Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise Buy Rebaud
  • Le blog de Françoise Buy Rebaud
  • : Contre le suicide assisté de notre culture et de notre civilisation.
  • Contact

Recherche

1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 11:53

Des Racines et des Ailes (mercredi 20 janvier) : A Lyon ? A peine ...


Eprise de cette capitale, je sais qu'il faut des jours pour en connaître les mystères et les beautés, car elle sait garder toute réserve.

 


Une heure et demie de reportage aurait pu suffire à une première découverte. Or le temps donné au parcours du Rhône (Pourquoi pas une émission spéciale ? Et pourquoi pas la Saône ?) de sa source en Suisse à son delta de Camargue, avec arrêt sur ce qui attire le "grand public" (tarasques, joutes, monstrueuses péniches, difficultés de la navigation) était perdu pour Lyon.

 


Mais l'insuffisance était d'une autre nature.

 


Presque rien sur les origines avant et sous Rome et sur le christianisme, ni sur le rôle de la ville dans l'Histoire de France, quelques aperçus de la Croix-Rousse avec clichés sur les révoltes des canuts, voix d'Yves Montand en prime, un petit bout de Guignol, le survol du Château Lumière, la trop brève visite des ateliers de soyeux, mais une, superflue, d'un appartement d'un quartier neuf sans intérêt ...

 


De belles vues aériennes ou de quelques monuments illuminés, certes plaisantes, ne compensaient pas d'autres lacunes.


 
Pas de promenade sur les quais de la Saône, ni dans les rues de la Presqu'île, un rapide parcours dans une seule "traboule"


 
des maisons restaurées du Vieux Lyon (Renaissance et 17e), l’absence de la Primatiale Saint Jean (12e, 13e et 14e siècle) où Henri IV épousa en 1600 Marie de Médicis, la traversée au pas de charge de la Place Bellecour ; et alors que Lyon compte onze chefs étoilés, et une brasserie classée où se sont restaurées maintes célébrités, la caméra entrait chez Anne-Sophie Pic, célèbre et talentueuse assurément, mais à Valence ...
Et nos chers "bouchons" lyonnais, d'ambiance à nulle autre pareille, oubliés ! Oublié aussi, l'Opéra "réhabilité" par Jean Nouvel ; la Place des Jacobins ornée des statues de Ph. Delorme, H. Flandrin, G. Coustou et G. Audran, enfants de la ville...

 


La présentation hâtive au Musée des Beaux Arts (Palais Saint Pierre - 17e-18e), sans inventaire de ses richesses, nementionnait même pas les autres, non moins dotés : Musée des Tissus et des Arts décoratifs (Hotel de Villeroy - 1730), Musée de la civilisation gallo-romaine, Musée de l'Imprimerie.

 
Mais vous, nos lecteurs, vous savez bien ...

 
qu'Auguste choisit Lugdunum, ex Condate, pour capitale des Gaules ; qu'y sont martyrisés Saint Pothin et Sainte Blandine, puis sur ordre de Septime Sévère des milliers de chrétiens, dont  Saint Irénée ;  que la ville voue un culte à Marie, honorée chaque 8 décembre pour avoir par deux fois protégé la ville ; qu'après Charlemagne, elle passe sous autorité de ses évêques ; puis au 14e siècle directement sous pouvoir royal ; qu'au 15e siècle Lyon, centre de commerce florissant, compte aussi des centaines d'ateliers d'imprimerie célèbres ; qu'au 16e y brillent Maurice Scève, Clément Marot et Louise Labé, la "Belle Cordière".

 


Que Rabelais, médecin à l'Hôtel Dieu, y publie "Gargantua" et "Pantagruel" ; puis s'y illustrent au 18e les frères botanistes Jussieu, Jouffroy (pyroscaphe) et Bourgelat (première Ecole vétérinaire) ; que Montgolfier et Pilâtre du Rozier y font décoller les premiers aérostats ; qu'en 1793, en punition de la résistance "blanche" de la ville, la Terreur y sévit violemment, et que Couthon fait abattre toutes les maisons de Bellecour ; que l'industrie de la soie et du velours, développée par François 1er, produit des merveilles qui tout encore meublent salons et palais du monde entier (le bleu Guimet). Nous avons tout de même admiré, en de trop brefs plans tournés ... à la Malmaison (!), ce que ces artisans savent faire ...

 


Quelle déception après les moments de plaisir passés à Chantilly (cf. nos archives du Cercle Hernani) avec Louis Laforgue !

 


Ce n'est sans doute pas à lui qu'il faut reprocher cette émission creuse, dans le droit fil d'anesthésie du public, même lemeilleur. Mais à ceux qui ont un but : taire ou dissimuler l'essentiel.

 


Françoise BUY-REBAUD

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Buy Rebaud - dans Des Racines et des Ailes
commenter cet article

commentaires