Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 07:16

L'actualité sur Arte a fait à" Hernani "un joli cadeau  le 5 juillet avec la retransmission depuis le théatre de l'évêché d'Aix en Provence du Don Giovanni de Mozart  : c'est un Français de quarante neuf ans , Louis Langrée , invité du Met , de la Scala ,  de Vienne , mais peu souvent en notre pays , qui dirige sans partition  le Freiburger Barockorchester  ,  dont la sonorité chaude semble naitre du regard de ce chef supèrieurement doué .La cohésion  des chanteurs,  dont  les dons et le talent se doublent d'une modestie qui devrait inspirer certaines de nos divas , ajoute encore à la magie musicale de cet opéra écrit en 1786 , créé à Prague en 1787 .

 

Mais le piment de la soirée fut sans conteste le hourvari du public, qui venait d'acclamer musiciens et interprètes, à l'apparition du metteur en scène . Qu'il ait "arrangé " le livret de Da Ponte , affublé une chanteuse d'un tutu, amorcé une scène échangiste ,cédé à la mode pornographique, cela n'avait rien de nouveau ni de génial  : certains metteurs en scène  se consolent ainsi de ne pas être eux mêmes des créateurs . Mais que leCommandeur en personne vienne  s'attabler auprès d' un Don Juan  , non plus sardonique ni cynique , mais ivrogne  au goulot , et finalement  frappé de delirium tremens , c'en était évidemment trop .

 

Ce garçon , coutumier parait il de la provocation , ce n'est pas Olivier Py , mais Dimitri Tcherniakov .

 

F.B.R

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Quelle dommage que je trouve vos lignes avec plus de deux ans de décalage. Les metteurs en scène actuels, même talentueux, sont souvent, dans le domaine de l'opéra, de véritables criminels. Lorin Maazel lui-même s'est récemment élevé contre la dictature éhontée de metteurs en scène.
Et c'est Mozart qui est le plus souvent torturé, avec Da Ponte d 'ailleurs, par ces gens sans vergogne qui ne cherchent qu'à se mettre en valeur par la polémique et les (mini)scandales.
Le plus actuel est Hanecke, homme de grand talent, qui a réalisé le film "Amour", lequel est un vrai chef d'oeuvre. Et voilà qu'il assassine, mais sans talent, le merveilleux "Cosi fan tutte" de Mozart.
Mais il faut aussi regarder derrière Hanecke, le directeur d'opéra qui l'a engagé, en l'ocurence Gérard Mortier à l'opéra de Madrid. Et Mortier adore la polémique, cela le met lui-même en valeur, ce qu'il adore !
Répondre