Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise Buy Rebaud
  • Le blog de Françoise Buy Rebaud
  • : Contre le suicide assisté de notre culture et de notre civilisation.
  • Contact

Recherche

5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 18:19
Celles qui tiennent les vie entre leurs mains

Celles qui tiennent les vie entre leurs mains

Michel Déon , de l'Académie française et Georges Prêtre , chef d'orchestre de renommée mondiale ,viennent de laisser aux mains des Parques les fils de leurs vies, suivis par Max Gallo ,lui  aussi académicien et  Claude Rich, acteur  du modèle dont le  moule semble brisé....

En cette incohérente année d'élections ,la perte de représentants aussi éminents  ,et mieux encore, attachants , de notre culture et de notre civilisation ,n' a pas eu le retentissement mérité ? C'est regrettable .

 

 

 

 

A chaque âge son image ;mais le fond demeure

Michel Déon  ,né à Paris le 4 aout 1919  ,est mort à Galway en Irlande le 28 décembre  dernier.

C'était le dernier des Hussards , ceux qui rejetaient le désert  du conformisme  .On le disait distant , mais son visage de jeunesse ou d'âge mur , ne montrait  que réserve et dignité , portées en altitude , et une autorité innée .

Apres des études au lycée Janson de Sailly, puis secrétaire de l'Action française , il s'adonna à sa passion des voyages et de l'écriture ,  fut élu en juin 1978 à l'Académie française

, Tres affecté  par le déclin commencé de notre pays , il choisit l'exil volontaire en Irlande , contrée des Poneys sauvages et du Taxi mauve

Vous le comprendrez si vous  lisez ses "Pages françaises "

 

Mais qui étaient les Hussards ?

Une tendance  littéraire de jeunes auteurs inspirés par Morand , Chardonne ,Giono :c'étaient Roger Nimier , Jaques Laurent , Antoine Blondin et Michel Deon.La presse , déja elle ! les qualifiait de fascisants , car l'existentialisme leur faisait horreur, chacun ayant sa personnalité , son style et sa vie , mais en commun l"amour passionné de la France et de sa grandeur,que la littérature devait servir avec exigence, et non asservir à la politique couleur Sartre

 

*

Georges Prêtre   natif de Waziers en Picardie,le  14 août 1924 , nous a quittés le 4 janvier 2017; la disparition de ce chef de renommée mondiale aurait dû provoquer en France le même retentissement qu'à l'étranger

 

Elève en harmonie de Maurice Durufle au Conservatoire de Paris, puis  se perfectionnant aupres d' André Cluytens et Olivier Massiaen  , il devint vite le chef des plus grands orchestres du monde, de  la philarmonie royale de Londres , la Scala , le Met ,jusqu'au symphonique  de Vienne dont il fut chef d'honneur à vie

La finesse et l'inspiration de sa direction ont fait de lui le chef préféré de Maria Callas ; les oreilles les plus exigeantes trouvent en lui de merveilleuses subtilités , dont les actuels messieurs à baguette d'ivoire sont bien éloignés

Il a été inhumé à Naves, village du Tarn où il possédait le château de Vaudricourt ; son cercueil revêtu du drapeau tricolore , car il était  Grand officier de la Légion d"honneur depuis 2009 . fut porté ,avec haie d'honneur des parachutistes du 8eme régiment de Castres , jusqu'à l'église de Naves ,et dans le plus grand silence , qui était selon lui  "le seul signe de Dieu ."

Pour apprécier l'homme et le chef, écoutez l'enregistrement du concert de Nouvel An du célèbre philharmonique de Vienne dont il était l'invité en 2010

 

 

Funérailles de Georges Pretre dans la petite église de Naves Le chef et Maria Callas , et à Vienne
Funérailles de Georges Pretre dans la petite église de Naves Le chef et Maria Callas , et à Vienne
Funérailles de Georges Pretre dans la petite église de Naves Le chef et Maria Callas , et à Vienne

Funérailles de Georges Pretre dans la petite église de Naves Le chef et Maria Callas , et à Vienne

Max Gallo

 

Surprenant personnage , né dans une famille d'immigrés italiens à Nice le 7 janvier 1932,qui  s'est éteint le 18 juillet à Cabris

Poussé par son père vers des activités techniques , ce passionné d'histoire retrouva sa voie naturelle et rédigea des ouvrages , dont beaucoup de biographies ,qui le portèrent  à l'Académie française

Il eut dans son discours de réception cette belle phrase

"je mesure avec humilité et gravité l'honneur que vous me faites : en m'élisant , vous m'invitez à une communion solennelle avec la France "

De tous  les ouvrages  de celui qui fut ministre de F.Mitterand, que désabusé il qualifia de "joueur aux cartes biseautées  .....qui a poursuivi la politique du renoncement ", le pamphlet "Fier d'être Français "reste le plus prégnant

Jugez en:

" Il y a  ,dans les greniers de la mémoire française, de vieux cahiers d'école où l'on écrivait les dates des grands évènements , qu'il fallait apprendre par coeur, et l'on collait sur les pages de droite les figurines représentant Vercingétorix , Clovis , Jeanne d'Arc , Danton, Napoléon , ,Jules Ferry, Clemenceau et- même la photo d'une école dans la brousse et des enfants noirs assis sagement à leur pupitre .La France , c'est la demeure du peuple et sa mémoire plus ou moins longue , dont chacun sait qu'il faut combler les lacunes.".....

Puis

"Allons enfants  de la patrie Le jour de gloire est arrivé

Contre nous de la tyrannie L'étendard sanglant est levé

Or ,quand de jeunes Français couvrent cet hymne de leurs insultes , les ministres baissent la tête , l'heure est aux capitulations , aux repentances et ainsi à la négation de ce qui fut le choeur français depuis plus de dix siècles , quand en 1080 un clerc d'Avranches , Théroulde, composa  la première chanson de geste ; elle raconte l'histoire de Roland qui , à Roncevaux en 778, dans les Pyrénées ,ne veut pas abandonner son arme entre les mains de ses ennemis.

(France )

Puisse jamais ne t'avoir un homme de couardise

Dieu ,ne permettez pas  que la France ait cette honte !

(Fier d'être Français , page 69  .Fayard ) ""

 

Roland mourant fait retentir son olifant pour alerter Charlemagne , dans les gorges où les Sarrazins lui ont tendu une embuscade .Ils ont asservi l'Espagne et menacent la France

Tout est dit et nous avons depuis , hélas , vu pire

Merci Max Gallo , d'avoir montré le chemin à ceux qui  dans votre "France chrétienne", ne savaient pas y mettre le pied

Honte à ceux que vous appelez la France duplice, qui  ignorent encore ce chemin !

 

 

 

Claude Rich est né à Srasbourg le 8 février 1929 , il nous a quittés le  18 juillet  dans sa maison d'Orgival

Formé au Cours Dullin , puis au Conservatoire d'art dramatique, il possédait une élégance intellectuelle innée ,pimentée d'un humour discret .Sa voix d'un timbre à la fois chantant et voilé, portée par  une diction toute en souplesse et  limpidité ,  jamais ne cherchait l'effet , mais l'âme du texte .

Il a brillé aussi bien au théatre  qu'à l'écran, et de 1950 à 2010 une liste impressionnante  d'Oscars atteste de ses succès , dont mes préférés au théatre :

"Le Diable  rouge " , où il jouait un Mazarin  tout à la fois scrutateur acéré , diplomate aguerri , diaboliquement et délicieusement ironique

" Le souper " , Talleyrand en  son art machiavelique face à Fouché incarné par Claude Brasseur magistral ; sa culture  confère au texte une incomparable vérité .

A l"écran  le film "Le crabe tambour", bouleversant aux côtés de Jean Rochefort dans de tragiques scènes de fond .

 

Des comédiens  de ce calibre,  en reverrons nous jamais ? Tout comme au clavier personne n'égale  Lipatti ,Cortot, Kempff ou Bolet, qui remplacera Brasseur ,Cremer , Noiret  et Rich ?

 

 

 

 

 

Un sourire malicieux avec un regard de tendresse

Un sourire malicieux avec un regard de tendresse

Catholique affirmé sans mièvrerie, il répliquait à ceux  que sa présence   à la messe chaque dimanche intriguait ,qu" il s'étonnait lui même  de ne pas les y voir ....

Il signa la pétition de soutien à  Benoit XVI pour le retour à la messe tridentine  qui seule , que vous soyez à Milan ou à Madrid , à Lisbonne ou à Munich , au Québec ou à Paris ,vous unit en une même fratrie à vos voisins

Une ministre de la culture enfin !a eu l'intelligence de lui rendre hommage , depuis longtemps la louange  ne penche  que du côté gauche

fbr août 2017

Le  visage d'un Pape authentique L'art du chant grégorien
Le  visage d'un Pape authentique L'art du chant grégorien
Le  visage d'un Pape authentique L'art du chant grégorien
Le  visage d'un Pape authentique L'art du chant grégorien

Le visage d'un Pape authentique L'art du chant grégorien

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Chefs-d'œuvre en péril Patrimoine Histoire
commenter cet article
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 03:19

Curieux destin d'un  des éléments de notre patrimoine, cette semaine sous le projecteur

Sorbon.jpgLa Lutèce gallo romaine née apres la conquête romaine , recouvre l'actuelle Ile de la Cité , et la future Montagne Sainte Geneviève, du nom de la jeune chrétienne. qui détourna Attila de la capitale en 451 . Ce quartier , territoire de l'initiale Alma mater médiévale , est celui du collège fondé en 1253 par Robert de Sorbon, confesseur de Saint Louis ,restauré et agrandi de ses deniers par Richelieu ; du collège des trois langues (latin , grec , hébreu ) créé par François 1er sur le conseil de Guillaume Budé , actuel collège de France ; de l'église Saint Etienne du Mont, commencée en 1492, et du Panthéon .

 

Or, ce monument au nom impressionnant , puisqu'il désigne un temple consacré par les Grecs , puis les Romains , à certains de leurs dieux , n'est pas le seul mausolée qu'on veut y voir; il fut d'abord une église . Et sa configuration et son ornementation le prouvent .

 


 

Premier projet du Panthéon Soufflot (1756)

 

Louis XV ,gravement malade à Metz , confia à l'architecte Soufflot le soin de réaliser son voeu de guérison : remplacer l'église de l'abbaye de Sainte Geneviève, à demi en ruines , par un édifice en forme de croix grecque ,appuyé sur une immense crypte destinée à recevoir les corps des moines défunts .Les dimensions sont exceptionnelles : 110 mètres de longueur , 84 de largeur et 83 de hauteur,Les travaux durèrent de 1758 à 1789 .

 

St-genevieve-ND-de-Paris.jpg

 

La châsse enfermant le corps de la Sainte devait être placée sous la coupole.

 

Mais les Constituants firent fermer l'édifice au culte , puis décidèrent d'y déposer "les cendres des grands hommes de la liberté française "

La châsse profanée fut envoyée à la Monnaie de Paris , apres que les reliques de la sainte eurent été dispersées ; les fragments retrouvés furent déposés à Saint Etienne du Mont dans la pierre creusée qui lui avait servi de tombeau en 512 ; ils ont été trans férés à Notre Dame de Paris en décembre 2012 et la châsse restaurée , il était temps ! pour l'anniversaire de la Cathédrale .

Les premiers hôtes de ce lieu qui ne leur était pas destiné furent Voltaire , Rousseau , Marat et Mirabeau , dont les corps furent écartés à Thermidor , tout comme celui de Peletier ci devant marquis de Saint Fargeau .Mais Gabriiel de Riqueti fut reintégré sous forme de statue en 1927.

 

800px-Pantheon_de_Paris_-_03.jpg

 

Redevenue église sous le premier Empire ,elle est de par la volonté de Napoléon 1er le dernier séjour de grands serviteurs de l'Etat , civils (Lagrange, Portalis ) et militaires (Théophile Malo de la Tour d'Auvergne, Hyacinthe de Cossé Brissac , Antoine de Choisel-Praslin )

Consacrée pendant la Restauration en decembre 1822 , nécropole par décision de Louis Philippe , de nouveau église et embellie sous le second Empire , cette église Sainte Geneviève fut en quelque sorte annexée par la 3ème République, qui , à la mort de V.Hugo en mai 1885 , déclara le monument Pantheon , pour y déposer le corps de l'écrivain apres des obséques nationales (seuls Barres et Valéry eurent ensuite cet honneur)

 

hugo10.jpg

 

Néanmoins c'est en 1873 que fut reinstallée le croix de la flèche, sciée par les insurgés de la Commune , qui avaient utilisé les lieux comme quartier général et dépôt d'armes , et réalisée la Mosaïque "le Christ enseignant à l'ange gardien de la France les destinées de la Patrie "

 

727px-Pantheon_Paris_2008.JPG 

 

Les conventionnels n'avaient pas eu le goût architectural et écologique tres sûr quand ils firent boucher les fenêtres aménagées par Soufflot pour la luminosité et la ventilation , et abattre le lanternon et les deux clochers . Puis le fronton de David d'Angers , conçu en 1831 pour remplacer les symbôles religieux arrachés par les révolutionnaires , donna à la façade un caractère plus historique , réunissant Clovis , la Sainte et Attila , Bonaparte et le petit tambour d'Arcole .

 

397px-Maindron_-_Clovis_baptise_par_saint_Remi.jpg406px-Maindron_-_Genevieve_desarme_Attila.jpg

 

 

Napoléon , n'oubliant pas la première destination du monument , passa commande à Gros , en 1811 , de la fresque de la seconde calotte de la coupole : apothéose de Sainte Geneviève .Parmi les peintures commandées en 1874 qui ornent les murs , les plus célèbres sont celles de Puvis de Chavannes qui retracent l'histoire de la Sainte , mais on peut aussi y contempler la prédication de Saint Denis , Charlemagne couronné empereur , le Baptême de Clovis ,l'histoire de Jeanne d'Arc par Lenepveu , la vie de Saint Louis .Par contre , les deux groupes de statues d'Hippolyte Maindron demandées par Napoléon III ,( la conversion de Clovis , Attila et sainte Geneviève ) pour le péristyle ont été renvoyées aux réserves des musées .

 

Apotheose_de_st_Genevieve_3.jpg

 

24.Le-Pantheon-St-Louis.JPG

 

normal_pantheon-charlemagne-couronement-empereur.jpg

 

La crypte maintenue dans sa destination accueillit ensuite les dépouilles de savants ou d'écrivains , et d'hommes politiques de gauche . Les cendres d'André Malraux y furent amenées en 1996 , et celles de notre cher Alexandre Dumas en 2002 , qui se sera bien amusé d'entendre J.Chirac vanter" son mérite d'avoir servi notre idéal républicain " , lui l'auteur des Louves de Machecoul , des Trois Mousquetaires , entre autres ....

D'autres célébrités revendiquées ont échappé au transfert sur refus des familles : Péguy et Camus ; Berlioz faillit s'y trouver , idée qu'on peut trouver cocasse quand on connait notre compositeur . Les féministes mènent tapage pour y installer leurs héroïnes , mais elles oublient que Marie Curie s'y trouve déja , dans un cercueil plombé par crainte des radiations ....et aussi l'épouse de Berthelot ,par respect de sa volonté de ne pas être séparé d'elle , même par la mort .

 

ernesto-neto-leviathan-thot-L-2.jpegLeviathan_Pantheon.jpg

 

 

Il faut bien avouer que ce temple , familier aux Parisiens et aux étudiants , n'a pas la séduction d'autres églises ou cathédrales ; grandiose mais froid , il souffre surtout d'avoir été imité et sa visite manque cruellement de l'émotion ressentie dans des lieux de culte , ou même dans un simple cimetière . On visite le Panthéon par convenance , on y dépose une rose pour le spectacle , des expositions y sont organisées , mais dans un certain esprit , comme pour Leviathan Thot d'Ernesto Neto , en lycra et polystirene . Faute de grands hommes contemporains ?? , certains s'efforcent de trouver chez des défunts les qualités requises pour entrer au Panthéon ; des trois cents places aménagées dans les quatre galeries de la crypte, seulement soixante seize sont occupées ;les cendres de Monge ont été déposées en décembre 1989 , certes pas celles de Lavoisier guillotiné sous la Terreur , ni de Laplace devenu duc et Pair de France ......

 

Genevieve_veillant_sur_Paris.jpg

 

Cette sélection par l'orientation politique plus que par le mérite est marque de petitesse ; elle tend à faire accroire que les seuls panthéonisés auraient droit à la reconnaissance de la patrie . Car si le comte de Bougainville en fait partie , Corneille reste à la porte sur la place voisine ,les princes de notre littérature dorment dans de discrets tombeaux ,et nos gloires militaires aux Invalides .

Si André Malraux a dans ses oraisons funèbres affirmé que le tombeau des héros est le coeur des vivants , on peut se demander combien des gisants de ce lieu ont leur place dans les nôtres ....Alexandre Dumas , Dieu merci! l' y avait déja trouvée depuis longtemps

Simone Weil et son époux  viennent d'y entrer

Cette ultime demeure leur convient elle ?

fbr 8 juillet 2017

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Histoire
commenter cet article
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 03:41

Nous avons depuis peu une Assemblée nationale inédite .......

La féminisation tant recommandée a produit ses fruits.....dont on ne sait  s'ils sont verts "et bons pour des "goujats ", comme le dit notre cher Monsieur de La Fontaine ; signalons au passage un bonheur inattendu :le nouveau ministre de"" l'éducation "vient de faire distribuer dans les classes du primaire de recueils de ses Fables ,qui d'ailleurs auraient interessé celles  du secondaire , tellement privé ce dernier quinquennat de nourriture classique ....

Nous nous en réjouissons et espérons d'autres mesures intelligentes

La présence de nouvelles députées de la Nation réunit sur les fauteuils de velours certains spécimens de la gent féminine qui en acceptent le confort comme le décor, mais qui , de leur propre aveu ,  ne sauraient chanter l'hymne national ,.refus déja affiché en d'autres lieux par des spécimens masculins sportifs

Cette attitude rappelle irrésistiblement les égéries des années révolutionnaires dont voici les portraits

 

 

Des pasionaria ? Non , des pétroleuses

. Olympe de Gouges , née Marie Gouze , née en 1748 à Montauban , fait plutôt penser aux figures que Molière n' a point épargnées ; Philaminte, Bélise et Armande .

Fille supposée de Lefranc de Pompignan, elle quitte la province pour Paris après le décès de son époux Louis Aubry , avec un projet : devenir femme de Lettres .

La conjoncture est propice : elle rédige donc ce qu' à ce jour les tenants du "gender " ne lui pardonneraient pas : la " Déclaration des droits de le femme et de la citoyenne " ,sous le pseudonyme qui lui est resté . Des protecteurs fortunés lui donnent une vie confortable , notamment à Auteuil, et le temps d'écrire , notamment à Malesherbes , pour lui proposer son aide dans la défense de Louis XVI !.....Elle affiche son hostilité au mariage religieux et réclame le droit au divorce . Ses activités girondines la conduisent à l'échafaud en 1793 .

Il est vrai qu'en ce temps il en fallait peu pour cet honneur redouté ..... Théroigne de Méricourt ? Non , Anne Josèphe Terwagne , née en 1708 à Marcourt , d'un père laboureur . Elle expérimente plusieurs statuts : servante , dame de compagnie , demi mondaine en Angleterre et Italie .En 1789 , elle accourt en juillet prendre la Bastille , paire de pistolets à la ceinture , et conduit le cortège des poissardes qui ramènent à Paris , en octobre " le boulanger , la boulangère et le petit mitron ".

Théroigne en "amazone rouge "Ici en compag,ie du célébre Javogues bourreau fu Forez
Théroigne en "amazone rouge "Ici en compag,ie du célébre Javogues bourreau fu Forez

Théroigne en "amazone rouge "Ici en compag,ie du célébre Javogues bourreau fu Forez

Surnommée "la furie de la Gironde " ou encore 'l'amazone rouge ", elle ouvre , (car elle ambitionne la renommée de mesdames Geoffrin , du Deffand , de Lespinasse ) , un salon rue du Boulay , devenue rue de la Jonquière . S'y répandent Sieyes , Desmoulins , Pétion, Fabre d'Eglantine .

Mais en Janvier 1792 , proche de Brissot , c'est au club des Jacobins qu'elle s'engage triomphalement . Elle récidive dans ses activités guerrières en prenant part à l'invasion et au saccage du palais des Tuileries le 10 août 1792 ; six cents gardes Suisses sont massacrés avec deux cent serviteurs et nobles ; les émeutières se livrent à la mutilation des cadavres . Son frère , lassé de ses excès , la fait interner à la Salpêtrière , ce qui lui épargne l'échafaud , mais la conduit à la mort vingt trois ans plus tard , obsédée par le sang qu'elle a fait verser .

Le Massacre des TuileriesLe Massacre des Tuileries

Le Massacre des Tuileries

On ne lui trouve comme point commun avec Marie Gouze que d'avoir falsifié son état civil ; ces dames n'étaient pas des "ci devant " , mais elles revendiquaient la particule .

Les Femen ???

Femen...

Femen...

Il faut avouer, avant d'en parler , qu'on leur administrerait volontiers le traitement que certaines révolutionnaires moins connues auraient fait subir en mai 93 à la Théroigne : déshabillée , dénudée et fessée publiquement . Il aurait fallu l'autorité de Marat pour interrompre cet outrage public , lequel d'ailleurs ne déplairait pas à ces nouvelles venues qui , ne pouvant être tricoteuses lors de guillotinages , étalent volontiers les attributs que , encore une fois , le gender "ne saurait voir ", selon le mot de Tartuffe .

Il s"agit d'un groupe féministe ultra , fondé par trois ukrainiennes à Kiev en 2008 , mais probablement manipulées par un certain Sviatski ,et dans l'ombre par des organismes de l"orbite du richissime George Soros ; elles ont fait quelques émules en Europe, mais leurs noms tomberont dans les oubliettes des activités de caractère scatologique .

En France elles sont pourtant particulièrement agressives : profanation de l'église de la Madeleine , dégradation des cloches de Notre Dame de Paris , récidives de la découpe à la tronçonneuse d"une croix érigée à Kiev à la mémoire des victimes de la répression stalinienne .Elles se gardent prudemment , par contre , d'attaquer l'Islam , se contentant de dénoncer le "sexisme musulman " Même si leurs rituelles provocations ont à voir avec l'article 222.32 du Code Pénal , elles bénéficient de la mansuétude des juges modernes , qui peut être ne voient en elles non les militantes d'une noble cause , mais des hystériques utilisées à des fins politiques .

Elles ne monteront donc jamais sur un échafaud, comme"madame" Roland , ni ne connaîtront la prison ou le bagne , comme Louise Michel.

Manon Roland ,plus exactement Jeanne Marie Philippon, née en 1754 d'un père artisan d'art , épousa Jean Marie Roland de la Platière, qui fut brièvement ministre de Louis XVI .

Madame Roland

Madame Roland

Cultivée , elle ouvrit , elle aussi ! ,un salon rue Guénégaud , que fréquenta Condorcet , mais aussi pour son malheur Robespierre ; elle tomba le 2 juin 1793 avec les Girondins , victime des enragés Montagnards .

C'est ainsi que cette rousseauiste , convaincue que la place de la femme doit rester dans la sphère privée , monta sur l'échafaud en novembre , le soir même de sa condamnation . Avec courage , elle aurait prononcé la phrase qui la rendit célèbre :

"Liberté , que de crimes on commet en ton nom ! " 

Louise Michel en costume de fédéré

Louise Michel en costume de fédéré

Maitresse d'école , née en Haute Marne et morte à Marseille , dont les origines sont incertaines . Elle affichait des convictions proches de celles de Blanqui et de Jules Vallés , mais s'illustra surtout par sa participation aux combats de la Commune en 1871, à Montmartre , à Clignancourt , à l'Hôtel de Ville , pour lesquels elle fut déportée en Nouvelle Calédonie de 1873 à 1880 .

Les Tuileries en ruines APRES LES SACCAGES DE LA COMMUNE

Les Tuileries en ruines APRES LES SACCAGES DE LA COMMUNE

Elle y devint anarchiste au contact d'autres condamnés . Entrée à son retour dans une loge maçonnique qui admettait les femmes , elle ne déposa pas le drapeau noir et anima en différentes villes des conférences qui lui valurent plusieurs condamnations à des peines de prison , jamais complètement effectuées , une fois même sur intervention de Clémenceau , bien qu'un médecin ait demandé son internement à la suite du saccage de sa cellule .

Fondatrice du journal "Le Libertaire "avec Sébastien Faure en 1895 , elle a écrit inlassablement , dont des lettres à Victor Hugo , sous le pseudonyme Enjolras , que reconnaitront les lecteurs des "Misérables " . Elle est morte épuisée par sa véhémence. Elle reste le maitre à penser de MM.Besancenot et Mélenchon .

Et maintenant ?

Il était question depuis quelques temps , mode oblige , de faire entrer d'autres femmes au Panthéon , l'épouse de Berthelot s'y trouvant sur demande de son époux mort avant elle .    Les cendres de Marie Curie et de son mari,  tous deux prix Nobel" (aux grands hommes la patrie reconnaissante " !! ) y ont été transférées  par François Mitterand Les époux restent ainsi unis dans l'au delà

On a pensé à Madame Roland, à d'autres , dont les noms sont oubliés

. La mort soudaine de madame Simone Weil  vient de résoudre le problème et un troisième couple repose donc en ce lieu. Rappelons que Simone et André Weil se sont montrés soutiens de la La Manif pour Tous

Voir article sur le Panthéon dans ce blog

 

fbr  jeudi 4 juillet 2017

 

 

fbr   4 juillet 2017

Olympe de Gouges , Théroigne de Méricourt , les Femen et d'autres ....même combat ??
Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans jeanne d'Arc Histoire france femen
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 01:23

Il n' a échappé à personne que le Président partant a fait montre de rare grossièreté envers la Russie , acquéreur de frégates sorties de nos chantiers , en ne les lui livrant pas , autant commercialement que diplomatiquement ....

L'amitié entre la France et la Russie remonte à des temps anciens , et les aleas de l'Histoire ne l'avaient jamais entamée ; francophiles et francophones , les Russes cultivés appelaient pour leurs enfants des précepteurs français , parlaient couramment notre langue entre eux , et c 'est en France que les Russes blancs trouvèrent une nouvelle patrie  à la Révolution  , comme le fécond Henri Troyat , né à Moscou , mort à Paris en 2007  ,membre et doyen  de l"Académie française , ou Hélène  Carrére d'Encausse ,née à Paris , secrétaire perpétuel de la même Académie , entre autres illustres Français de souche slave

Même les sombres années du stalinisme n'entamèrent pas cet attachement  , ravivé par l'évolution de ce très grand pays , dans tous les sens du mot ,que l'étude de sa langue  dans nos lycées  vint conforter ; le général Dourakine de notre chère Sophie de Segur ,née Rostopchine ,avait  préparé   les   petits enfants de ses lecteurs à  cette étude

Nul ne contredira W.Fedorovski quand il affirme que Tchaïkowski , Tolstoi et Dostoïevski sont les ombres tutélaires de nos liens , et nous pourrons leur adjoindre maint autre musicien ou écrivain, de Pouchkine , favori des jeunes lecteurs (la fille du capitaine ! ) 1799-1837  , à Scriabine '1772-1915' et ses  magnifiques oeuvres pour piano ....

 

La liste serait longue,impossible pourtant de ne pas citer Igor Stravinski 1782- 1971 et le somptueux "Sacre du Printemps"

 

D'ailleurs , la venue d'artistes slaves dans nos villes emplit nos salles de concert, et quel théatre ne joue pas à guichet fermé"La mouette "de Tchékov ?

Et que dire des Choeurs de l'Armée rouge ?

 

Que dire aussi de l'émotion soulevée par le tragique destin de la famille du dernier tsar , dont les corps ont récemment reçu les derniers honneurs ?

Henri Troyat ,Moscou , Statue de Pierre  le Grand à Saint Petersbourg,les Romanov et le choeur qui porte toujours le nom "de l"armée rouge "
Henri Troyat ,Moscou , Statue de Pierre  le Grand à Saint Petersbourg,les Romanov et le choeur qui porte toujours le nom "de l"armée rouge "
Henri Troyat ,Moscou , Statue de Pierre  le Grand à Saint Petersbourg,les Romanov et le choeur qui porte toujours le nom "de l"armée rouge "
Henri Troyat ,Moscou , Statue de Pierre  le Grand à Saint Petersbourg,les Romanov et le choeur qui porte toujours le nom "de l"armée rouge "
Henri Troyat ,Moscou , Statue de Pierre  le Grand à Saint Petersbourg,les Romanov et le choeur qui porte toujours le nom "de l"armée rouge "

Henri Troyat ,Moscou , Statue de Pierre le Grand à Saint Petersbourg,les Romanov et le choeur qui porte toujours le nom "de l"armée rouge "

La comtesse de Ségur pensait elle à Pierre le Grand en écrivant le Général Dourakine ?Les souvenirs de son enfance
La comtesse de Ségur pensait elle à Pierre le Grand en écrivant le Général Dourakine ?Les souvenirs de son enfance

La comtesse de Ségur pensait elle à Pierre le Grand en écrivant le Général Dourakine ?Les souvenirs de son enfance

Mais il fallait un évènement pour effacer la tache , c'est l'exposition commémorant le séjour de Pierre le Grand en Europe , mais plus particulièrement en France en 1717

Le  génial fondateur de Saint Petersbourg voulait étudier nos arts et nos techniques , ainsi la Manufacture des Gobelins ou l'aménagement des parcs et fontaines de Versailles, et étudier  nos institutions , préparant ainsi  les profondes réformes qu'il accomplit pendant son règne ; la petite histoire raconte qu'à Versailles ,où il rencontrait le Régent , il fit sauter Louis XV  encore enfant sur ses genoux , cela pendant une des escapades que lui permettait son incognito, contrainte diplomatique , car il était ennemi de la Suède alliée de la France .

 

 

 

 

 

Macron et Poutine ont donc mis leurs pas dans ceux de leurs prédécesseurs , et nous nous en réjouissons

fbr  10 Juin 2017

 

LOUIS  XV  enfant et Pierre le Grand
LOUIS  XV  enfant et Pierre le Grand
LOUIS  XV  enfant et Pierre le Grand
LOUIS  XV  enfant et Pierre le Grand

LOUIS XV enfant et Pierre le Grand

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Histoire
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 19:39

 

 
Jeanne d'ArcUn ami du Cercle Hernani , Christian Libes , Président de l'Association "Mémoire, illustration et défense  de Jean Mermoz " , a eu en 1989 la magnifique idée , soutenue  par l'historien Henri Bataille ,  d'organiser avec les membres de l'association gens européenne équestre , un périple historique : montures et cavaliers , tous en tenue d'époque , ont refait l'itinéraire suivi par Jeanne d'Arc dans sa geste  pour la ressurection de la France , huit cents kilomètres  dans les pas de cette prodigieuse jeune fille , portée par sa volonté de fer et par la foi qui déplace les montagnes . Pélerinage  , peut on dire , accompli en trois étés :1987 , de Vaucouleurs à Chinon ; 1988,de Chinon à Reims ; 1989 de Reims à Rouen , par des chemins praticables pour les chevaux . On mesure la vaillance déployée par ces volontaires pour mener ce projet à son terme .
Il y a encore d'authentiques Français
 
A la sympathie , et non pas la simple curiosité , manifestée à leur passage , les cavaliers ont compris que le souvenir de cet  émouvant moment de l'Histoire de France restait  alors vivace dans les esprits .On peut se demander aujourd'hui si il en serait de même  , tant les manuels d'histoire se font discrets sur les épisodes qui peuvent ranimer notre fierté :
 

jeanne_d_arc.jpg

, "Jeanne reste solidement implantée dans le paysage français , son indice de notoriété est très fort. Son audience dépasse les sphères de la catholicité : elle rassemble . La loi du 10 juillet 1920 ,proclamant une fête nationale pour Jeanne d'Arc , fut votée à l'unanimité par le Parlement " (Alain Bournazel , Jeanne d'Arc , Figures et plumes  .page 114 ) .
Elle devrait donc recevoir un hommage officiel , selon cette loi , dans chaque ville dotée d'une statue et dans la capitale
Quel homme courageux  réveillera les mémoires , citoyennes (pardon pour cette imbécile terminologie actuelle) ou politiques , pour la faire respecter  .?
 
On ne saurait trop prier les maîtres , des écoles privées ou publiques ,d'organiser pour leurs élèves des voyages sur les lieux historiques où est passée Jeanne , héroïne et sainte , plutôt que vers  un Walibi  ou Disneyland quelconques .Un ami professeur de français  en province eut récemment l'idée , saugrenue selon certains , d'emmener une classe de Première  visiter les Catacombes de Paris : ce fut un succès .
 
Rendons hommage à Philippe de Villiers d'avoir ramené sur nos terres le modeste anneau que notre Jeanne portait au doigt , qui lui fut volé par le sinistre Cauchon, malgré les embuches et les réticences de certains laïcistes incultes
 ,

Chevauchée de Jeanne d'Arc

A défaut de voyages, in memoriam ,   voici le discours d'André  Malraux aux fêtes de Rouen le 31 mai 1964, bouleversant hommage à notre Jeanne  ,et superbe exemple de notre langue .

      Texte du discours d'André Malraux 31 mai 1964

 

Vous avez bien voulu, Monsieur le Maire, me demander d’assurer ce que le plus grand poète de cette ville,[1] qui fut aussi l’un des plus grands poètes du monde, appelait un triste et fier honneur, celui de reprendre ce que j’ai dit, il y a quelques années, à Orléans, de Jeanne d’Arc victorieuse et de rendre hommage en ce lieu, illustre par le malheur, à Jeanne d’Arc vaincue, à la seule figure de notre histoire sur laquelle se soit faite l’unanimité du respect. 

La résurrection de sa légende est antérieure à celle de sa personne, mais, aventure unique ! la tardive découverte de sa personne n’affaiblit pas sa légende, elle lui donne son suprême éclat. Pour la France et pour le monde, la petite sœur de saint Georges devint Jeanne vivante par les textes du procès de condamnation et du procès de réhabilitation : par les réponses qu’elle fit ici, par le rougeoiement sanglant du bûcher.

Nous savons aujourd’hui qu’à Chinon, à Orléans, à Reims, à la guerre et même ici, sauf peut-être pendant une seule et atroce journée, elle est une âme invulnérable. Ce qui vient d’abord de ce qu’elle ne se tient que pour la mandataire de ses voix :« Sans la grâce de Dieu je ne saurai que faire. » On connaît la sublime cantilène de ses témoignages de Rouen : « La première fois, j’eus grand-peur. La voix vint à midi ; c’était l’été, au fond du jardin de mon père… Après l’avoir entendue trois fois, je compris que c’était la voix d’un ange... Elle était belle, douce et humble ; et elle me racontait la grande pitié qui était au royaume de France… Je dis que j’étais une pauvre fille qui ne savait ni aller à cheval ni faire la guerre… Mais la voix disait : « Va, fille de Dieu… »

Certes Jeanne est fémininement humaine. Elle n’en montre pas moins, quand il le faut, une incomparable autorité. Les capitaines sont exaspérés par cette « péronnelle qui veut leur enseigner la guerre ». (La guerre ? les batailles qu’ils perdaient, et qu’elle gagne...) Qu’ils l’aiment, qu’ils la haïssent, ils retrouvent dans son langage le « Dieu le veut » des Croisades. Cette fille de dix-sept ans, comment la comprendrions-nous si nous n’entendions pas, sous sa merveilleuse simplicité, l’accent incorruptible avec lequel les prophètes tendaient vers les rois d’Orient leurs mains menaçantes, et leurs mains consolantes vers la grande pitié du royaume d’Israël ?

Avant le temps des combats, on lui demande « Si Dieu veut le départ des Anglais, qu’a-t-il besoin de vos soldats ? » _ Les gens de guerre combattront, et Dieu donnera la victoire. » Ni saint Bernard ni saint Louis n’eussent mieux répondu.

Mais ils portaient en eux la chrétienté, non la France.

Et à quelques pas d’ici, seule devant les deux questions meurtrières : « Jeanne êtes-vous en état de grâce ? » _Si je n’y suis, Dieu veuille m’y mettre ; si j’y suis, Dieu veuille m’y tenir ! » ; et surtout la réponse illustre : « Jeanne, lorsque saint Michel vous apparut, était-il nu ? » _Croyez-vous Dieu si pauvre, qu’il ne puisse vêtir ses anges ? »

Lorsqu’on l’interroge sur sa soumission à l’Eglise militante, elle répond, troublée mais non hésitante : « Oui, mais Dieu premier servi !». Nulle phrase ne la peint davantage. En face du dauphin, des prélats ou des hommes d’armes, elle combat pour l’essentiel : depuis que le monde est monde, tel est le génie de l’action. Et sans doute lui doit-elle ses succès militaires. Dunois dit qu’elle disposait à merveille les troupes et surtout l’artillerie, ce qui semble surprenant. Mais les Anglais devaient moins leurs victoires à leur tactique qu’à l’absence de toute tactique française, à la seule comédie héritée de Crécy à laquelle Jeanne mit fin. Les batailles de ce temps étaient très lourdes pour les vaincus ; nous oublions trop que l’écrasement de l’armée anglaise à Patay fut de la même nature que celui de l’armée française à Azincourt. Et le témoignage du duc d’Alençon interdit que l’on retire à Jeanne d’Arc la victoire de Patay puisque, sans elle, l’armée française se fût divisée avant le combat, et puisqu’elle seule la rassembla...

C’était en 1429 -le 18 juin.

 Dans ce monde où Isabeau de Bavière avait signé à Troyes la mort de la France en notant seulement sur son journal l’achat d’une nouvelle volière, dans ce monde où le dauphin doutait d’être dauphin, la France d’être la France, l’armée d’être une armée, elle refit l’armée, le roi, la France.

Il y avait plus rien : soudain il y eut l’espoir –et par elle, les premières victoires qui rétablirent l’armée.

Puis -par elle contre presque tous les chefs militaires-, le sacre qui rétablit le roi. Parce que le sacre était pour elle la résurrection de la France, et qu’elle portait la France en elle de la même façon qu’elle portait sa foi.

Après le sacre, elle est écartée, et commande la série des vains combats qui la mèneraient à Compiègne pour rien, si ce n’était pour devenir la première martyre de la France.

Nous connaissons tous son supplice. Mais les mêmes textes qui peu à peu dégagent de la légende son image véritable, son rêve, ses pleurs, l’efficace et affectueuse autorité qu’elle partage avec les fondatrices d’ordres religieux, ces mêmes textes dégagent aussi, de son supplice, deux des moments les plus pathétiques de l’histoire universelle de la douleur.

Le premier est la signature de l’acte d’abjuration -qui reste d’ailleurs mystérieux. La comparaison du court texte français avec le très long texte latin qu’on lui faisait signer proclamait l’imposture. Elle signe d’une sorte de rond, bien qu’elle ait appris à signer Jeanne. « Signez d’une croix ! » lui ordonne-t-on. Or, il avait naguère été convenu entre elle et les capitaines du Dauphin, que tous les textes de mensonge, tous les textes imposés, auxquels leurs destinataires ne devaient pas ajouter foi, seraient marqués d’une croix. Alors, devant cet ordre qui semblait dicté par Dieu pour sauver sa mémoire, elle traça la croix de jadis, en éclatant d’un rire insensé...

Le second moment est sans doute celui de sa plus affreuse épreuve. Si, tout au long du procès, elle s’en remit à Dieu, elle semble avoir eu, à maintes reprises, la certitude qu’elle serait délivrée. Et peut-être, à la dernière minute, quand sonnaient des cloches comme celles qui sonnent maintenant, espéra-t-elle qu’elle le serait sur le bûcher. Car la victoire du feu pouvait être la preuve que ses voix l’avaient trompée. Elle attendait, un crucifix fait de deux bouts de bois par un soldat anglais posé sur sa poitrine, le crucifix de l’église voisine élevé en face de son visage au-dessus des premières fumées. (Car nul n’avait osé refuser la croix à cette hérétique et à cette relapse...) Et la première flamme vint, et avec elle le cri atroce qui allait faire écho, dans tous les peuples chrétiens, au cri de la Vierge lorsqu’elle vit monter la croix du Christ sur le ciel livide.

Alors, depuis ce qui avait été la forêt de Brocéliande jusqu’au cimetière de Terre sainte, la vieille chevalerie morte se leva dans ses tombes. Dans le silence de la nuit funèbre, écartant les mains jointes de leurs gisants de pierre, les preux de la Table Ronde et les compagnons de Saint Louis, les premiers combattants tombés à la prise de Jérusalem et les derniers fidèles du petit roi lépreux, toute l’assemblée des rêves de la chrétienté regardait, de ses yeux d’ombre, monter les flammes qui allaient traverser les siècles, vers cette forme enfin immobile, qui devenait le corps brûlé de la chevalerie.

 Il était plus facile de la brûler que de l’arracher de l’âme de la France. Au temps où le roi l’abandonnait, les villes qu’elle avait délivrées faisaient des processions pour sa délivrance. Puis le royaume, peu à peu, se rétablit. Rouen fut enfin reprise. Et Charles VII, qui ne se souciait pas d’avoir été sacré grâce à une sorcière, ordonna le procès de réhabilitation.

A Notre-Dame de Paris, la mère de Jeanne, petite forme de deuil terrifiée dans l’immense nef, vient présenter le rescrit par lequel le pape autorise la révision. Autour d’elle, ceux de Domrémy qui ont pu venir, et ceux de Vaucouleurs, de Chinon, d’Orléans, de Reims, de Compiègne… Tout le passé revient avec cette voix que le chroniqueur appelle une lugubre plainte : « Bien que ma fille n’ait pensé, ni ourdi, ni rien fait qui ne fût selon la foi, des gens qui lui voulaient du mal lui imputèrent mensongèrement nombre de crimes. Ils la condamnèrent iniquement et… » La voix désespérée se brise. Alors Paris qui ne se souvient plus d’avoir jamais été bourguignonne, Paris, redevenue soudain la ville de Saint Louis, pleure avec ceux de Domrémy et de Vaucouleurs, et le rappel du bûcher se perd dans l’immense rumeur de sanglots qui monte au-dessus de la pauvre forme noire.

L’enquête commence.

Oublions, ah, oublions ! le passage sinistre de ces juges comblés d’honneur, et qui ne se souviennent de rien. D’autres se souviennent. Long cortège, qui sort de la vieillesse comme on sort de la nuit. Un quart de siècle a passé. Les pages de Jeanne sont des hommes mûrs ; ses compagnons de guerre, son confesseur ont les cheveux blancs. Ici débute la mystérieuse justice que l’humanité porte au plus secret de son cœur.

Cette fille, tous l’avaient connue, ou rencontrée, pendant un an. Et ils ont eux aussi oublié beaucoup de choses, mais non la trace qu’elle a laissée en eux. Le duc d’Alençon l’a vue une nuit s’habiller quand, avec beaucoup d’autres, ils couchaient sur la paille : elle était belle, dit-il, mais nul n’eût osé la désirer. Devant le scribe attentif et respectueux, le chef de guerre tristement vainqueur se souvient de cette minute, il y a vingt-sept ans, dans la lumière lunaire... Il se souvient aussi de la première blessure de Jeanne. Elle avait dit : « Demain mon sang coulera, au-dessus du sein. » Il revoit la flèche transperçant l’épaule, sortant du dos, Jeanne continuant le combat jusqu’au soir, emportant enfin la bastille des Tourelles. Revoit-il le sacre ? Avait-elle cru faire sacrer Saint Louis ? Hélas ! Mais, pour tous les témoins, elle est la patronne du temps où les hommes ont vécu selon leurs rêves et selon leur cœur, et depuis le duc jusqu’au confesseur et à l’écuyer, tous parlent d’elle comme les rois mages, rentrés dans leurs royaumes, avaient parlé d’une étoile disparue…

De ces centaines de survivants interrogés, depuis Hauviette de Domrémy jusqu’à Dunois, se lève une présence familière et pourtant unique, joie et courage, Notre- Dame la France avec son clocher tout bruissant des oiseaux du surnaturel. Et lorsque le XIXe siècle retrouvera ce nostalgique reportage du temps disparu, commencera, des années avant la béatification, la surprenante aventure : bien qu’elle symbolise la patrie, Jeanne d’Arc, en devenant vivante, accède à l’universalité. Pour les protestants, elle est la plus célèbre figure de notre histoire avec Napoléon ; pour les catholiques, elle sera la plus célèbre sainte française.

Lors de l’inauguration de Brasilia, il y a quatre ans, les enfants représentèrent quelques scènes de l’Histoire de France. Apparut Jeanne d’Arc, une petite fille de quinze ans, sur un joli bûcher de feux de Bengale, avec sa bannière, un grand bouclier tricolore et un bonnet phrygien. J’imaginais devant cette petite République le sourire bouleversé de Michelet ou de Victor Hugo. Dans le grand bruit de forge où se forgeait la ville, Jeanne et la République étaient toutes deux la France, parce qu’elles étaient toutes deux l’incarnation de l’éternel appel à la Justice. Comme les déesses antiques, comme toutes les figures qui leur ont succédé, Jeanne incarne et magnifie désormais les grands rêves contradictoires des hommes. Sa touchante image tricolore au pied des gratte-ciel où venaient se percher les rapaces, c’était la sainte de bois dressée sur les routes où les tombes des chevaliers français voisinent avec celles des soldats de l’an II.

Le plus mort des parchemins nous transmet le frémissement stupéfait des juges de Rouen lorsque Jeanne leur répond : « Je n’ai jamais tué personne ». Ils se souviennent du sang ruisselant sur son armure : ils découvrent que c’était le sien. Il y a trois ans, à la reprise d’Antigone, la princesse thébaine avait coupé ses cheveux comme elle et disait avec le petit profil intrépide de Jeanne la phrase immortelle : « Je ne suis pas venue pour partager la haine, mais pour partager l’amour. » Le monde reconnaît la France lorsqu’elle redevient pour tous les hommes une figure secourable, et c’est pourquoi elle ne perd jamais toute confiance en elle. Mais dans la solitude des hauts plateaux brésiliens, Jeanne d’Arc apportait à la République de Fleurus une personne à défaut de visage, et la mystérieuse lumière du sacrifice, plus éclatante encore lorsqu’elle est celle de la bravoure. Ce corps rétracté devant les flammes avait affreusement choisi les flammes ; pour le brûler, le bûcher dut aussi brûler ses blessures. Et depuis que la terre est battue de la marée sans fin de la vie et de la mort, pour tout ceux qui savent qu’ils doivent mourir, seul le sacrifice est l’égal de la mort.

 « Comment vous parlaient vos voix ? » lui avait-on demandé quand elle était vivante. _Elles me disaient « Va fille de Dieu, va fille au grand cœur… » Ce pauvre cœur qui avait battu pour la France comme jamais cœur ne battit, on le retrouva dans les cendres, que le bourreau ne put ou n’osa ranimer. Et l’on décida de le jeter à la Seine, « afin que nul n’en fît des reliques ».

Elle avait passionnément demandé le cimetière chrétien.

Alors naquit la légende.

 Le cœur descend le fleuve. Voici le soir. Sur la mer, les saints et les fées de l’arbre-aux-fées de Domrémy l’attendent. Et à l’aube, toutes les fleurs marines remontent la Seine, dont les berges se couvrent de chardons bleus des sables, étoilés par les lys…

La légende n’est pas si fausse. Ce ne sont pas les fleurs marines que ces cendres ont ramenées vers nous, c’est l’image la plus pure et la plus émouvante de France. O Jeanne sans sépulcre et sans portrait, toi qui savais que le tombeau des héros est le cœur des vivants, peu importent tes vingt mille statues, sans compter celles des églises : à tout ce pour quoi la France fut aimée, tu as donné ton visage inconnu. Une fois de plus, les fleurs des siècles vont descendre. Au nom de tous ceux qui sont ou qui seront ici, qu’elles te saluent sur la mer, toi qui a donné au monde la seule figure de victoire qui soit aussi une figure de pitié !

André Malraux,

(Oraisons funèbres, in Le Miroir des Limbes,

Œuvres complètes III, Gallimard.)


[1] Corneille : « Ce triste et fier honneur m’émeut sans m’ébranler ». (Horace,II,3)

 

 

Jeanne était née en 1411 ou 1412 , elle mourut du supplice du feu le 3O mai 1431 à Rouen .

Jeanne , partout et toujours  , a été source d'inspiration
  
Paul Claudel - Arthur Honegger
  
 

Jeanne, partout et toujours, a été source d'inspiration Paul Claudel - Arthur Honegger

Né au Havre le 10 mars 1892 , dans une famille zürichoise ,Arthur Honegger est mort à Paris, sa ville d'adoption, le 27 novembre 1955, Il avait commencé des études musicales au Havre ,poursuivies à Zürich, puis achevées à Paris au Conservatoire avec pour maitres Vincent d'Indy et Ch.Marie Widor. Il fut professeur à l'Ecole Normale de musique de Paris .

 

C'était l'un du " Groupe des Cinq " : (Auric, Milhaud , Poulenc , Taillefer , Honegger)

 

J'ai mis votre bouquet dans l'eau du même vase

Et vous ai chèrement tortillés par la base

Tous libres de choisir votre chemin en l'airécrivait en plaisantant Jean Cocteau , qui connaissait leurs personnalités respectives )

 

Arthur Honegger , Suisse et protestant -il garda toujours sa nationalité suisse- offre une oeuvre fascinante , tantôt de violence et d'éclat , tantôt de méditation grave et repliée , souvent inspirée par les récits bibliques , comme le Roi David , l'histoire : Horace Victorieux de Tite Live , mais aussi par la modernité : Pacific 231 : , et enfin des musiques de scène pour des textes d'A.de Musset , d'Hamlet dans la traduction de.Gide , de Camus : l'etat de siège .Dans son oeuvre riche et vaste , pas aussi connue qu'elle le devrait , s'inscrit cette "Jeanne au bûcher " sur le texte de Paul Claudel

 

Diplomate ,consul en Chine, ambassadeur au Japon et aux Etat Unis , Paul Claudel , né à Villeneuve sur Fère (Aisne )le 6 aout 1868 et mort le 26 février 1955 . Etudiant en sciences politiques à Paris , il se convertit à la foi catholique à Notre Dame , un soir de Noël . Entré à l'Académie française en 1946 , il reste célèbre comme poète d'un lyrisme tumultueux , somptueux , nourri de pensée profonde . Il fut aussi dramaturge inspiré de mystique catholique , dont "L'annonce faite à Marie " , "Le soulier de satin " , ou par le thème du sacrifice : "l'Otage " Il était le cadet de Camille , sculpteur .

 

De la rencontre de Claudel et d'Honegger est né l' oratorio "Jeanne au bûcher " , en onze scènes , conçu comme les mystéres du Moyen Age . Créé à Bâle le 12 mai 1938 , puis présenté à Orléans le 8 mai 1939 et à Paris le 9 mai 1943 ., il a toujours connu un succès immense , tant grâce au thème historique qu'aux beautés conjuguées du texte et de la musique . Claudel et Honegger étaient tous deux titulaires de la Grand Croix de le Légion d'Honneur .

 

Cette oeuvre ne tolère pas une écoute distraite , il lui faut consacrer des instants d 'attention pour y reconnaitre de subtiles combinaisons de chant grégorien , de rythmes populaires , des timbres orchestraux des premières polyphonies , et se laisser saisir par la voix de Jeanne , ses paroles simples et convaincantes , si souvent bouleversantes et se décider à acquérir l'enregistrement complet .

 

Charles Péguy aussi fait parler la Pucelle :

 

"Adieu , Meuse endormeuse et douce à mon enfance ,

Qui demeures aux prés où tu coules tout bas.

Meuse , adieu : j'ai déja commencé ma partance

En des pays nouveaux où tu ne coules pas .

 

Voici que je m'en vais en des pays nouveaux ;

je ferai la bataille et passerai les fleuves .

Je m'en vais m'essayer à de nouveaux travaux .

Je m'en vais commencer là-bas les taches neuves ."

 

Jeanne à Domrémy , deuxième partie , acte III .

 

 

Anatole France , bien que sa biographie de Jeanne conteste insidieusement l'inspiration divine de notre héroine nationale , n'échappe pas à l'admiration générale :

 

"L'étendard était signe de ralliement (ndlr: cf. Henri IV : ralliez vous à mon panache blanc ! ) et de reconnaissance sur le champ de bataille ).

 

Longtemps les rois , les empereurs et les chefs de guerre seuls l'avaient pu lever, le suzerain le faisait porter devant lui , les vassaux venaient sous les bannières de leurs seigneurs.

 

Si Jeanne tenait , comme il est croyable , son étendard pour signe de commandement souverain , et si , l'ayant reçu du Roi du ciel , elle entendait le lever au dessus de tous les autres , en restait il un seul dans le royaume pour lui disputer ce rang ?

 

Qu'étaient elles devenues , ces bannières féodales portées pendant quatre vingts ans au premier rang des désastres , semées dans les champs de Crécy... foulées aux pieds des archers anglais dans la terre molle où s'enfonçaient les morts d'Azincourt , ramassées à pleines mains sous les murs de Verneuil , par les maraudeurs de Bedford ? ...C'est parceque ces bannières étaient misérablement tombées....que se levait maintenant l'étendard de la paysanne .

 

" L'Alouette " de Jean Anouilh nous tombe toujours des mains d'émotion . Shakespeare , Voltaire , Schiller les avaient précédés , mais sans cette intuition et communion propres à notre dramaturge préféré

Combien de statues lui ont elles été dressées , combien de vitraux , de tableaux lui ont donné un visage, combien de films lui ont été consacrés ?

Seule la France possède figure aussi emblématique , aussi humainement inexplicable , merveilleuse au vrai sens du terme .

Retrouvons en la fierté

Ne laissons pas tomber la célébration des vertus et de l'épopée de Jeanne en des mains indignes

Jeanne est célébrée le deuxième dimanche de mai , officiellement, et non pas le jour de la fête du travail

 

 

FBR 12 mai 2017

 

 

jeanne01-copie-1.jpeg

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Histoire
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 18:25

 

Que les esquisses des articles afférents fassent rejaillir sur notre Jeanne d'Arc la gloire qu'on tente de lui retirer : bergère , guerrière , martyre , emblème de l'amour de sa terre et d'un mystère de la foi que l'on veut réduire au fade et plat "amour universel du prochain "

Que plus jamais ne soit perpétué ce ridicule contre sens historique , intellectuel et moral un 1er Mai, imposture électoraliste s'il en est .

 Jeanne , victime du honteux procès  préfabriqué par les Anglais et le vénal Cauchon, brûlée vive à Rouen en 1431, fut réhabilitée en 1454 .

 .Puis il fallut attendre la publication par les archivistes de Jules Michelet  de tous les éléments de ce procès et la fin de la guerre de 1870, pour sa béatification en 1909 . Retard encore , quand  s'enclencha la Grande Guerre  , pour sa canonisation, portée par Mgr Dupanloup le 16 mai 1920 ; alors seulement l'Etat  français déclara Jeanne héroïne nationale.

Sa fête est le deuxième dimanche de mai : la loi du 10 juillet 1920 , signée à Rambouillet par le Président Paul Deschanel , parue au JORF le 14 juillet de la même année , instaure la fête nationale de Jeanne et du patriotisme , avec participation de l'Armée pour lui rendre les honneurs !

Loi toujours en vigueur ....

O tempora , o mores aurait dit Cicéron .

 

Célébration à Saint Pierre de Rome de la messe de béatification de Jeanne d'Arc

Célébration à Saint Pierre de Rome de la messe de béatification de Jeanne d'Arc

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans france Histoire jeanne d'Arc Patrimoine
commenter cet article
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 02:07

jeanne-darc.jpgJeanne d'Arc n'est pas un mystère : c'est l'essence même de la foi , de la volonté , de la vaillance humaines , réunies en cette héroïne d'une extraordinaire épopée , martyre à dix neuf ans d'une cause , celle de la France .

 

Elle a soulevé et soulèvera toujours l'admiration , et son visage , que nous imaginons intelligent et candide , réservé et hardi , doux et impérieux ,selon les circonstances , ou même simultanément , a inspiré bien des artistes , en France et dans le monde entier .

 

Un seul authentique portrait nous est parvenu : celui esquissé à la plume par son contemporain Clement de Fauquemberg , greffier au Parlement de Paris

 

Mais nous avons réuni ici certaines de ces oeuvres d'imagination , offrande à cette fleur de France , touchante et impressionnante , fragile et in flexible , comme un bouquet que nous aimerions déposer sur la tombe qu'elle n'a jamais eue , en cet  anniversaire de sa naissance .

 

 


 

Ainsi Jeanne partait elle de cette maison de pierre vers « ses » voix 

 

Maison de Jeanne a Doremy

 

C'était encore une enfant, déjà chargée d'une mission lourde, qu'elle portera sans faillir, avec ce petit visage serré tel que l'ont voulu les doigts du sculpteur de ce buste.

 

CALUO5LR.jpg

 

Mais j'aime bien plus la Jeanne d'Henri Chapus au musée d'Orsay ,

 

musée-orsay-buste

 

belle et simple fille de France , sans atours et sans fard , regard au delà de sa colline inspirée , vers Reims ?

 

sacre-reims

 

Telle que l'a rêvée Dominique Ingres, cette Jeanne , surprenante d'autorité offre un visage empreint , non de fierté , sentiment qui devait lui être étranger , mais de la plénitude du devoir accompli ; l'armure en partie déposée capte vers sa robe la lumière des vitraux , c'est bien une pucelle qui a conduit son roi vers le sacre.

 

Vaucouleurs

 

Que de chemin parcouru depuis Vaucouleurs , en ce départ presque nocturne de Jean Jacques Scherrer .Comme un page sur son cheval , Jeanne aux yeux clairs ne regarde pas , elle écoute et suit le chemin , sans s'attarder aux angoisses de sa parentèle que ce « clair-obscur »attache au sol ,cependant que sa frêle silhouette les domine .

 

Tout naturellement , le page a endossé l'armure  basilique SainteJeanne d'Arc à Paris18°,

 

jeqnne-epée.basilique

 

et sous ce front nait le plan de la prochaine bataille . Du visage lisse émane la la sérénité du missus dominici , même si au terme du voyage flambe le bûcher des traîtres , Pauvre Jeanne sans sépulture , que voici entourée de la fumée blanche du bois qui s'embrase et du souffle de la flamme ; le peintre Anton Stilke  détourne ce visage ,

 

Stilke Hermann Anton - Joan of Arc%27s Death at the Stake

 

pas encore marqué par la souffrance , mais par la tristesse ; mon père , m'as tu abandonnée ? Ces mots se sont ils échappés de ses lèvres ? Je ne le crois pas : la sainte vient de subir la lâcheté et la vindicte des humains , mais aucun doute n' a terni sa foi , toutes ses réponses lors de son procès en attestent . Une médaille en gravera les mots dans nos mémoires.

 

Jeanne d%27Arc 2

 

D'autres artistes ont imaginé une Jeanne insolite,  comme cette dame en coiffe

 

buste-jeanne-d-arc

 

mais d'aucuns ne voulaient ils pas faire de notre bergère une fille de sang royal ? , ou cette amazone victorieuse et fervente ,de Dante Gabriele Rossetti

 

Jeanne à l'épée de Dante Gabriel Rossetti

 

C'est bien la guerrière que la plupart ont choisie , souvent à cheval comme nos cousins canadiens , Celle du jardin de Jeanne dans la plaine d'Abraham à Québec fut offerte en 1937 par un couple d'Américains soucieux de remercier la France pour son aide dans les combats de1759-1760

 

jeanne-quebec

 

Révoltante , l'histoire qui suit d'une autre statue de Jeanne ? : jugez en .

 

Commandée en 1936 au sculpteur Halbout du Tanney pour une de nos grandes villes , fondue clandestinement en 1940 , achevée en 1946, exposée au Salon des artistes français , elle est installée le 6mai 1951 dans sa ville de destination .Mais au fil des ans et des politiques , elle est travestie , souillée , son épée est brisée , on la décapite , on la renverse .Des soldats du génie s'activent alors pour recueillir le monument et le transporter , ce qui aurait dû être fait bien plus tôt , en France .

 

jeanne-alger230

 

Cela s'est passé entre 1962 et 1963 en Alger , et c'est la ville de Vaucouleurs qui maintenant en a la garde

 

jeanne-alger234

 

Peintres et sculpteurs n'ont pas été seuls profondément émus par la petite lorraine , écrivains , poètes et compositeurs de France ou d'Europe en ont été inspirés , mais c'est une autre longue histoire .

 

Notre Jeanne connaitra peut être encore avec nous , ou plus tard , des épreuves et des saccages .

 

Mais il y aura toujours une mémoire et une volonté pour transmettre la mystérieuse fusion entre elle et notre France

 

Jeanne n'a pas été oubliée : poèmes , opéras , théatre , oratorios.

Son image a été profanée , mais que vaut l'insulte du barbare ?, mais...

 

 


 

 

 

 

 

 

Dès maintenant, nous vous proposons plusieurs photos de la magnifique statue de Jeanne d'Arc en cours de réalisation par le sculpteur Boris Lejeune, "La vocation de Jeanne".

 

Cette statue sera érigée tout près de Domrémy, à Notre-Dame de Bermont, à quelques pas de la chapelle où Jeanne allait prier.

 

Afin de mener ce projet jusqu'au bout, nous avons besoin de vous. Chaque don compte pour que cet hommage à Jeanne, qui est aussi une prière, puisse voir le jour.

 

 

jeanne01.jpgjeanne2.jpgjeanne3.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Histoire
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 18:37
Les rapaces qui planent ont des dresseurs habiles et secrets,  CETTE SEMAINE TOUT SERA  LI SIBLE                                                                                                        SIBLE                                                                                                                    IBLE                         BLE  SIBLES      émasqueront
Les rapaces qui planent ont des dresseurs habiles et secrets,  CETTE SEMAINE TOUT SERA  LI SIBLE                                                                                                        SIBLE                                                                                                                    IBLE                         BLE  SIBLES      émasqueront
Les rapaces qui planent ont des dresseurs habiles et secrets,  CETTE SEMAINE TOUT SERA  LI SIBLE                                                                                                        SIBLE                                                                                                                    IBLE                         BLE  SIBLES      émasqueront

Les rapaces qui planent ont des dresseurs habiles et secrets, CETTE SEMAINE TOUT SERA LI SIBLE SIBLE IBLE BLE SIBLES émasqueront

Avoir quinze ou vingt ans , la  tête folle , le verbe échauffé jusqu' à l"asphyxie, perdre le sens et la portée de ses discours , cela s'est vu  souvent ...séquelle des fièvres de mai 1968

Mais toucher à la quarantaine , posséder un bagage qui laisse supposer une maturité intellectuelle , une maitrise mentale et physique affirmées , et  insulter son pays publiquement , dans les bras d' anciens ennemis de surcroit , quand , un an auparavant , tout jeune ministre , on a vanté à Orléans  les mérites de notre Jeanne d'"Arc et témoigné par ailleurs de la nostalgie d'un roi de France, cela ne s'était jamais vu .

L'ivresse de la popularité , l'encens des fanatiques sont peut être des causes , mais pas une excuse .

Emmanuel Macron a , soit succombé aux délices de l'ambition : c'est un homme  irresponsable.

Soit cyniquement préparé   un scandale estimé propice à son élection : c'est un dangereux calculateur

   

Il était , dans l'un et l'autre cas , à écarter

Mais cette journée des dupes , réussite parfaite de la cabale élyséenne , car le second tour ne fait aucun doute , va en peaufiner les contours

Je savais que les Français ont la mémoire courte....

Qu'ils fussent si bas  de plafond , je ne le pensais pas !

Je le sais désormais.....notre culture vient de recevoir le dernier coup

fbr 23 AVRIL 2017

r

 

 

 

L"autoroute Paris Alger est ouverte

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Polémiques Histoire
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 00:38

Fin 2016 , nous avons entendu , sans oser y croire , prononcer les noms de Jeanne d'Arc , Chateaubriand  , Louis XIV , Molière , oui notre cher Molière que  certains voulaient traduire en verlan .Et de bien d'autres que l'on veut effacer.....

Nous avons entendu parler de la "fierté d'être Français ",oubliée apres Max Gallo , et  on nous a appelés à défendre la France quand elle est dénigrée .

Nous avons entendu parler de racines chrétiennes et  d'Histoire , d"une école qui nous fait honte ,de l'ancienne  grandeur  de notre pays ...

Nous avons entendu stupéfaits un appel à "foncer"sans peur pour lui redonner tout ce qu'il a perdu ; un appel à l'effort , qui ranimait le souvenir de Churchill promettant au peuple britannique du sang et des larmes .....

 


Alors nous avons pensé rêver , que notre peuple en léthargie depuis cinquante ans n'entendrait pas ces mots , qu'il retournerait à ses facilités , à sa ...dhimmitude

Et bien non !  Et le bouleversant "Dialogue des Carmélites " de Bernanos m'est revenu à l'esprit   ,ce "Tenez vous fière " , au pied de l'échafaud

Et j'ai retrouvé ce gallinacé qui enchantait les livres des petits , celui qui ornait le casque des Gaulois .

NOUS EN AVONS BIEN PRIS SOIN !

fbr , dimanche 27 novembre 2016

Or cette idée  de notre  AUTHENTIQUE France  a soulevé une cabale  hideuse , grinçante et tonitruante , cabale  portée par les tueurs de notre civilisation , qui jamais n'ont proclamé autant de vertueuse indignation , même pas lorsqu'un terroriste  a égorgé sous les yeux de leur enfant de trois ans  son père et sa mère policiers                                                                                                                                           

  Les parents de Mathieu , trois ans,

policiers à Magnanville,oubliés .

in memoriam

Ces malheureux oubliés, la presse est retournée à ses marottes gauchistes , et le programme de la divine surprise s'est effacé , car les ennemis de l'intérieur, jaloux ou vindicatifs , s'attachaient à y trouver vices et carences ; il était pourtant bien ficelé , et rappelait que rien ne s'obtient dans la jouissance et la facilité.

Mais l'époque veut la fête , le  bruit , le succès sans effort, et déteste la contrainte en adorant la nouveauté

Ceci n'étant pas argument , la presse poubelle a déterré , avec l'aide des officines secrètes, des "histoires "connues de tous,élus en particulier , que personne n'avait l'idée de trouver répréhensibles Et notre coq gaulois , sous l'opprobre des mesquins , excités par les gens du "parti' , les faux amis , les rivaux piteux , a  malgré sa résistance sereine et sa dignité , perdu plumes et couleurs ......

Pour mieux égayer les voix , fut donnée consigne de faciliter l'accès "à la dignité suprême "à de "petits candidats " dont les propos devaient déboussoler l"électorat

Ne manqua même pas la vengeance d'un souverainiste , il est vrai de longue date, qui par la noblesse d'un retrait aurait offert à notre pays un candidat tout de même mieux trempé  que les deux survivants

Que faire ?

Et nous voici maintenant entre deux aventuriers , l'un issu du chapeau de la banque , l"autre de la plus ancienne résistance, souvent accusée de tous les crimes et vices ,  le premier assez habile pour faire passer son inexpérience pour génie , l'autre  acharnée et bosseuse , mais chacun inapte à diriger un grand pays dans les écueils et  orages politiques et les fureurs tueuses d'un Islam archaïque

Et l'un comme l'autre sans équipe aguerrie pour la tenue et l'étude des dossiers mondiaux , ni la sagesse qui s 'acquiert par la pratique .

Car  l'emballement et l'euphorie du succès ne donnent ni la connaissance ni l'expérience, le lamentable trajet du Président sortant et de ses ministres improvisés en sont exemple

Il nous faut pourtant choisir, dans la contrainte du suffrage universel qui permet tout et son contraire

Charybde et Scylla ?

Non , le péril se voit à l'oeil nu

Avec ce perdreau de l'année  s'ouvre à nous une autoroute Paris Alger, avec bretelles  tissées depuis l'Allemagne ,  grâce  au candidat dont d'ailleurs la civilité plus que gracieuse  convient à nos cousins germains pour la sauvegarde de leur suprématie en U.E..  Via l'engouement d'une " l'intelligentsia  " citadine ou friquée ,cliente des avions de luxe, des "duplex" aussi coûteux qu'un palais ,et  d' "artistes " dont le succès s'est fait par le léche babouche politique

D 'ecole , de  culture, de racines , d'histoire,d'identité ,d'armée , de police il est vaguement question, et pas davantage de l'épouvantable dette qui clouera notre pays sur le même pilori que la Grèce

Perdreau ou Polichinelle, d'ailleurs? Qui tient les fils  ?

De la concurrente que dire ?

E lle avoue n'avoir pas été une étudiante assidue ,  comprenons que le virus du combat politique a primé , et que Histoire et Lettres ne sont pas sa passion                                                                                                                                                                                                                          Que sa vie est conforme aux turbulences modernes, mais rappelle qu'elle élève trois enfants

On sait que l'ambition l'habite, que tous les moyens sont bons , y compris de renier son père , pour la satisfaire, ce qui ne fut ni séant , ni seyant

Que l'éventail de ses propositions est étroit , mais qu'il colle au malaise , si ce n'est malheur  ambiant

On constate qu'elle a du bagoût, du courage, de la persévérance, une santé de fer , et que des tâches plus rudes ne la rebuteront pas

Que seule contre tous ,elle fait face assez crânement

Que ces vertus bien française valent mieux que les colifichets du perdreau polichinelle, que l'intégrité du territoire vaut mieux qu'un Hexagone Brésil, car  nous aspirons tous à garder notre sol  et nos coutumes

Et que nous devons lui donner la préférence

fbr avril2017

 

 

 

 

 

 

 

 

que la Grèce

De culture , d'école , de racines , de passé ? d'Histoire , d'identité  il ne fut question ; ni de l'épouvantable dette qui clouera notre pays au même pilori que la Gréce 

on alla aussi chercher , pour meubler ce silence coupable , des "candidats " à petit pied ou front étroit , et un jaloux qui s'attacha à voler au coq gaulois les voix qui viennent de lui manquer

 

 

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Histoire
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 19:01

 Deux fêtes  sont proches, dont la célébration néglige les sources et les rites .

 

Andrea_Mantegna.jpg

Andrea Mantegna 1431  150

Purification de la Vierge et présentation de l'enfant Jesus au Temple

nb costumes contemporains du peintre, l'enfant est emmaillotté sur tout le corps, et remarquer la beauté du visage de la tres jeune mère

Du latin festa candelorum, fête célébrée avec  des chandelle allumées , en procession .

 

 

Ainsi la Chandeleur , le 2 février , Purification de la Vierge Marie . Cette fête des rencontres , Ypapanti des Grecs , s'illuminait de cierges allumés en reconnaissance à celle  qui repoussait les épidémies de peste ,  de mal des ardents , et autres fléaux qui sévissaient  en France et en Europe .

 
Chaque foyer en gardait un dont la flamme ne devait pas s'éteindre avant que la cire ne soit épuisée ; et il était important d'accompagner ce cérémonial par la confection de crêpes , qu'on faisait sauter hors de la poële  en tenant une pièce , d'or de préférence , dans la main .
 
Cela se sait et se fait peut être encore , comme le dicton d'Ile de France :
 
A la Chandeleur, l'hiver se passe ou prend vigueur .
 
Dans la salle commune , chacun montrait son tour de poignet , , ce qui n'était pas facile au dessus d'un âtre ; jeunes et vieux vivaient ensemble  et perpétuaient tradition et affection .
l
Les actuels  mouroirs cachent les ""anciens "", et les petits s'en vont à la crèche ,qui n'est plus celle de l'EnfantJesus , mais une garderie
 
Ces images datent de peu apres  la Grande Guerre /
 
Quant à Mardi Gras , enturbanné de déguisements et exacerbé de danses , qui sait encore  ce qu'il annonce ?

 
Tout d"abord le défilé du Boeuf gras , dont on va se nourrir avant la période "de vaches maigres ", celle du jeûne et d'abstinence qui ne s'achèvera qu'au jour de Pâques
 
C'est le jour de Carême Prenant  , ou Caramantran en Provence , où le peuple a coutume de prendre du bon temps avant les austérités du Carême . Car tout bon chrétien se doit de respecter durant la période qui précède la Passion du Christ une rigoureuse abstinence , c'est à dire interdiction de tout plaisir terrestre , de nuit et de jour ,  semaines  bien longues où seule une alimentation de survie à base de poisson  est  admise ; d'où ce débridement en bouffonneries , mascarades , costumes grotesques  , et ultime bombance . C'est Carnaval  : Caro vale , adieu la viande , et aussi lait et beurre , seuls les malades et  les futures mères sont dispensés de "faire maigre " . Le peuple  des villes et des campagnes fait souvent traîner la fête jusqu' à midi du Mercredi des Cendres . L' abstinence est levée à Pâques .
 
Rares sont ceux qui l' observent  par les temps qui courent....elle faisait par contraste  apprécier davantage les joies de Pâques. Ce Carême presque déchu est donc beaucoup plus sévère que le Ramadan , qui n'impose de jeune que du lever au coucher du soleil .
 
N'oublions pas cette rude école de discipline et d'austérité  qui a forgé bien des caractères .
 
Sic transit virtus ?
 
FBR
Le cortège quitte l"abattoir ,c'était autrefois , les danses provençales demeurent
Le cortège quitte l"abattoir ,c'était autrefois , les danses provençales demeurent

Le cortège quitte l"abattoir ,c'était autrefois , les danses provençales demeurent

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Histoire
commenter cet article