Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 14:57

 

tete.jpg 

 

Notre langue subira t elle le même triste sort que cette Calliope antique ? 

                                  Le  français est menacé  , écoutez notre appel !

 

Menaces sur notre langue  

 

De nombreux parlementaires français  et des députés français au Parlement européen déplorent l' abandon de la langue française dans les locaux de la Commisson européenne :  affiches en langue anglaise , mais surtout documents de travail et publications  disponibles en langue anglaise uniquement .

Or l'Union européenne a établi un statut ,qui semble t il n'est plus  respecté , des langues de travail , dont le français  fait partie .

Des questions au gouvernement sont prévues , en alerte à une situation absolument contraire aux interêts de notre pays .***

 

En France même ,  le Ministère des Finances , et aussi certaines entreprises  avaient récemment  recommandé , si ce n'est imposé ,  aux  fonctionnaires et employés  l'anglais comme langue de travail .

Cette mode, encouragée par les media , est  une conséquence des désordres de l'enseignement du français , tant dans les écoles que dans les lycées , qui génère hélas une négligence , sinon indifférence , des jeunes générations quant au rayonnement de notre langue .

 

Nous avions déja sonné le tocsin , comme en témoignent lesarticles des 6 avril ,11 et 21 décembre 2010 , 29 juin 2011 et surtout 4 février 2011 de ce blog .

 

Les lycées français à l'étranger s'appauvrissent  et le niveau de connaissances de nos étudiants , et  au delà , des jeunes "actifs " , se détériore , comme le démontrent les quelques lignes ci dessous  .

 L'Empire romain n'a pas résisté , entre autres facteurs , à la déperdition du latin sur son territoire : une culture et une langue vont de pair .

Ne cédons pas à l'effacement des nôtres .

 

 

Des associations se sont donc mobilisées pour la défense de notre langue , sur notre sol et dans les pays encore francophones .

 

 Nous vous transmettons leur appel en espérant que vous l'entendrez .

                                                                                                   

 

fbr 21/11/2012

 

 .***queston 46-00270 PM député J.Myard date non arrêtée

 

 

 

Monsieur l'Ambassadeur Salon nous prie de transmettre ce message à nos lecteurs .

C'est pour nous un plaisir autant qu'un devoir

Françoise Buy Rebaud

21 novembre 2012

 

Appel aux communes de France pour la langue française

 

 

Ce mouvement est lancé par quarante associations de défense de notre langue.

 

Nous prions les  lecteurs  de bien vouloir  soumettre aux élus , maires et conseillers municipaux des communes où ils résident les textes ci dessous ,  pour les informer , et obtenir leur adhésion  à ce mouvement après délibération du conseil municipal

 

 
  sign.png

 

 

 

 

 

 

Au nom de ces quarante associations *, je vous remercie de votre aide

 

. Albert Salon, docteur d'Etat ès lettres, ancien Ambassadeur, commandeur dans l’Ordre national du Mérite, président d'Avenir de la langue française, vice-président, administrateur, d'autres associations nationales, membre du Bureau national du Forum pour la France. 

 

Nous avons déjà, en ces débuts de campagne, des réseaux de relations avec de nombreuses municipalités, dont certaines sont emblématiques  : Alise-Sainte-Reine (Alésia), Belfort, Bergerac, Carmaux ; Domrémy, Vaucouleurs, Chinon , Orléans, Patay Reims ; Phalsbourg (Tour de France par deux enfants) ; Pau, Saint Malo, l'île de Sein, Versailles, Vézelay, Villers-Cotterêts, bien d'autres...  

(*) La liste de ces 40 associations, françaises en grande majorité, mais aussi québécoises et autres, figure sur le site www.avenir-langue-francaise.fr Ces associations, depuis plusieurs années en synergie, accomplissent un travail énorme pour tenter d'arrêter le rouleau compresseur : aidez-les !  

 

 

 Appel aux Maires de France 

Pour la défense et  la promotion de la langue française et de la  Francophonie, 40 associations de raisons sociales voisines (cf. le site : www.avenir-langue-francaise.fr ) tentent depuis vingt ans d’amener nos dirigeants et médias à ne plus céder à la généralisation de l'emploi de l'anglo-américain voulue par des forces financières internationales très puissantes

Les 40 associations constatent que les médias , acquis pour la plupart à cette idéologie , font barrage à leurs démarches  pour faire entendre et respecter la volonté populaire, attestée par toutes les enquêtes d’opinion, de maintenir le rôle du français en France et dans le monde.

Dans l’impossibilité d’obtenir l’organisation d’un referendum sur cette question , nos associations ont lancé une campagne de sensibilisation des collectivités publiques de base en France et d'autres pays francophones

Elles proposent aux conseils municipaux d’adopter le manifeste joint, participant ainsi à un mouvement informel « Communes de France pour la langue française ».

Ce mouvement  pourra s'étendre à d’autres pays francophones en une large protestation Contre la pensée unique (Pr. Claude Hagège), véhiculée par la  « langue unique » , pour conforter partout la diversité linguistique et la place légitime du français .

La première  délibération forte en ce sens, par adoption d’un manifeste complet, a été prise le 3 juillet 2012 par le Conseil de Grigny (Rhône). Le mouvement, étendu à la France et au-delà, constituera alors un substitut au referendum d’initiative populaire  

Le manifeste qu’il vous est proposé de soumettre à l’adoption formelle de votre Conseil municipal est soutenu par 40 associations pour le français. Rédigé par M. Dominique Gallet, réalisateur de programmes francophones pour la télévision, et par M. Jean-Louis Roy, Québécois qui fut Délégué général du Québec en France et Secrétaire Général de l’ACCT (devenue Organisation internationale d la Francophonie – OIF), il a déjà recueilli plus de 1500 signatures de personnalités de divers pays francophones.

La présentation originale de ses propositions concrètes se trouve sur le site : http://www.francophonesdumonde.org/?cdpetitions_limitstart=1100#cdpetitions-signatures

Lorsque vous aurez obtenu , comme nous l'espérons ,  un vote favorable du Conseil de votre Commune, les 40 associations vous seront reconnaissantes de bien vouloir faire parvenir le texte de la délibération par courrier à Avenir de la langue française, 34 bis, rue de Picpus, 75012, Paris, tel 01 43 40 16 51, ou par courriel : avenirlf@laposte.net, après en avoir informé Préfecture et presse locale. Les associations pourront s’occuper de la médiatisation nationale. 

Elles attendent votre réponse avec le plus vif intérêt.

Veuillez agréer, Madame ou Monsieur le Maire, l’expression de notre gratitude et de toute notre considération..

 

©Charlotte Schousboe/i-télé

Organe de régulation, le Conseil supérieur de l'audiovisuel défend l'usage du bon français à la télévision et sur les radios. Inquiet de voir la grammaire bousculée, les mots utilisés à contresens et les anglicismes se multiplier, le CSA vient de relever un certain nombre d'incohérences dans les journaux télévisés. Les journalistes disent, par exemple, très souvent « mis à jour » pour « mis au jour », « près de » et « prêt à » sans en saisir le sens. Le CSA précise, à ce propos : « quand elle indique la proximité dans le temps et devient synonyme de "sur le point de", la locution "près de" est confondue avec "prêt à" qui signifie "disposé à, ayant l'intention de". Or, les téléspectateurs comme les auditeurs entendent souvent "la situation n'est pas prête de changer" au lieu de "à changer" ». 

Le CSA s'étonne également que le substantif « personne » soit très souvent compris au masculin. On entend « plus de cent personnes étaient présents » au lieu de « étaient présentes ». Les liaisons sont également catastrophiques : un « z » apparaît entre « quatorze » et « enfants » et le « t » disparaît entre « cent » et « euros ». « Nous sommes parfaitement conscient du fait que la langue française n'est pas une langue morte, qu'elle peut et doit évoluer. Elle peut intégrer des mots qui viennent de la langue populaire et régionale, et même de l'étranger, a expliqué à l'AFP, Patrice Gélinet, conseiller en charge du respect de la langue française. Nous sommes indulgents parce que la nature même de la communication audiovisuelle impose des directs ».

Cependant, le sage s'étonne d'un usage trop fréquent des mots anglais dont on se pourrait se passer quand il existe des équivalents en français. « Pourquoi, est ce qu'on dit  "challenge" pour "défi ?" À la radio et à la télévision, on entend constamment "live" pour "direct". » On dit « talk-shows » pour les débats, « coachs » pour entraîneurs et « mails » pour courriels.

Il est par trop fréquent d'entendre , dans les débats télévisés , par ex.  : l' idée  auquel je fais allusion ... 

 

 

L'article  relatif au déclin programmé de notre langue nous laisse un grand  sentiment d'amertume .

Puissent ces images remettre de la lumière dans nos esprits ......

 

 http://www.canalacademie.com/ida8850-Diaporama-Chaalis-l-abbaye-royale-et-sa-chapelle-le-chateau-et-sa-roseraie-et-Rousseau.html#.UHMSDiebKu8.email

Partager cet article
Repost0

commentaires

A

André Fontaine


au Ministre de l’éducation nationale


dedefontaine@orange.fr


http://fontainedelapolitique.over-blog.com/


 


Paris, le 22 septembre 2012


Monsieur le Ministre


Le passé n’est jamais mort, il n’est même pas passé (Faulkner)


La nation française est l’héritière en ligne directe de la longue aventure


humaine gréco-latino-française. Commencée aux bords de la mer Égée avec la


naissance de l’esprit critique, poursuivie par l’Empire romain et la religion


chrétienne, réveillée à la Renaissance et au Siècle des Lumières, elle a abouti à


la Révolution française, puis à la séparation des Églises et de l’État. Quand j’ai lu


dans les journaux que vous étiez professeur de philosophie et admirateur de J.P.


Vernant, j’ai pensé que nous allions peut-être avoir un Ministre qui rendrait sa


fonction à l’Éducation nationale : la formation de citoyens aptes à faire en sorte


que l’Esprit de la nation française prenne conscience de soi.


Dés sa naissance, l’enfant s’apprend à corréler ses sensations à l’existence


d’objets et, suivant un processus mystérieux, réussit à organiser les sons émis


par son entourage dans une langue avec des mots et une grammaire. Cette


éducation primordiale en grande partie effectuée dans la famille s’imprime dans


notre cerveau et imprègne notre personnalité de caractères acquis presque aussi


indélébiles que les caractères innés.


Alors que l’éducation familiale a inclus l’enfant dans son entourage grâce à


sa maîtrise de sa langue maternelle entendue, c’est à dire la liaison entre sens et


son, l’Éducation nationale doit l’inclure dans sa nation, en débutant par la maîtrise


de la langue maternelle écrite, c’est à dire la liaison entre sens et image vue.


Dans notre écriture alphabétique, cette liaison est facilitée par la décomposition


des mots en sons simples relativement peu nombreux dont la représentation est


aisément mémorisable. La méthode globale, qui veut passer directement de


l’image du mot à son sens, complique la tâche des enfants et fait fi, on ne sait


pourquoi, des longs efforts historiques de la mise au point de l’écriture


alphabétique, accomplis justement dans le but de faciliter aux locuteurs le


maniement écrit de leur langue. Cette même perversion pédagogique se retrouve


chez ceux qui ont voulu apprendre aux enfants dés le plus jeune âge les


mathématiques modernes, un des étages le plus abstrait de la construction


mathématique.


Pourquoi s’ingénie-t-on sans arrêt à tirer l’éducation nationale à hue et à dia


sans autre résultat qu’une inefficacité accrue? Un ami me disait qu’ayant reçu le


correspondant anglais de son fils, celui-là lui avait demandé : «Pourquoi, à la


radio française, on n’entend que des chansons anglaises?» Nous sommes des colonisés et, comme toujours dans cette situation, ce sont les élites privilégiées


qui se font, par intérêt, les valets du colonisateur. Depuis des décennies elles


n’ont de cesse de détruire l’humanisme français au profit de l’utilitarisme anglosaxon.


Elles en sont même venues à créer des cours d’anglais à l’école primaire,


au moment où par l’étude approfondie de la langue maternelle, de ses méandres


et subtilités, il faudrait donner aux élèves le goût d’une connaissance, loin de la


superficialité des apprentissages utilitaires


L’utilitarisme de l’éducation est partout encouragé. Il n’est pas un débat qui


ne se termine par : “ces choses-là devraient être apprises à l’école”, surchargeant


à qui mieux mieux les emplois du temps. On dote les écoles primaires d’outils


informatiques, alors qu’en général les enfants excellent dans leur emploi et que


l’informatique est le comble de l'asservissement de la pensée. A quand des cours


de “marche à bicyclette”? Jules Ferry n’avait pas introduit dans les épreuves du


certificat d’étude “la traite des vaches” ou “le geste auguste du semeur”.


L’esprit de finesse n’est plus et quelqu’un a fini par dire que la lecture de la


Princesse de Clèves était inutile pour des employés. L’esprit de géométrie ne se


porte guère mieux. Une de mes petites-filles ne connaissant pas le mot


“théorème”, je lui ai posé la question : «Tu n’as pas appris le théorème de


Pythagore? - Ah! tu veux dire la propriété de Pythagore». Ainsi la démonstration


grecque a été remplacée par une constatation égyptienne, c’est une régression


d’au moins deux millénaires.


L’éducation nationale n’est plus qu’école d’apprentissages et forme des


citoyens à n’être que des moutons juste aptes à brouter l’herbe qu’on leur offre, au


plus grand profit des bureaucraties dirigeantes des grandes entreprises.


Paradoxe : le gouvernement prétend encourager l’innovation. Une nouvelle


religion, l’économie, régente la société, non pas en raison de sa connivence avec


le ciel, mais par son caractère scientifique. Ses grand prêtres pérorent dans tous


les lieux de décision et abreuvent les fidèles de prévisions dont il est manifeste


qu’elles ne se réalisent que par hasard. L’économie n’a de scientifique que le fait


qu’elle est incapable de la moindre prévision. «On ne se baigne jamais deux fois


dans le même fleuve.» et nous nageons en plein obscurantisme religieux.


Que reste-t-il de l’Esprit de la nation français? Une peau de chagrin. Notre


dernier espoir réside dans une Éducation nationale qui apporterait aux futurs


citoyens l’élan de leur nation : l’esprit critique, l’humanisme et la raison ; dans un


Ministre qui fixerait le cap : «J’aime mieux une tête bien faite qu’une tête bien


pleine» Il faudrait lessiver les programmes scolaires des pollutions du tout


anglais, marque de notre asservissement à l’impérialisme états-unien et véhicule


de l’utilitarisme propre aux locuteurs de cette langue. Travail considérable qui


heurtera de plus puissants que le roi Augias et j’ai peur que toute l’eau de la


Seine n’y suffise.


Je compte cependant sur vous pour entreprendre cette tâche exaltante qui


devrait être aussi celle de tous les citoyens français et je vous prie d’agréer,


Monsieur le Ministre, l’expression de toute ma considération.
Répondre
A

 


André Fontaine
au Ministre de l’éducation nationale
Paris, le 12 décembre 2012


référence : ma lettre du 22 septembre 2012 (cf. pièce jointe- second commentaire sur ce blog)


Monsieur le Ministre,


Ma déception est grande d’avoir entendu à France Inter que, dans vos réformes, vous prévoyez des cours de langue étrangère dès le CP. Comme je soupçonne que la langue ne sera ni le latin ni le
grec ni même l’allemand, peut-être le chinois, mais très certainement l’anglais, je vous rappelle ma lettre citée en référence, restée sans réponse. Je vous disais tout mon espoir d’avoir enfin
«un Ministre qui rendrait sa fonction à l’Éducation nationale : la formation de citoyens aptes à faire en sorte que l’Esprit de la nation française prenne conscience de soi.»

Où est votre humanisme? Vous accrochez votre wagon au train des multinationales ..... Vous participez à l’entreprise criminelle de déstabilisation spirituelle de tous les enfants dont la langue
maternelle est le français. Pourquoi jeter un doute chez un enfant de six ans, confronté à un esprit véhiculé par la langue anglaise et étranger à sa pensée? Croyez-vous qu’il maîtrisera d’autant
mieux le français? Ne serait-ce pas pour en faire un écervelé à même de s’intégrer dans sa situation de colonisé par l’impérialisme anglo-saxon? Je crains fort que vous ne penchiez vers la
deuxième option.

Pendant ses premières années, au contact de sa langue maternelle l’enfant a réussi à acquérir un esprit en corrélation avec celui de cette langue. La classe du CP est cruciale puisqu’elle
consiste pour les élèves à passer de la compréhension des mots et des phrases entendus à celle de lignes écrites, tout en approfondissant les règles qui sous tendent les formes des mots et la
construction de la phrase.

Une langue n’est pas seulement une façon de communiquer, mais bien plus profondément une façon de penser. En forçant les écoliers à apprendre l’anglais vous leur inculquez que cet apprentissage
est meilleur pour eux que d’affiner leur appréhension du monde à partir de leur langue maternelle. C’est d’autant plus répréhensible que la pression sociale de l’empire états-unien s’exerce sur
nous, à tous les instants, avec les médias, le cinéma, la musique et tous les moyens numériques.

Je crois qu’un sondage a montré que les Français étaient encore de mauvais anglophones. Je m’en réjouis car il prouve que les Français ont encore un d’esprit différent de celui des Anglais. On ne
pourra savoir si réciproquement les Anglais seraient de mauvais francophones, car on n’a jamais vu un Anglais parler une autre langue que la sienne. Ce dont on est sûr, c’est que vous posez la
plus lourde pierre sur le tombeau de l’esprit français.

Ce n’est pas non plus par des cours d’instruction civique que vous amènerez les enfants à se considérer comme citoyens d’une même nation, mais en les faisant se reconnaître dans l’esprit de la
langue partagée avec leurs concitoyens. Je sais qu’aujourd’hui arrivent en CP des enfants ayant une autre langue maternelle ; pour eux, plus qu’à tout autre, il faut utiliser les crédits de
l’éducation nationale dans des classes de rattrapage en français, plutôt que de dépenser l’argent des contribuables à promouvoir la langue utilitariste de l’empire états-unien.

En tant que professeur de philosophie, croyez-vous qu’il faille travailler à faire naître un monde mercantilisé parlant une seule langue?
Ne voulez-vous pas vous souvenir que «l’acceptation d’une langue étrangère a toujours apporté avec elle la perte de la liberté et un joug étranger.» (G.W. Leibniz - L’harmonie
des langues)?........

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma considération
déçue par votre soutien à l’entreprise de démolition de l’esprit français en vous attaquant à ses racines les plus profondes, l’esprit des jeunes écoliers.


 


André Fontaine


 
Répondre