) un nouveau systéme d"attaque avec tranchées  parallèles puis concentriques,  tout en se souciant d'une meilleure protection des assaillants,par des casques , baudriers et  mantelets , boucliers que les sapeurs d'une brigade de huit hommes  poussent chacun en se relayant,et l'emploi de gabions , sortes de tuyaux de branchages tressés , remplis de terre et de cailloux  pour soutenir la sape, car le travail se fait de jour comme de nuit                                       

casque

 

          

 

 

baudrier

               gabions  et les  outils qui les accompagnent ; on peut installer une bombarde  sur des gabions  disposés en paliers :ci dessous un mantelet

         

  Louis XIV  , instruit par l'expérience de la guerre de Trente ans (article sur ce blog ),veut assurer les frontières du royaume .  En 1688 il nomme Vauban lieutenant général des armées , titre auquel est attaché le marquisat   .                                

Vauban entoure la France   d'une " ceinture de fer" de places fortes , où le chemin couvert sépare   les fossés du glacis , terrain en pente qui entoure toute forteresse , et permet à des mousquetaires de fusiller les assaillants "à portée de mousquet" et aux canonniers de préciser leur tir

 

 

les tours sont remplacées par des bastions, que des escarpes et contre escarpes renforcées   protègent .

 

 

 comme à Neuf Brisach, (construite pour faire face à Brisach allemande  au bord du Rhin.).....

 

 

....dont voici le plan

                                                ...... et un accès

 

 Au sud aussi  les frontières  sont surveillées : ainsi  le  Fort  Carré d'Antibes construit en 1550 , attaqué par le duc de Savoie ,repris par Henri IV  en 1592 ,  est  remanié , puis pourvu d'un bastion surplombant les flots par le génie de Vauban , qui aménage les lieux construits au 16° siècle,pour la sécurité de la garnison ; de 1675 à 1678 il dresse avec l'ingénieur Niquet les plans du port, car Nice toute proche appartient à la Savoie, alliée de l"Espagne .

 

 

Un bastion   escarpé       

                                                             

             

               

 

le fort vu du ciel

 

 

 

                                 l'ensemble des lieux

 

 

De 1775 à 1778 Vauban et Niquet aménagent le port , d'où serait partie la première croisade , enserré actuellement dans le nouveau pour bateaux de luxe , Fort Saint Jaume, restauré.

 

.

 

Sous ses ordres sont édifiés plus de 250  ouvrages militaires   Tous  sont pensés , préparés , évalués, et de surcroit , ils sont beaux  !

 

 Le Fort de la Latte ,en  Armor , élevé au Moyen Age , rebâti par Vauban.

n"est il pas aussi plaisant que Brégançon  , restauré sous Francois 1er

                      

 

Dans les Alpes  Briançon observe la Savoie

 

Ces monuments historiques sont  la gloire  du ""Réseau des sites majeurs de Vauban "", association des villes qui les possèdent ; il permet de se tracer un tour de France de ces merveilles

 

Forteresse et cité nées d'un extraordinaire mariage de roche brute et de pierre taillée , habitées malgré  neige et blizzard , stupéfiantes et harmonieuses

Mot d"ordre des militaires de  l'époque : fort tenu par Vauban imprenable, fort assiégé par Vauban, fort perdu .

 

 

 

 

Pour surveiller l'Ocean , voici Port Louis , en  rade de Lorient  ,qui abrite le Musée de la Marine et celui des Indes

 L"ingénieur du Roi veille aussi à la forme des bassins de radoub , à la sécurité des magasins de munitions .

 

 

 port Louis vu du large

 

                                                                        et du rivage

Vauban  donne à Louis XIV  le conseil de ne plus assiéger et détruire les citadelles ennemies, mais de développer et consolider le réseau défensif de notre territoire . Ainsi décide t il de consolider les redoutes  de Béar , du Fanal et le fort Mailly  qui protègent la rade de Port Vendres 

Au traité des Pyrénées 1659 , la France réunit les territoires catalans  :Cerdagne ,Vallespir ,Conflent, Capcir et en forme le Roussillon dominé par  Mont Louis , forteresse la plus haute de France

 

 

mais les rivages restent menacés .Louvois vient lui même  s'assurer de la nécessité des travaux de Mont Louis et de ceux de Port Vendres

 

 

 

Une association de bénévoles "Chantiers de la mémoire " relève de ses cendres le fort Mailly , ravagé par les bombes allemandes en 1944 , voici la première sécurisation ,

 

 

 

 

 

 

Rendons hommage aux passionnés sans qui des témoins de notre histoire ne seraient plus que ruines

 

 

pendant des lustres ces casemates sont restées sur place, signe du l'abandon de l 'Etat

   

                                                              

 

Pour la santé des soldats , Vauban fait construire des citernes  , comme celle de Fort Médoc

Il est interessant de  comparer les redoutes avec celle de Saint Vaast la Hougue . La France est alors menacée à ses frontières encore mal définies , et sur ses rivages

Tour Vauban à Saint Vaast  , observatoire dressé face à une mer tenue par les Anglais , attaqué par les Hollandais , recomposé par Vauban  en 1694, qui installe un système de communications par signaux lumineux avec les navires ; elle est protégée par celle de l'îlot de Tatihou .....

 

..... accessible à marée basse , théatre de  nombreuses scènes de guerres antèrieures...         

              

                           

 Il faut aussi  élever de nouvelles  défenses, comme à  Blaye, ci dessous ,de vaste dimension .....

 

 

 

  

                  site modèle de défense et de surveillance  ,bel emplacement pour des canons dirigés vers la Gironde et l'océan proche

 

Vauban poursuit  sa magnifique carrière : titulaire en  1678 de  la considérable charge de commissaire général aux Fortifications, autrement dit responsable de  la sécurité des villes  et des frontières de la France , il dirige lui même les sièges de villes ennemies à réduire .

Il reçoit le titre de maréchal de France en 1703

 

 On peut s'étonner que le Luxembourg , qui ne figure pas sur la carte des ouvrages classés par l"Unesco ,  s'enorgueillisse de posséder un circuit Vauban

Ce petit état , auparavant  duché membre du Saint empire romain germanique , position stratégique au point de se faire affubler plus tard du surnom "Gibraltar du nord ",   et que se disputent Charles Quint et François 1er ,appartient au royaume de France de 1683  à 1697 apres un siège dirigé par Vauban , qui transforme  la cité moyenâgeuse  en une remarquable citadelle   où le logement des soldats est amélioré et un hôpital construit pour eux .Mais en 1795  es troupes de la Révolution s'emparent des lieux , y  commettent des déprédations et profanations.

 

L'accès est impressionnant, et le site remarquable , entre falaises et forêts

 

                                 

les aqueducs des Romains ne sont pas oubliés

 

 

et les falaises  sont utilisées

Un tout autre art de vivre  s'est emparé de la ville historique , avec le  tourisme ......

 

Le Congres de Vienne de 1815 donne le Grand Duché au royaume des Pays Bas , mais apres la défaite de Sadowa 1866 une garnison prussienne occupe la citadelle  ; le Duché est annexé par La Prusse pendant la première guerre mondiale, puis libéré par le traité de Versailles en 1919  . Malgré  son statut de  monarchie indépendante et neutre  '(referendum de 1919) il  subit à la seconde le même traitement que l'Alsace -Lorraine   en 1870 , n'est délivré qu'en 1944

Seul le fort de Villefranche de Conflent offre une image aussi vertigineuse 

Construit en 1681 par Vauban il domine la vallée de la rivière torrent Cady

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soleil des Pyrénées confère aux lieux un aspect plus plaisant qu'en  l'austère Luxembourg, avec une église à tour crénelée , un pont défensif, de longs souterrains dont un à mille marches

 

 

 

 

 

 

 

et   des  chemins de ronde , travail admirable de pierres sèches , sceau d'adresse et de patience de maçons  courageux ,     car ils sont ouverts sur de précipices                     

 

 

Plus rafraîchissante cette Voûte de Vauban , du canal du Midi de Pierre Paul Riquet  1609-1680, autre grand ingénieur français

 

  entrée pour surveillance

 

 trottoirs pour sortie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage   ( la rigole de Vauban ) réalisé apres la mort de l'ingénieur Riquet   , permet de diriger ce ruisseau vers un autre , le Laudot , affluent du lac de Saint Ferréol ,qui  alimente le canal du Midi par un déversoir

                                                    

 

 

Besançon , face à la Suisse et l'Allemagne,assiégée et prise en 1674

On admire quelle ingéniosité, quelle volonté déployait Vauban, guidé par le sens du devoir, pour inventer les moyens d'accrocher de prodigieuses défenses  à ses flancs périlleux , sans les outils et les techniques actuels , et aussi quelles conviction et endurance portait les hommes ,engagés dans cette lutte ,et quelle serait leur bonheur s ' ils pouvaient contempler cette vue du ciel ,

 

 

La Franche Comté  est alors rattachée administrativement à la Flandre espagnole depuis le règne de l"empereur Charles Quint . Vauban la transforme en forteresse imprenable ,et trace l'impeccable dessin du quai Vauban

 

Il faut lors d'une visite   suivre ce chemin de mémoire parfaitement conforme au plan pour en admirer la précision ,

 

 

et  vivre la transformation inattendue d'un lieu prédestiné  puisque désormais la musique y remplace l'art de la guerre justifiant l'adage : si vis pacem , para bellum ,

 

La ville et la région offrent désormais un autre art de vivre....Le festival fondé en 1948 par le chef des Concerts Colonne , a été honoré par les prestations des plus célèbres chefs occidentaux, et attire le public lors du Concours international de jeunes chefs d'orchestre

Mais le Grand siécle ne fut il pas le creuset de la Grande musique ?

                   

 

Vauban avait il le temps de se divertir ? Moliere  1622-1673  était son contemporain  Le roi leur portait la même admiration

http://https//Youtu.be/TDBWHs431szE CC2  Cérémonie pou monsieur Jourdain mamamouchi

Voici  Vauban  porteur de l'épée militaire ,et du plan d'ingénieur et de géomètre . Il visite tout , vérifie tout .

Il écrit , aussi :  quand ce ne sont pas des textes concernant ses ouvrages ou sur la guerre , il rédige des "Oisivetés", réflexions nées de ses observations  et méditations, en de rares instants de repos .

 

 

 

             

                        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tres attaché à sa famille , il ne peut la rejoindre que pour de brefs séjours, sauf lorsque en 1690 il souffre d"un grave "refroidissement'', terme de l'époque, et de bronchite.

Il réside alors dans son château de Bazoches dans le Morvan14

 

 

 

 

Il tient aussi des Carnets ,  témoins de ses activités , notes qui nourrissent les rapports rédigés  au roi apres ses inspections, le renseignent sur les conditions de vie des habitants dont il établit le recensemnt , signalent la misère des paysans en cas de mauvaises récoltes .

Ils sont pour les historiens un  précieux legs ,comme  sa correspondance de quinze années avec le Roi Soleil.

Mais il revient toujours à l'impôt, qui de tous temps a irrité  ceux qu"il frappe .

 

 

Sa volonté de donner le meilleur de lui même avec rigueur lui impose la franchise , dans ses écrits comme en  privé, vertu sans laquelle nul lien ne peut être valable, affirme t il .

Ainsi ose t il exprimer au roi en 1686 le voeu d'un retour des huguenots , utiles à l'industrie , par la révocation  de  l'Edit de Nantes ; sur le coût de guerres en projet  , ou encore  l'utilité  de la Compagnie des Indes fondée par Colbert ;  il  signale les entraves au commerce   Ses traités sur l'Art de la guerre et des sièges ont été traduits au 19° siecle  dans toute l'Europe , y compris en russe et en turc , et ses "Oisivetés "publiées .

Cet  esprit réformateur, toujours apprécié par le roi ,

, l'indispose lorsque  le  ministre , lieutenant général des Armées  du roi en 1688 , membre de l'Académie des Sciences depuis 1699 , maréchal de France en 1703  ,  publie "La dîme royale "peu de temps avant sa mort.

 

 Apres ses obsèques  dans l"église Saint Roch , sa paroisse de Paris, ce fervent de la France est enseveli en l'église de Bazoches , d'où des révolutionnaires aussi brutaux que stupides arrachent son corps,  ignorant que ce génie a fondé et affermi la notion  de "pré carré "qui délimite le sol et assure les frontières , assure leur sécurité et leur identité . L' application de ses idées aurait donné un autre tour au siécle suivant ......

 

 

Son coeur , retrouvé dans une boite de plomb sous l'autel de l'église de Bazoches, a été déposé en 1808 en l'église du  Dôme des Invalides avec les honneurs militaires , dans un mausolée face à celui de Turenne .

 

Pour rendre à ce  grand homme  le plus beau des hommages, il suffit de lire son portrait par le si sévère Saint Simon .Et de visiter l'église où il souhaitait reposer.

 

 

Plaque commémorative , église de Bazoches

Vous a accompagnés en cette lecture le Te Deum de Marc Antoine Charpentier, 1643 - 1704  , un des compositeurs du Grand Siècle , pour notre fierté d'être Français

fbr 31 mars 2019

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2018 6 08 /12 /décembre /2018 05:22

                         

            La basilique en splendeur

 

Son architecte , le lyonnais  Pierre Marie Bossan  , 1814-1888 , formé à l'Ecole des Beaux Arts de Lyon,  est l'auteur de nombreux édifices religieux de la région, dont la basilique dédiée à Saint François Régis  de Lalouvesc . Au retour d'un voyage en  Italie et en Sicile et lors de rencontres avec le  curé d'Ars Jean Marie Vianney , il se convertit, fonde une école d'Art religieux , entreprend la construction de la basilique , pour laquelle les dons affluent ,en 1871   .Il est aussi un orfèvre apprécié .

 

 

                  Primatiale Saint Jean , au pied de Fourviere

Vous, nos lecteurs, vous savez bien ....   qu'Auguste choisit Lugdunum, ex Condate, pour capitale des Gaules ; qu'y sont martyrisés Saint Pothin et Sainte Blandine, puis sur ordre de Septime Sévère des milliers de chrétiens, dont  Saint Irénée  ; qu'après Charlemagne, elle passe sous autorité de ses évêques ; puis au 14e siècle directement sous pouvoir royal .....

Vous savez aussi qu'au 15e siècle Lyon, centre de commerce florissant, compte  des centaines d'ateliers d'imprimerie célèbres ; qu'au 16e siècle y brillent Maurice Scève, Clément Marot et Louise Labé, la "Belle Cordière". .........

                                   

   François Rabelais 1483-1553

.

..... vous savez encore que Rabelais, médecin à l'Hôtel Dieu, y publie "Gargantua" et "Pantagruel"..... que  s'y illustrent au 18e siècle les frères botanistes Jussieu, Jouffroy  l'inventeur du pyroscaphe et Bourgelat fondateur de la première Ecole vétérinaire ; que Montgolfier et Pilâtre du Rozier y font décoller les premiers aérostats ...

 

 

      Vous ne savez pas , car le Grand siécle  est si riche en artistes ,que les Coustou  et les Coysevox avaient des liens de parenté , que Nicolas et Guillaume  Coustou  et     Antoine Coysevox sont nés à Lyon , mais  que leurs carrières se sont déroulées à Paris

 

 

 

 

Pensez y quand vous retournerez admirer Notre Dame de Paris

 

 

 Vous savez bien qu'en 1793, en punition de la résistance "blanche" de la ville, la Terreur y sévit violemment, et que Couthon fait abattre toutes les maisons de la place Bellecour qui  seront restaurées à l'identique......

 

   

                         Statue équestre de Louis XIV par Lemot 1825  ,la premiere fut fondue en 1792

.

...que l'industrie de la soie et du velours, développée par François 1er, produit des merveilles qui tout encore meublent salons et palais du monde entier (le bleu Guimet).  ...Que les canuts se révoltent quand les métiers à tisser les privent de leur merveilleux travail...Que Jean Moulin y est capturé et torturé avant de mourir lors de son transfert vers l'Allemagne ....... que les "bouchons " sont des repaires de bonne chère , que le beaujolais y coule joyeusemnt en novembre,et que cette  célèbre ville attire des milliers de curieux pour ses illuminations  chaque 8 décembre .....

 

 

Mais vous ne savez peut être pas ,ou vous avez oublié  , que cette manifestation, en fait  commerciale, efface  une toute autre vérité historique qu'il faut bien rétablir

 

 

La basilique de Notre Dame de Fourvière  (forum vetus ) se dresse sur la colline de même nom, là où une statue de la Vierge , puis une chapelle réunissait les chrétiens  dès 1162 .Au cours des siècles la région subit des épidémies de peste , notamment en  1628 et 1629 .Une autre grave épidémie se déclare en ce  17°siecle  , mais épargne la ville .

 

   

Le vitrail de Lucien Bégule , lui aussi lyonnais 1848- 1935  , illustre le serment des échevins

 

Conformément au voeu des échevins de mars 1643  , un pélerinage annuel de remerciement à la Vierge protectrice a désormais lieu , le 8 septembre jour de la nativité de Marie, déplacé au 8 décembre , celui de sa conception  ; la Révolution interrompt momentanément cette tradition , qui s"affirme avec éclat au Second  empire  lors de la douloureuse guerre de 187o entre la France et la Prusse  ( qui sera l'objet de notre prochain article ) : les Prussiens n'envahissent pas la ville , ils sont arrêtés à Nuits Saint Georges par le général Cremer , et  repartent vers Dijon

Cette fois le témoignage de reconnaissance se veut splendide, et la construction de la basilique par les dons des fidèles apporte à l'architecte Jean Bossan toute possibilité de réaliser sa tâche ; ainsi peut on admirer dans la basilique , entre autres nombreuses oeuvres d'art une fresque mosaïque de la bataille de Lépante  :  en 1571 l'Occident détruit la flotte de l'empire ottoman qui pillait et rançonnait sesnavires

 

 

 

 

.... une autre est consacrée  au voeu exaucé de Louis XIII : avoir un fils  !

Le 8 février 1638 , il consacre la France  à la mère de Jésus et demande que des processions aient lieu dans tout le pays le 15 aout , jour de l'Assomption,

 

            

      

 

    Mais savez vous  qu'une procession aux flambeaux des "gônes "  depuis la cathédrale Saint Jean jusqu" à Fourvière est depuis quelques temps régulièrement interdite, peut être  par rappel de la "rebeyne" de 1529  contre la cherté du pain et des farines ?

C'est attristant , quels qu'en soient les motifs :une tradition appuyée sur des faits historiques doit être respectée                      

                                                                                     

      le vrai sens des illuminations : identité et tradition


Car la fidélité  des habitants du Forez, du Lyonnais et du Beaujolais à leur Histoire ne se dément pas : chaque 8 décembre ils déposent sur le rebord de leurs fenêtres  des verres de couleurs vives , réceptacles de bougies dont la flamme vacillera dans la nuit  givrée du sillon rhodanien jusqu'à l'aube

 

Ce geste les honore               

 

 

                                                     

 

 

 

la procession organisée par le diocèse  n' a pu avoir lieu cette année en raison des manifestations , plus exactement des saccages qui les suivaient la nuit tombée

 

fbr  8 décembre 2018

 

 

 


 

 


 

 


 

 

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 03:40

Mort ou resurrection pour notre patrimoine et notre identité ?

Finir comme l'Egypte où l'on visite dans le sable les monuments d'une civilisation effacée ?

 

Français , êtes vous déja des momies ?

 

 

TRISTE EXEMPLE DE LA SITUATION ACTUELLE

Bâti au 14°siecle,agrandi au 15°, le château de Saint Vincent de Paluel fut inscrit à l'inventaire des monuments historiques en 1927 .Son donjon date du 12° et il offre l'image des châteaux de contes de fées avec courtines et machicoulis .Aussi beau que celui de Koenigsbourg, restauré par Guillaume II apres l'annexion de l'Alsace e de la Lorraine , et qu'il dut rendre à la France.....

Encore propriété d"un prince de Croÿ au 20 °siecle, il avait  été incendié en 1944 sans doute par la division SS d'Oradour sur Glane .Envahi de végétation , sauvé par un médecin français de renom , puis un acquéreur britannique  , choisi  en 1968 par Denys de la Patelliere pour un film  animé par Jean Gabin et Louis de Funes , il a été vendu aux enchères à un restaurateur de Dordogne , mais qu'adviendra t il de l'ensemble des bâtiments ?   L'association  Adopte un château (loi de 1901) n'a réuni , hélas , que la moitié de la somme exigée du propriétaire à bout de dettes .

L'interêt des Français pour leur patrimoine n'est pas encore assez vif ?  ......

Ainsi sont frappés nombreux de nos "témoins de pierre" : par notre inertie .

ce qui reste de l"abbaye de Jumièges

 

Et pourtant......

Notre patrimoine est le plus riche et le plus varié des pays d'Eurrope , mais c'est celui qui souffre le plus , pour de nombreuses raisons

Son ancienneté , aggravée par les intempéries  dont on ne prévient pas  pas les dégats,  , les saccages  du vandalisme  révolutionnaire entre 1789-1795, dénoncés et condamnés par Chateaubriand  Mémoires d'Outre tombe   et Victor Hugo, pamphlets  de 1825 et 1843 Guerre aux démolisseurs  :  monuments grands ou petits ,pigeonniers , lavoirs , halles , églises  ,cathédrales , châteaux dégradés et pillés ,rarement  ou incomplètement restaurés ; le bilan est lourd, la liste tres longue  et s'alourdit du vol d'oeuvres d'art ,  meubles ou  d'objets précieux .

 

          pillage et profanation d'une église

Puis ce fut par   l" absence  de responsables , car la création  du  poste d'inspecteur des monuments historiques ne survint qu'en 1834  et fut confié à Prosper Mérimée qui chargea  Viollet le Duc de la restauration des sites en péril   (cf article précédent

Passé dans les services des ministres de l'instruction publique , ce poste ne fut réveillé qu"avec la création de celui de Ministre de la Culture en 1959 seulement !  par le général de Gaulle à son retour. Il était destiné à André Malraux , qui fut, et de loin ,  le meilleur d'entre eux avec  Maurice Druon , nommé par le président Pompidou .

Leurs successeurs ne montrèrent   d'interêt que pour le strict minimum , portés surtout sur la promotion du tellement   onéreux  contemporain ,de ""l'innovant ", oeuvres d "artistes qui conduisirent Koons à Versailles , au détriment de "réhabilitations ' mot que les ministres n'ont pas inventé , mais révèle leur état d"esprit...........

    tels le célèbre urinoir rebaptisé fontaine de Duchamp , et            l'innommable , au sens  éthymologique du terme, chose ci contre de dame Harper Saint Phalle, et une des trouvailles de  Koons   pour embellir Versailles dont  voici   le  chien ballon

                                              

                                                                                                                  

Pas de "réhabilitation " pour cette chapelle romane qui demandait grâce , comme vient de le dire S.Bern, mais de l'or pour un urinoir de Duchamp

 

    Pour cette chapelle de Saint Gaud , refaire la toiture  et arracher le lierre eut évité  la ruine 

Mais Paris ne sait pas que Baux Sainte Croix est une commune de l'Eure

La chapelle date du XII ° siécle    , les voûtes du XIII¨°  ....navrant et honteux                                                    

La situation se complique encore par la diversité des propriétaires et  usagers  de nos témoins de pierre : l'Etat,, tres mauvais gestionnaire , propriétaire abusif      , loge le Clergé et l'Armée  dont il   devrait  entretenir les bâtiments , mais , apres moi  le déluge ! délègue ce service aux  communes dont les plus pauvres  sont  incapables de trouver les fonds pour la sauvegarde de leur église, de leur beffroi classé ou du beau lavoir , attrait de touristes dont les  pays sont plus soucieux de leur passé .

Mais il n'hésite pas , en cas de dèche , à mettre en vente ces biens reçus grâce à la Révolution ; ce fut le cas  en 2012 , entre de nombreux autres  , de l'hôtel particulier   de Clermont, qui ne trouva pas d 'acquéreur

                 hôtel de Clermont , abrite les bureaux  du ministere des relations avec le Parlement

 

Quant aux propriétaires privés ,leur incombe totalement ce devoir d'entretien . L'Etat  leur impose les contraintes qu'il a établies  : travaux soumis à autorisation , emploi d'artisans qualifiés , avec aide matérielle plus que  réduite

Qui ne connait un héritier   qui s ' efforce d'arracher aux ravages du temps une maison de famille , avec le seul revenu d'une activité honnête , ou un passionné d'histoire tombé sous le charme d'un manoir ,ou d'une ancienne abbaye , et qui consacre son avoir et ses loisirs à le relever de ses ruines ?

Qui n"a vu ces passionnés bénévoles d'une petite association locale , qu'il pleuve ou qu'il vente ,, manier la truelle ou  le rabot , gâcher plâtre et ciment , scier la planche , déposer l'ardoise , replacer la tuile , redresser la pierre , gratter la mousse , arracher la ronce , hiver comme été consacrer loisirs et congés à peindre , cirer et brosser  , pour la résurrection des témoins de l'histoire de leur village , de  notre Histoire  ?

 La Fondation du Patrimoine s'"évertue certes à   les  aider , mais le nombre des bâtiments en péril est si grand  ,les mécènes si peu nombreux ! Il est si difficile de parer à l'urgence .....les dons  sont si petits....

Certains font des miracles , comme la Fondation Royaumont , mais  l'investissement  privé n'y est que de 7 % , sa survie tient aux séminaires , colloques concerts ou expositions  qui s'y donnent et au soutien des élus de la région

Ce cas devrait servir d'exemple national .

 

 

D"autres se sont émus , ainsi est née l'association loi 1901 :Adopte un chateau

.Les dons modiques ainsi rassemblés permettraient le financement de ces si coûteux travaux , mais l'engouement des Français pour leur patrimoine n'est pas encore assez prompt et efficace  , comme pour Paluel, pour  le rachat aux enchères d'un monument convoité .

Parmi les 40 000 châteaux de France  600 sont menacés de ruine , sans compter les églises , les chapelles , les lavoirs , les pigeonniers, les fontaines , les maisons de village   qui appartiennent à des particuliers ou à des municipalités peu fortunés ; il faut parer à la convoitise des promoteurs indifférents , qui gardent quelques pierres du passé pour donner à la nouvelle "résidence " une adresse  alléchante .

Certains propriétaires arrivent à trouver un accord avec une municipalité avisée

 

comme ce fut le cas pour le chateau de Rohan, quad une courtine s'est effondrée

Les Dartagnans assument en ce moment le projet de restauration de  châteaux plus que délabrés , expérience interéssante , puisqu'ils passent aux mains de centaines de copropriétaires ,  ce nombre permettra t il un accord sur les travaux à engager ?

Mais il est des  ventes qui sont de vraies catastrophes :celle de l'hôtel Lambert, lieu de réunion de Delacroix , Sand , Chopin(voir nos articles dans ce blog ) à un Quatari : la restauration mal surveillée a causé un incendie destructeur des plus belles peintures murales, et  les aménagements exterieurs dénoncés par Alexandre Gady en ont dégradé l'ensemble   ; offense , car nous Français ne pourront plus jamais y avoir accès,  dûe  à la pusillanimité politicienne face aux détenteurs de pétrole .

Mais pourquoi  ce refus de l'Etat d'assumer ses devoirs ?

Les élus  ne sont pas tous  comme nous des passionnés d'histoire ,de littérature, de culture et d'identité , mais tous sont atteints d'un virus : être réélu . Ils veulent plaire au plus grand nombre, ce que nous ne sommes pas , et l'opium du peuple , le dieu football , ramasse plus de fanatiques  délirants  que nous  réunissons de ravis des journées du Patrimoine , et la construction de stades gigantesques mobilise plus l'attention et les deniers de l'Etat  que notre calme  ferveur  . Et notez que ces fanatiques n"ont pas hésité  à s'offrir le voyage des Jeux olympiques , et sans loto ......

 

Nous en sommes au stade du Bas Empire romain , on donne au peuple ce qu'il réclame , pour lui plaire : panem et circenses, non plus seulement du pain et des jeux , mais plus exactement l'hysterie  du stade et ensuite la grasse portion du MacDonald  partagées "entre potes"

Ajoutez  au nombre d'électeurs potentiels les esprits mesquins pour qui ce patrimoine n'est qu'une bague au doigt , une dépense obsolète , une vieillerie , et vous  soupirez  de tristesse :trop  de Français ignorent le sens et la portée de ce mot .La faute à l'école , où les "maitres" emmènent leurs élèves non au musée , mais à Disneyland .....dans le ricanement satisfait des des "pédagogues " progressistes

Sauvetage impossible ?  

Le  sympathique Stéphane Bern , qui accepta   le lourd mais passionnant devoir d"inventorier les besoins de notre patrimoine   et  qui , n'étant pas ministre , ne peut discuter d'un budget  , doit inventer les moyens de rassembler les fonds  indispensables  à son sauvetage    .....

Souhaitons lui bonne chance du fond du coeur dès le 3 septembre , ouverture de la vente des billets du loto qui devrait financer les restaurations  , et soutenons son action contre ce gouvernement de technocrates insensibles

  Les proches de Napoléon III et d'Eugénie de Montijo , liés d'amitié avec Mérimée et Viollet Leduc étaient plus intuitifs  et généreux que beaucoup  des actuels magnats de l'industrie et du commerce qui gravitent dans l'orbite du Président , et bien entendu , à les voir et entendre, que les membres de son "carré rapproché "

A nous de jouer , nous qui tenons par des fibres et des racines à ces murailles  usées , à ces clochers branlants dont on veut arrêter le tintement , à ces tourelles qui dominent nos merveilleux paysages , à ces villages anciens que nous  admirons, aux  vieux forts où combattaient les défenseurs de notre sol  , à ces bouleversantes cathédrales imprégnées  de la foi qui habitait leurs artisans , entendez leurs voix silencieuses ....

E t vous qui ne voulez pas d'une France où comme en Egypte on ferait visiter des lieux de tourisme  dont vos ancêtres et vous mêmes auraient disparu , réveillez vous , soyez le maillon de la longue chaine  pas encore rompue,  ouvrez votre bourse , les petits ruisseaux font les grandes rivières et vous aurez le bonheur , en passant votre main sur une pierre  si polie , si lourde d'un passé si grand  , que jadis d'autres mains de notre terre ont taillée , ajustée , oui , le bonheur de penser que ,  grâce à vous  , la chaine  ne s'est pas brisée

fbr 3 septembre 2918    

prochain article 25 septembre

 

 

 

c

 

 

Patrimoine , .....Le malentendu .

Partager cet article

Repost0